Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Bossman : Ce matin
 Publié le 14/07/20  -  13 commentaires  -  4245 caractères  -  93 lectures    Autres textes du même auteur

Vers écrits un lundi matin je crois. Je crois aussi qu'il faisait encore beau. Bah ! Époque lointaine où les lecteurs de poèmes étaient plus nombreux, les soldats plus bleus et les truands plus innocents.


Ce matin



iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaCe matin
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaUn nouveau matin
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPour réinventer le monde
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaUne invention ronde et bleue
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaUne invention avec des yeux
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaAvec une bouche, et des oreilles,
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaAvec ses rides et ses humeurs
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPour écouter
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLe bruit du matin
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPour écouter
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLes bruits du tram et du métro,
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLes bruits des gares
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaEt ceux des percolateurs
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaDes pas des travailleurs

iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaCe matin
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLes yeux qui s’ouvrent
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaSont neufs
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaComme des boules et des guirlandes

iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaCe matin
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaRien n’a été décidé
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLes contrats n’ont pas été signés
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaLe patron n’est pas encore arrivé
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPas encore

iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPas de hâte
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaVoulez-vous encore du café ?
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaIl en reste
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPour vous
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaIl en restera toujours
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaEncore brûlant
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaDes rêves de la nuit
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaTout au fond
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaTout au fond
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaDe la grande cafetière bleue
iiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaEt ronde


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
22/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Il y a dans ce poème quelque chose qui évoque pour moi le monde de Prévert. Je ne sais si c'est d'avoir pris la peine de mettre en scène les travailleurs qui riment avec percolateur (j'aime beaucoup cette association qui prospère d'elle-même avec bonheur.)

Il y a donc tout un petit monde vibrionnant qui donne vraiment une image vivante pas du tout fabriquée ni fortuite. L'auteur·trice sait voir et raconter.

Le tout avec beaucoup de simplicité ce qui je crois est un atout essentiel en poésie !

Merci de ce partage

Commenté en E.L

   Eclaircie   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Bigre ! C'est la première fois que je vois un smiley en exergue !
(un peu allergique, surtout à la taille de ceux d'Oniris, j'avoue)
Sans ça la phrase est délicieuse et invite à lire.

Un poème sur la banalité de la vie avec un éclairage sous forme de zooms sur des points précis avec en filigrane une vision globale du monde.
J'ai aimé ce regard allant la planète "bleue et ronde" jusqu'à la cafetière "bleue et ronde".
La "sphère" est très présente.
Les objets n'en sont plus vraiment, les éléments deviennent objets.

Une simplicité qui amène à la réflexion, habile poème, j'ai aimé.

Merci du partage,
Éclaircie

Édit : le smiley a disparu, je ne le regrette pas, il me semble que la mise en page aussi, là, j'approuve cet alignement centé à gauche et je relis et j'apprécie encore plus.

   Donaldo75   
3/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai adoré l’exergue, et pas seulement à cause du smiley – dont je viens de voir au passage qu’il n’a pas recueilli tous les suffrages mais c’est le jeu ma pauvre Lucette disait un gars luxueux au doux prénom de Guy – parce qu’elle introduit bien l’esprit du poème. Il y a du Prévert dans cette composition, du moins dans la lettre. Et l’ensemble résonne bien comme un poème moderne, décalé, l’image que j’ai eu de la poésie quand je l’ai apprise à l’école en commençant par des gars dont l’intention se focalisait sur le fond, la tonalité, et non le respect absolu de vieilles règles héritées du passé, de quand notre belle langue hésitait entre des emprunts au latin et au grec, s’inventait des contraintes juste pour faire chier le reste du monde et séparer les gueux du clergé. Prévert avait ça de frais dans sa poésie. Il rendait les belles lettres au peuple des lecteurs.

   Corto   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Bossman,

Ce poème est pour moi comme une tranche de vie sublimée.

Ce "nouveau matin pour réinventer le monde" me plait bien. C'est une manière de regarder la vie plutôt dynamique.
Puis ce développement sur "écouter le bruit du matin" est une prise de distance en même temps qu'une complicité avec ce qui nous entoure.

Le café (bien sûr !) nous invite à un moment convivial, de ceux qu'on ne compte pas mais qui comptent beaucoup.

Une belle ambiance bien formulée.

Merci pour ce partage.

PS: je ne suis pas fan du cadrage à droite: qu'apporte-t-il vraiment ?

   Hananke   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Évidemment, on ne peut s'empêcher de penser à Prévert en lisant
ce joli texte libéré.
J'aime bien l'invention ronde et bleue pour notre bonne vieille Terre.
Toute les harmonies du matin du travailleur sont ici rassemblées.
Les yeux qui s'ouvrent sont neufs comme des boules et des guirlandes : j'aime beaucoup ce petit quatrain.
Mais moins le suivant qui est plus (+) terre à terre, mais la poésie
reprend le dessus avec le final.

   Provencao   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Ce matin
Les yeux qui s’ouvrent
Sont Comme des boules et des guirlandes"

J'ai bien aimé ce matin complice d'un moment de vie.

