Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Hold-up céleste !
 Publié le 09/12/14  -  11 commentaires  -  712 caractères  -  202 lectures    Autres textes du même auteur

Purement imaginaire. Signé Rosetta !


Hold-up céleste !



Dieu ne fait pas une syncope
Quand un astronome pervers
Le braque avec un télescope
Qui a tout l’air d’un revolver

La clé de voûte il la lui offre
Qui ouvre sur la Voie lactée
La salle abyssale des coffres
Avec la Lune en porte-clés

Or ce n’est pas celle qu’espère
Notre voyeur de grands chemins…
Mais d’un trousseau plus ordinaire
Une clé s’ouvrant à l’humain

Un rossignol plus prosaïque
Un double lui communiquant
De la céleste mécanique
Le code-barres fabricant

La réponse est toujours la même :
Il faut pour cette construction
Que la simplicité extrême
Ait dépassé la perfection.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
9/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Ne serait-ce la forme qui me déconcerte, bien que nous soyons en contemporain, ce poème comporte des images formidables qui m'ont
attiré.
Tout d'abord les deux premiers quatrains que j'adore même si le deuxième est déjà plus laborieusement construit.
Il faut le trouver, l'astronome et son revolver et la lune en porte-clés.
Le reste est plus aléatoire tant au niveau de la compréhension
que de la composition.
Quoique j'aime bien aussi le code-barres du fabricant.

   Francis   
9/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il cherche dans le ballet des galaxies, le souffle du Big Bang, la main du créateur. Il lui a construit des cathédrales aux nefs toujours plus grandes. Il cherche à décrypter un signe dans la voute céleste alors que l'indice se trouve peut-être dans son cœur. Lui, si prétentieux, si petit voudrait conquérir l'espace infini comme ses ancêtres ont conquis l'Amérique ou l'Afrique. Oui, l'homme est perfectible !
J'aime dans vos vers ce mélange de poésie, de dérision qui transforme la Voie Lactée en grand supermarché (coffre,code-barres, porte-clés)

   Pimpette   
9/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
la première strophe fait ma joie!
A cause d'elle sans doute, je ressens le poème comme une contine aristocratique....
C'est charmant!
Qui est Rosetta?

J'adore: que la simplicité extrême ait dépassé la perfection!!!!
Une idée magnifique
J'y souscris vigoureusement;

   papipoete   
9/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
bonsoir, heu...bonjour;je lis ce poème comme un conte qui émerveillerait l'enfant, avant le passage du "marchand de sable". Le "méchant" serait le "voyeur de grands chemins", et le "gentil" "Dieu", qui ne se fait pas prier pour donner les clés ouvrant sur la voie lactée, la salle abyssale des coffres. Le conteur devrait cependant expliquer (prosaïquement) le sens exact de la chute du récit?
J'aime particulièrement le 2e quatrain, ce "avec la Lune en porte-clés"

   Damy   
9/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime bien cette fable légère jusqu'au 3° quatrain, après je suis un peu perdu. Je vois bien que l'on redescend sur terre où les affaires des hommes devraient être plus simples que celles de Dieu à condition d'avoir le passe-partout (?), mais j'avoue que pour arriver à cette "construction," j'ai dû gamberger. Autrement dit, les 2 derniers quatrains ne m'ont pas sauté aux yeux.

Merci, bonjour.

   Ioledane   
10/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé l'humour de cet écrit, et quelques savoureuses images éparses : l'astronome pervers, la Lune en porte-clés, le voyeur de grands chemins.

Cependant bien que le dernier quatrain 'sonne bien', je ne suis pas sûre d'avoir saisi l'intention de l'auteur, et les 3ème et 4ème quatrains me laissent perplexe.

Un texte sympathique néanmoins.

   Anonyme   
10/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que dieu fasse une syncope est une idée originale, comment pourrait-il la faire ? Et on poursuit avec une image plus forte : on le braque avec un révolver. Comment le faire ? Très bonne idée. Il ouvre le coffre, c'est excellent. Avec la lune en porte-clés, c'est très bon. Déception, le contenu du coffre n'intéresse pas le type. Il veut l'humain, c'est quoi ? Il veut qu'un homme lui donne la recette des hommes. C'est très fort, il ne veut pas dieu, il veut la contemplation. D'un bout à l'autre, ce n'est que trouvailles et vérité. Très fort, j'y vois une force et une intelligence.

   Curwwod   
11/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaaucoup, le rythme, la malice de la métaphore où le contemporain, le moderne, une forme de dérision amusée, côtoie la voute céleste et les questions sans réponse humaine qui la traversent. Les derniers vers débouchent sur une réflexion d'ordre philosophico-esthétique que j'apprécie beaucoup et qui me paraît correspondre à une vision du beau qui pousse à la méditation.. L'expression en est d'ailleurs très forte.
J'ai vraiment aimé.

   Edgard   
11/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’aime bien la manière dont vous traitez avec humour les questions fondamentales que d’autres abordent avec sérieux, parfois un peu trop… De toute façon la réponse est toujours la même. Faut voir ? Repassez, c’est pas encore ça ! Et puis c’est écrit avec légèreté et c’est musical et rapide.
Bravo.

   Pussicat   
13/12/2014
Ah là je dis bravo !
joli texte bien troussé de clefs de trouvailles, bien luné !
le premier quatrain est une merveille... et puis je retiens :
"Avec la Lune en porte-clés"
Prendre un thème comme celui-ci pour en faire une fable moderne aussi courte et dense est un vrai tour de force.
A bientôt de vous lire,

   Robot   
14/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sautillant et amusant, sans prétention mais il y a tout de même une idée, ce message du dernier quatrain que j'aime beaucoup:
La réponse est toujours la même :
Il faut pour cette construction
Que la simplicité extrême
Ait dépassé la perfection. .
Simplicité, perfection, ce à quoi voulait tendre ce texte aussi peut-être ?


Oniris Copyright © 2007-2020