Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Quitte à paraître ridicule…
 Publié le 03/11/19  -  8 commentaires  -  576 caractères  -  201 lectures    Autres textes du même auteur

Assise à une table, non loin d’une piste de danse, Belle s’ennuyait...


Quitte à paraître ridicule…



Quitte à paraître ridicule
Belle m’invite du regard.
Comment veux-tu que je recule ?
Mon index s’en étonne hagard !

Je m’approche, mystérieux,
Quitte à paraître ridicule.
« Danseraient-ils ces beaux yeux ? »
Se redresse ma caroncule !

Belle pose son réticule.
Je lui demande sans rosir,
Quitte à paraître ridicule,
« Ta chaise, puis-je m’en saisir ? »

Une gifle accueille mon zèle,
Dans ma tête tout se bouscule,
Mais déjà, je ne vois plus qu’Elle,
Quitte à paraître ridicule.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
13/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Classique
Deux petites erreurs prosodiques :
- Si le h de hagard est, comme je le crois, aspiré, le vers 4 compte neuf syllabes.
- L'alternance des rimes féminine/masculine n'est pas respectée entre les deux premières strophes. Le vers 4 et le vers 5 sont deux rimes masculines différentes (gard, rieux).
Dommage, ce maillet léger dit joliment ce qui put se produire pour beaucoup. Mais certaines histoires similaires finirent par "ils s'aimèrent longtemps et eurent beaucoup d'enfants".
Que notre auteur persévère et écrive encore d'autres petits maillets.
Anje en EL.

   ANIMAL   
19/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Plutôt amusant, ce rituel de séduction peu couronné de succès. La caroncule au vent, notre coq tente sa chance mais reste le bec dans l'eau.

La répétition du vers "Quitte à paraître ridicule" dans chaque strophe à une place différente est très bien amenée (je ne connais pas le nom de cet effet de style).

Il n'y a pas de grandes envolées dans ce poème mais il raconte quelque chose de très visuel et est criant de vérité. Un seul vers détonne un peu, "Mon index s'en étonne hagard", utile pour la rime mais peu harmonieux. Il faudrait trouver plus poétique.

Quoiqu'il en soit, j'ai bien souri en lisant les déboires de ce galant.

en EL

   Hananke   
3/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Un petit maillet qui ne manque pas d'attrait mais je me demande
pourquoi une gifle pour une simple demande d'assise ?
Surtout à notre époque, surtout après l'invite du regard, ou
il existe tout un contentieux entre les "tourtereaux" mais nous
ne le savons pas.
La disproportion gâche un peu la fin de ce poème, dommage.

Un vers de 9 syllabes mais nous sommes en contemporain et j'ai
appris le mot caroncule que je ne connaissais pas.

   Provencao   
3/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai aimé que votre choix se pose sur la séduction.....assez peu usitée en poésie depuis quelque temps...

Mais déçue de l'approche dont vous avez construit vos vers. Pour moi la séduction invite la langueur, des aveux de faiblesse, de maladresse, une approche s'apparentant au masque.....


" Une gifle accueille mon zèle,
Dans ma tête tout se bouscule,
Mais déjà, je ne vois plus qu’Elle,
Quitte à paraître ridicule."

L'attirance ?????je ne l'ai pas ressentie...j'aurais aimé que vous vous demasquiez dans un jeu de charme et dans lequel Belle se serait reconnue comme dans un miroir...