Et c'est ce matin narré de mise en intrigue que ce petit monde, par l'entremise de la lecture, devient attentiive à cette portion de vie.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   hersen   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème qui rapetisse son champ au cours de la lecture, de la planète et son nouveau matin, à elle toujours pareils, à une signature de contrat, à un café.
Qui nous ramène, du fond de la cafetière, aux rêves de la nuit.

Un bon rythme, enjoué, par contre, je suis moins fan de la présentation en milieu de page justifié à gauche. Mais le fond du propos n'est pas là.
Heureusement :)))

Merci de ce poème-matin !

   Angieblue   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Il y a un message très positif dans ce poème: regarder le monde avec des yeux d'enfants...
Ainsi, le poème décrit le monde comme une tête de bonhomme "ronde et bleue...avec des yeux...".
Cette métaphore infantile explique aussi l'emploi de la comparaison avec "boules et guirlandes " dans la deuxième strophe.
Tout cela renvoie à la vie qui peut faire penser à un jeu de rôle...

Il y a un rythme dans ce poème, une cadence, une musicalité marquée par le jeu sur les répétitions: "ce matin", "une invention", "avec"...pour représenter le rythme répétitif de la vie, une certaine routine...

La dernière strophe est plus émouvante avec la grande cafetière "bleue et ronde" qui symbolise aussi le monde. Et "au fond", quoi qu'il arrive, il restera toujours un peu d'espoir, un peu de rêve...si l'on sait garder son regard d'enfant.
C'est un très beau message, et j'ai bien aimé la structure en boucle et le côté ritournelle.

   papipoete   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Bossman
Un matin comme un autre ; encore un matin...les images du film de la nuit sont encore présentes, et l'auteur entre deux gorgées de café s'en inspire pour ce jour qui commence.
NB un poème que l'on pourrait chantonner, à la manière de Dutronc ou Goldmann, c'est selon...
La planète semble l'amie du héros, avec ses oreilles et ses yeux, encore tout assoupie, mais les bruits de la vie vont bientôt, la réveiller...

   Yannblev   
14/7/2020
Bonjour Bossman

Quant à moi j’ai plutôt pensé à ces vers d’Aragon pour Robert Le Diable (Desnos)

« O la Gare de l’Est et le premier croissant
Le café noir qu’on prend près du percolateur
Les journaux frais les boulevards pleins de senteur
Les bouches du métro qui captent les passants…. »

Ça s’arrête-là pour les comparaisons qui n’ont jamais raison.

Ce texte évoquant via la matin et le jour qui vient est une promesse : rien n’est encore décidé et donc l’avenir nous appartient… il commence d’ailleurs tout de suite en oubliant les formalités et les obligations contractuelles, bref il commence dans un parfum de liberté, le simple parfum du café dans une cafetière bleue. On va le déguster tranquillement, doucement, c'est sûr et ce sera bon.

C’est très bien pensé et bien écrit… mais j’ai toujours autant de mal avec cette écriture qui « va à la ligne » sans que je comprenne toujours pourquoi.

merci pour ce p'tit déj. sympa

   Lebarde   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,
Sur mon Iphone la présentation m'est particulièrement désagréable et inconfortable et pour quel résultat au bout du compte?
Je m'interroge.
Je verrai sur mon ordi.
Avant d'envoyer j'ai allumé mon ordi ( heureusement) et la présentation me convenant mieux je revois mon commentaire en conséquence.

"Ce matin un "....lapin. J'allais continuer sur le tube de Chantal Goya.
Ne me dites pas que je suis un fan, je serais vexé mais j'ai des enfants et des petits enfants!!
La suite du poème s'éloigne quand même de la philosophie "du lapin qui rencontre un chasseur"!

Heureusement et j'y note de bonnes réflexions sur la vie de tous les jours avec ses bruits ( surtout ses bruits) mais aussi ses images, ses rencontres, ses spectacles.
Des idées intéressantes, mais alors le rendu de la mise en pages sur iphone !! mais j'ai revu "pour le mieux" mon ressenti sur le sujet.

Pas trop fan quand même, désolé.

Lebarde

   Pouet   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

Eh oui, une très belle poésie tout en simplicité. Pas un truc clinquant et pseudo recherché, frimeur et faussement profond comme aiment s'y complaire certains ici... Par exemple Pouet pour ne pas le citer.

Oh, peut-être que j'aurais plus vu "invitation" à la place d'invention au cinquième vers et peut-être que ma cafetière finale aurait été rouge et carré ou alors en ellipse rose bonbon... Mais, mais.

Merci , au plaisir d'en lire d'autres des comme ça/

   Ascar   
14/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des mots qui saisissent l'instantané à la manière d'une photographie. L'auteur, qui fait partie de la scène, semble spectateur avant tout.
Je ressens une sorte de lutte interne, une confrontation entre la vie rêvée et la réalité. Chaque jour nouveau offre la possibilité d'un nouveau départ mais nos obligations nous ramènent toujours sur le chemin de la veille ...
Je vous souhaite, tout de même, de signer vos contrats ;)


Oniris Copyright © 2007-2020