Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
bmick : Petit nous
 Publié le 03/11/19  -  4 commentaires  -  1215 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

Une histoire naissante emportée par le slam par un grand débutant.


Petit nous



Une page blanche grande et vide qui n’est pas sans rappeler
Qu’un profil sur adopte était à compléter

Cette page vierge de mots laisse place nette à l’histoire
Qui peut-être s’écrira au fil de tous ces soirs

Mon profil complété me voilà donc paré
Pour entrer dans l’arène de cette jungle sans pitié

Un samedi soir pluvieux je décide juste pour voir
De me prendre à ce jeu indécis illusoire

Passent profils et photos à un rythme effréné
Mais rien de bien concret d’avance c’était marqué

S’envolent l’heure et l’espoir d’un profil hors standard
Et c’est là sur le tien que je tombe au hasard

Ce profil si complet si vrai si étoffé
Ne pouvait pas s’enfuir sans que je l’aie charmé

Le charme était lancé dans la longueur du soir
C’est ainsi que naquit le début d’une histoire

Un verre un bon resto une balade partagée
Le temps s’est arrêté le temps de deux soirées

L’histoire ne nous dit pas quel est son devenir
C’est les mains du destin qui vont le définir

Des paroles des regards des moments échangés
Les cœurs eux ont parlé un petit nous est né


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
21/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Ce slam est le symbole des tentatives de rencontre par internet interposé. Vie moderne oblige, du moins pour ceux qui placent leurs espoirs dans ces techniques.

Le récit est bien formulé "Mon profil complété me voilà donc paré
Pour entrer dans l’arène de cette jungle sans pitié".
La quête de l'âme sœur aussi "Ne pouvait pas s’enfuir sans que je l’ai charmé".

Le dernier vers semble vraiment très hâtif, même pour un conte de fée...

On sent que l'auteur pourrait étoffer son histoire pour la rendre plus captivante.

A vous relire.

   cherbiacuespe   
23/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
N'étant pas un grand spécialiste du slam (d'ailleurs je me demande bien de quoi je suis spécialiste... Et si c'est très utile), je me contenterais du ressenti. Et c'est une très belle petite histoire qui m'a bien amusée. Originale, même si c'est du déjà vu, par son côté suspense.

En effet, la fin permet de se demander quelle sera la suite, parce qu'il y en aura une, c'est certain. "L’histoire ne nous dit pas quel est son devenir, C’est les mains du destin qui vont le définir" ne laisse aucun doute sur le sujet, même si "les cœurs ont parlé".

Le texte se laisse lire en douceur, sans heurts ni tracas. Pas de questions, des constats, des évidences, et tout va bien... Et c'est bien!

   Pouet   
3/11/2019
Bjr,

pour moi c'est bien cette expression de "petit nous" qui serait à fouiller. C'est douillet, modeste, tendre, presque enfantin, évocateur. Oui, j'aime beaucoup cette idée de "petit nous" et je crois que cette idée gagnerait à être développée, je pense qu'il y a ici une belle matière à exploiter.

Sinon l'ensemble se lit bien, sans grande surprise ni originalité particulière. On ressent de la sincérité et de l'implication.

Détails ou pistes d'amélioration:

j'ai eu un petit doute sur "longueur" du soir que j'ai trouvé un peu étrange. "Langueur" du soir plutôt?

Les deux "temps" dans: "Le temps s’est arrêté le temps de deux soirées"

Le "blanche" et "vide" du premier vers assez redondant. Et plus largement la mise en place un peu laborieuse du texte, je trouve qu'on se répète un brin au début.

Les nombreuses répétitions: "page", "compléter/complété", "profil/profil/profils", "soir", "histoire", "charmé/charme"...

Voilà ce que j'ai pu relever de façon non exhaustive.

Bonne continuation.

   Robot   
3/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Pris dans son ensemble, l'histoire contée par ce slam m'a touchée. J'ai beaucoup apprécié le fond, plus que la manière.
En effet, la forme me semble être une sorte de résumé des imperfections du slam, art que j'apprécie en général mais que des réalisations insuffisamment travaillées conduisent trop souvent à le faire considérer comme une expression mineure. Et la responsabilité en revient aux compositeurs de slam eux-mêmes.

Donc à propos de ce texte je vois déjà les fréquentes répétitions de mots qui font penser à un manque de recherche du vocabulaire. (Je pense à "page et profil")
Je vois aussi les fautes expressives et de grammaire comme si négliger la langue permettait de faire populaire. "c'est les mains" au lieu de "ce sont les mains." par exemple.
Et puis l'emploi de mot passe-partout qui pourrait être aisément remplacé avec un peu de recherche. Je pense ici à la reprise de l'introductif "c'est …" c'est là - C'est ainsi - c'est les - qui amène des vers décevant alors que par ailleurs on trouve de belles envolées qui m'ont enchanté comme:
"Un samedi soir pluvieux je décide juste pour voir
De me prendre à ce jeu indécis illusoire"

et

"Ce profil si complet si vrai si étoffé
Ne pouvait pas s’enfuir sans que je l’aie charmé"

ou
"Des paroles des regards des moments échangés
Les cœurs eux ont parlé un petit nous est né"

Un sentiment mitigé donc car je pense qu'il est possible de conserver la spontanéité du slam sans pour autant négliger la qualité de la rédaction. Les passages que j'ai cité ci-dessus sont la preuve que cette qualité est possible.


Oniris Copyright © 2007-2019