Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
bipol : Le paradis
 Publié le 02/01/19  -  14 commentaires  -  1140 caractères  -  441 lectures    Autres textes du même auteur

La mort t’attire à chaque instant.


Le paradis



https://sd-6.archive-host.com/membres/up/aff91597cfc10f7ab7a2abea9625c02d892454b1/Le_Paradis.mp3


La mort t’attire à chaque instant
pourquoi courir après ce vent
c'est un fantasme qui te dévore
tu ne vois pas que tu as tort

elle est assise tout à côté
quand tu es seul elle vient parler
elle fait la fière elle est sûre d'elle
elle est pour toi ta sentinelle

guettant tes mots quand tu écris
elle y ajoute le paradis
tu lui demandes où se cache-t-il
elle te répond c'est comme une île

elle a des fleurs autour du cou
intercalées de beaux bijoux
puis elle s'en va comme un mirage
en te disant quel est ton âge

la mort t'attire à chaque instant
tu la voyais déjà enfant
tu regardais alors le ciel
ce n'était pas le père Noël

et maintenant vous êtes amis
elle t'a promis ce paradis
elle t'a donné une place pour deux
c'est une place pour amoureux


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
2/1/2019
Commentaire modéré

   Stephane   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour bipol,

C'est la mort qui nous parle à l'oreille et nous attire en nous promettant le paradis, ce que disent ces mots : "guettant tes mots quand tu écris elle y ajoute le paradis", et bien d'autres, tout au long de cette belle chanson.

L'idée de mettre une "conscience" sur ce terrible moment qu'est la mort, en nous susurrant à l'oreille des mots doux, m'a fait penser à ces sirènes attirant les marins dans les fonds marins où sur une île dont ils ne reviendront pas, à l'image de la mort que vous décrivez. Une belle trouvaille, élégamment portée par de somptueuses formules.

Cordialement,

Stéphane

   FrenchKiss   
2/1/2019
Merci à Oniris de nous aider à bien démarrer l’année. J’avais une patate… elle vient de passer au presse-purée.
Non, je déconne, Bipol, c’était génial.
Après la Mélodie du bonheur, voilà la Mélodie de la mort ; je crois que ce week-end je vais me taper quelques gélules de la Sérotonine annoncée de Houellebecq.
Bravo pour le chanteur, qui lui, semble avoir déjà basculé. Votre duo est épatant. Y’a peu de chance qu’on se retrouve dans la même piaule du paradis (jamais Dieu ne m’accordera deux vies de Nirvana), mais le cœur y est.
Votre chanson mérite de figurer dans mon Anthologie en ligne, si j’arrive à la retrouver.

FrenchKiss
qui ne se plaindra plus jamais

   leni   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
VOICI une belle chanson triste

guettant tes mots quand tu écris
elle y ajoute le paradis
tu lui demandes où se cache-t-il
elle te répond c'est comme une île

et voilà comment adoucir tes pensées

et maintenant vous êtes amis
elle t'a promis ce paradis
elle t'a donné une place pour deux
c'est une place pour amoureux


Pour amoureux IL fallait l'inventer


Ce texte est bien equilibré

J'ai reconnu la voix de Michel qui chante une mélodie apaisante sereine C'est beau
Bravo mes amis artistes vous êtes de vrais PROS
MERCI à vous LENI

   bipol   
2/1/2019

   papipoete   
2/1/2019
bonjour bipol
C'est vrai que la mort peut être celle qui vous enjôle, vous fait les yeux doux...devant un précipice, une boite de lexomil ou face à ce révolver à une seule balle ! mais prêt à succomber à sa tentation, lui gueuler dessus, l'envoyer balader en lui préférant son ennemie de toujours " la vie " pose un jalon sur lequel on se retourne un jour !
Patricia mon amie d'enfance se battit jusqu'à 21 ans, avec d'une part l'étouffant, la martyrisant la mort patiente ; et d'autre part une arme redoutable, la volonté et son sourire jusqu'à son dernier souffle...
Je reconnais à votre chanson la qualité de l'écriture, et celle du chanteur... mais ne souhaite pas fredonner cette mélodie, qui fut pour moi une sinistre litanie...

   Cristale   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est vrai que nous vivons comme si rien ne pouvait arriver de pire que la perte de son smartphone ou louper la date des soldes...mais...qui rôde près de nous depuis notre naissance, fidèle des plus fidèles de nos vies ? La mort, tout simplement. Tellement omniprésente qu'elle arrive à nous la faire oublier.

"elle est assise tout à côté
quand tu es seul elle vient parler
elle fait la fière elle est sûre d'elle
elle est pour toi ta sentinelle"

Breuhh....gla gla ! Il ne faut pas vous laisser impressionner Bipol car le paradis et l'enfer ne sont nulle patr ailleurs que sur le globe terrestre doté de magnificences naturelles.

On est bien ici, ce voyage de noce en amoureux peux attendre encore un peu. La mariée n'est pas très belle et surtout elle est très cupide.

La voix de l'interprète allège le propos et ce ton clair en atténue la gravité. C'est fort bien joué, bravo Michel.

Merci Bipol d'avoir su traiter de ce sujet avec autant de délicatesse.

   PIZZICATO   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La mort est traitée ici de façon inhabituelle ; non redoutée, mais une sorte de délivrance, une accession à quelque chose de meilleur.
" guettant tes mots quand tu écris
elle y ajoute le paradis
tu lui demandes où se cache-t-il
elle te répond c'est comme une île ".

