Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
bipol :  Le fantôme
 Publié le 07/04/21  -  12 commentaires  -  600 caractères  -  158 lectures    Autres textes du même auteur

Tes toiles te protègent.


Le fantôme



Les dragons de la nuit
t'ont renvoyé l'image
des papillons d'espoir

ils volettent en ton âme
colorant les reflets
d'harmonies désirées

au fond des grandes allées
toi l'artiste endormi
rêve d'être un génie
mais tu repeins l'histoire

tes toiles te protègent
des agressions anciennes

tu es tout simplement
celui trouvant le moi
caché sous les bosquets
épineux et maudits

le fantôme te réveille
juste un petit instant
son sourire te dérange


Le 15-03-2021


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a quelque chose d'envoûtant dans ce poème.
Du présent envahi de passé, du désir et de l'espoir, des projets et des obstacles.
C'est complexe comme une impulsion contrariée, complétée d'une force poussant vers un horizon espéré.
J'aime notamment l'avant-dernière strophe mais pas seulement.
Merci du partage.

   dream   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Bipol

Tel un vaisseau à la dérive, le fantôme est le fruit de nos terreurs passées, qui se traduit par le hurlement de nos entrailles.

Des vers que je trouve si bien exprimés :

« tu es tout simplement
celui trouvant le moi
caché sous les bosquets
épineux et maudits »

Très belle lecture matinale ! Merci !
dream

   papipoete   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour bipol
une fois n'est pas coutume, un texte non chanson !
Et voici un sujet onirique, où le héros se cherche au sortir de la nuit. Il pourrait rencontrer de mauvais esprits mais peintre, ses toiles le protègent comme une épeire sur son fil...
NB " les toiles " le protègent, mais sur double sens, " l'étoile " peut y être aussi pour quelque chose ?
Une recherche à l'intérieur de soi, émanant de " bipol ", quoi de plus naturel !

   sauvage   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour bipol,

des mots simples et touchants entre la nuit et le triomphe du jour.

J'apprécie ce côté direct, clair, sans artifices, pas de majuscules, pas de syntaxe, juste un débit en hexasyllabes choisi par l'auteur, c'est à dire un style travaillé mais non forcé.

Ayant déjà échangé avec vous, je comprends bien le fond de votre sujet. L'art est un excellent thérapeute ! Et je vous cite :
"Tu es tout simplement / celui trouvant le moi"

Au plaisir de vous lire

sauvage

   Capry   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Bipol,

Votre poème est agréable et touchant.

Le narrateur commence par l'exploration de cet espace de mystère qu'est la nuit. On sent l'arrivée des couleurs comme une volonté de créer de la beauté. L'artiste protégé par sa création ou son désir de création. Est-ce une évasion pour gérer un passé troublant qui n'a jamais aidé le narrateur à vivre au présent ?
Un présent qui sera toujours absent, toujours aussi difficile à accepter tant que ces vieilles ombres ne disparaîtront pas de la nuit. Tant que la nuit sera toujours signe de danger. Alors il faut les immortaliser sur une toile pour que l'image devienne sa réalité tant les souvenirs restent douleur.

Il y a dans votre poème un fil conducteur qui est flottant, hésitant.

J'aime la façon dont les mots sont ordonnés, les allitérations sont légères et aériennes.

Merci pour ce poème

   Robot   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De belles images, un fond bien présenté. Une poésie palpable.

On perçoit à la fois les regrets et l'espoir de l'artiste en proie au doute.

   ANIMAL   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très bel instant dans l'intimité de ce peintre que rien ne peut atteindre lorsqu'il s'adonne à son art.
Parfois, les fragiles ailes des papillons peuvent chasser les dragons.

J'apprécie la simplicité apparente des ces vers courts et harmonieux qui recouvrent des sentiments complexes. Bien qu'il parle des épreuves de la vie, je trouve ce poème reposant.

   Damy   
7/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Trouver le « moi, caché sous les bosquets épineux et maudits », tout est là pour chacun et cette phrase, bellement imagée, vaut bien tous les discours psychanalytiques.
L’art de la peinture, comme une thérapie, est une œuvre de création où le moi s’exprime et se retrouve.
Votre poème, Bipol, est d’une grande sensibilité d’où émane la sérénité et une certaine tranquillité. Pas de pathos, pas d’angoisse abusive. Les « dragons de la nuit » renvoient des « papillons d’espoir ». Reste encore cependant au réveil la présence du « fantôme » dont le sourire dérange qui dit bien, dans une extrême pudeur, que la souffrance est malgré tout toujours là. Le fantôme du jour finira bien par rejoindre les dragons de la nuit.

Merci pour ce poème sensible, pudique, sur un sujet pas facile à mettre en musique. La vôtre est apaisante.

   bipol   
8/4/2021

   Cristale   
8/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quelle douceur dans ce poème !

Et quelle douleur cachée derrière ces toiles...mais l'artiste domine ses couleurs et la trame ne vient plus agresser son esprit. Les démons n'ont qu'à bien se tenir sinon la peinture effacera leurs grimaces et leurs menaces.

Quant à ce fantôme :

"le fantôme te réveille
juste un petit instant
son sourire te dérange"

Il suffirait d'un coup de pinceau pour lui mettre un masque et cacher son sourire...

J'aime beaucoup le tournant que prend votre plume avec ce poème que je qualifierais d'"apaisé", le "tu" remplace le "je", la distance nécessaire pour dissocier l'intériorité et l'extériorité de soi.

Bravo Bipol !

Cristale

   Ombhre   
8/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bipol,

une belle poésie, légère et ciselée que votre post sur le forum a éclairé pour moi. Et avec cet éclairage, chaque strophe illumine une facette du ressenti de l'auteur.

J'ai particulièrement apprécié:
"d'harmonies désirées" (cette recherche que toutes celles et ceux qui écrivent - ou peignent - recherchent sans toujours la trouver).

"toi l'artiste endormi
rêve d'être un génie
mais tu repeins l'histoire" (quelle histoire ? La grande histoire, ou sa propre histoire)

"tu es tout simplement
celui trouvant le moi
caché sous les bosquets
épineux et maudits" (magnifique strophe, tant il y a en nous tous, à des degrés divers, des bosquets épineux et parfois maudits).

Seule la première strophe m'a semblé un peu trop convenue, ou alors je n'ai pas été sensible, comme dans la suite du texte, aux images choisies.

Merci pour ce beau partage.

Ombhre

   Donaldo75   
10/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour bipol,

Ce poème est réussi parce qu’il parait simple, évident à la lecture ; la plupart des commentateurs de poésie sur Oniris en écrivent eux-mêmes et savent donc à quel point ce n’est justement pas simple ni évident de coucher sur le papier ce qu’on a enfoui à l’intérieur de soi, et que c’est encore moins simple et moins évident de l’exposer sous la forme d’un poème. Donc, comme mon impression de lecture se résume à ma première phrase, je dis bravo de chez bravo !


Oniris Copyright © 2007-2020