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
3/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Quidonc
Un maillet ! j'en suis marteau, alors je me tape sa lecture... vaut-il plus qu'un clou ?
Soyons sérieux !
Cette femme là-bas, on dirait qu'elle me regarde ? Je m'avance alors qu'au bal la musique prête à danser ; ni une ni deux, je l'invite et vlan pour réponse une gifle bien cadrée !
NB aujourd'hui, la belle pourrait porter plainte pour harcèlement... alors qu'en ce temps " que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ", on ramassait un râteau, allait de table en table pour en ramasser d'autres, et rester " tout con " à regarder les autres danser !
je trouve que la Belle du héros n'est guère sympa ; elle a une drôle de façon de répondre " non, merci ! "
Certes le héros fait les yeux doux tel un coq, avec sa caroncule redressée, mais " danseraient-ils ces beaux yeux " est bien gentil face au plus entendu " on danse ??? "
j'aime bien cette scénette où le soupirant qui vient d'en prendre " une ", plutôt qu'en vouloir à damoiselle, ne voit plus qu'elle !

malheur ! le 4e vers devient " ennéasyllabe ", avec ce "e " sonore et puis le 7e vers laisse tomber ses copains " octosyllabes " pour se montrer " heptasyllabe " !
le maillet est poème à forme fixe, construit ainsi ;

ABAB
AACC
ADAD
AEEA

aussi, cher poète votre cheminement est quelque peu boiteux !
néanmoins, comme j'aime votre scénario, je vous encourage en notant " généreusement " !

   BernardG   
4/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Quidonc,

Voilà un poème fluide et amusant avec un vocabulaire peu usité (réticule et caroncule) qui, pourtant, ne nuit pas à la compréhension et valorise même l'ensemble....

Pour ma part, j'ai bien compris cette gifle (nous sommes à la limite de l'humiliation ah ah ah....bientôt un texte de loi :) )

Au regard de l'esprit moqueur (parois un peu grivois) du français, je repenserai ce vers:
"Comment veux tu que je recule ?"

Bien à vous

Bernard G.

   Davide   
5/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Quidonc,

Le vers refrain de ce maillet ("Quitte à paraître ridicule") nous invite à (sou)rire plus qu'à tout autre chose. Oui, le poème m'a amusé, mais je regrette un certain nombre de maladresses ou de non-sens.

Voyons plutôt : l'enchaînement des deux premiers vers est - si j'ai bien compris - une faute de français, puisque "Quitte à paraître ridicule" se rapporte au narrateur tandis que le vers suivant a "Belle" pour sujet. En bon français, on dit : "Quitte à paraître ridicule, je...". Même le registre comique ne justifie pas, à mon avis, cette rupture syntaxique (que l'on appelle anacoluthe, en rhétorique).

Les autres occurrences de ce vers-refrain (dans les 3 autres strophes) sont beaucoup plus réussies, plus encore la dernière, qui clôt sympathiquement la "scène de ménage".

De plus, il y a plusieurs expressions que je n'ai pas comprises ou qui me semblent mal exprimées : "Mon index s’en étonne hagard !" (une métaphore ?), comme "Danseraient-ils ces beaux yeux ?" (une métonymie ?) qui d'ailleurs ne compte que 7 syllabes.

Sur l'ensemble, mon impression demeure plutôt positive. Je trouve que le comique - très visuel - fonctionne bien, l'omniprésence des rimes en [cule] y étant en partie pour quelque chose.

NB : Pour éviter les erreurs sur l'alternance des rimes, composer sur deux rimes est idéal :
A¹BBA / BA¹AB / BAA¹B / ABBA¹
A¹BAB / BA¹BA / ABA¹B / BABA¹

Sinon, il faut alterner les schémas de rimes selon les strophes, mais je vois que papipoete vous l'a déjà suggéré.

   Raoul   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Quitté à paraître ridicule, merci d'avoir enrichi mon vocabulaire avec cette "caroncule".
J'ai bien aimé ce pouême léger que le choix des rimes en [ule] rend amusant -voir ceux d'Alphonse Allais- car oui, le lecteur est un potache qui ne dort que d'un œil. Quand, de plus, l'auteur nous montre la direction de son érectile "index", nous sommes dans le narquois...
Bien troussé, sympathique, narré avec humour, que demandé de plus pour un plaisir de lecture bon pour le sport des nombreux muscles que mobilise le sourire.
Merci ;)


Oniris Copyright © 2007-2019