C'est en regard de cet état d'âme que j'analyse ce texte.

Concernant la musique, avec ce thème, on ne peut pas s'attendre à une mélodie guillerette...
Je trouve que le dosage est judicieux. Une ambiance musicale pas trop triste mais qui reste sobre, avec une suite harmonique intéressante.

Au final un bon opus.

   Vincente   
2/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est une belle mélodie qui porte la mélancolie de l'apprivoisement de cette chose que d'ordinaire on évite, en tous les cas dont on ne souhaite pas devenir ami. Et pourquoi pas puisque amitié ne veut dire soumission, mais acceptation par l'entente harmonieuse faite de concessions, d'imagination sur ce qu'est l'autre, etc... Ce n'est pas de l'amour en tous les cas, alors pourquoi pas traiter cette entité non comme une adversité, mais plutôt comme une composante nécessaire à la vie. C'est un propos qui me parle. Je trouve que vous avez réussi à le maîtriser dans ces quelques instants, en évitant de fuir devant l'insoutenable inquiétude du passage fatal et de l'après.

J'ai bien aimé le rythme des vers, bien accordé à celui de la voix. Elle est chaleureuse et "amicale" comme l'appelle votre texte.

Deux points me dérangent (petit problème personnel). Je n'aime pas la notion de paradis et pourtant du titre à la chute elle est au cœur du poème. Je trouve que la vie est belle et un tout parce que la mort est un vide et un rien, le paradis n'est qu'une échappatoire. Si j'avais adhéré à votre vision, j'aurais pu noter d'un beaucoup+.

   Queribus   
3/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Tout d'abord bonne et heureuse année 2019 en souhaitant de pouvoir encore profiter longtemps de vos belles chansons. En ce qui concerne celle-ci, on ne peut pas dire que ce soit très gai pour commencer l'an mais comme l'écriture et la musique sont quasi parfaites, on ne peut que s'incliner devant tant de profondeur, de rigueur et de poésie. J'espère quand même que la prochaine fois, on aura droit à quelque chose de plus gai, sachant que vous pouvez tout faire et tout chanter.

Bien cordialement.

   Eki   
4/1/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Quel thème en ce début d'année...ça ne respire pas la joie mais le sapin...
Bipol, est-ce l'arbre de Noël qui vous a inspiré ?

Eki'mortelle ne rêve pas de ce paradis...qui fait partie de la vie, oui, je sais !

Sans rancune, j'espère

   STEPHANIE90   
4/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bipol.

Je n'ai jamais entendu d'aussi charmante complainte sur la mort.
Elle se rappelle à nous quand on prend "trop" de risque :
quand tu es seul elle vient parler
elle fait la fière elle est sûre d'elle
elle est pour toi ta sentinelle>
L'espérance de l'auteur qui s'invente un paradis pour l'affronter, juste à la suite.
Le retour sur l'enfance où elle rodait déjà mais qui sait comment l'appréhender ?
Puis l'acceptation de ce passage obligé et son attente avec les préparatifs qu'il faut anticiper...

C'est le plus beau poème sur la "mort" que j'ai pu lire, alors MERCI pour ces vers et cette belle musique qui l'accompagne. Et j'espère un prochain texte prochainement ?!?

   BlaseSaintLuc   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Pas
non non et non , la mort ne parle pas à l'oreille comme un léger souffle de vent , la mort ne prévient pas , je ne peux pas avoir une bonne note sur ce texte, même si la petite musique qu'il en émane sonnerait juste un peu quand même , la mort ne chante pas ! elle vous prend , vous arrache , vous dévore , vous Broye .

"la mort t'attire à chaque instant
tu la voyais déjà enfant
tu regardais alors le ciel
ce n'était pas le père Noël

et maintenant vous êtes amis
elle t'a promis ce paradis
elle t'a donné une place pour deux
c'est une place pour amoureux
"

candidature au suicide , curiosité pour voir si ,le père noël ou le paradis existe ?
la mort n'est pas une chanson douce ,définitivement!

   LEPOETEPOETE   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
faire jouir ses neurones sur ce texte me parait impossible mais je respecte les souffrances de l'auteur si l'écriture l'aide à survivre. Je suis dans un troupe, je fais des spectacles, je ne pourrais trouver des spectateurs pour tenir une heure ou deux sur le thème de la mort, voire du suicide. Un poète doit donner de l'espoir et penser aux autres pour s'en sortir. Les poètes guillotinés à la révolution pour leurs idées auraient bien voulu vivre. Il faut plus de courage pour vivre que pour mourir... surtout quand je vois autour de moi des amis avec des cancers et qui se battent pour vivre.

   solo974   
10/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour bipol,
J'aime beaucoup votre poème, qui aborde avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse un sujet ô combien (et hélas) tabou : le suicide ou plutôt la tentation de passer à l'acte.
J'ai particulièrement apprécié qu'après avoir été qualifiée de "fantasme", la mort soit personnifiée ("elle est assise", "elle vient parler", "guettant tes mots", "elle te répond", "autour du cou"). Ce procédé donne en effet à votre poésie une grande puissance.
Un texte fort, dont la portée métaphysique m'a personnellement émue, et un lien musical de grande qualité.
Bravo et excellente continuation à vous !


Oniris Copyright © 2007-2019