Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
brabant : Tapage
 Publié le 02/09/13  -  7 commentaires  -  1436 caractères  -  207 lectures    Autres textes du même auteur

Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté… Fable.


Tapage



“Cocorico !” fanfaronnait le coq français.
“Kikiriki !” carillonnait à la volée le coq allemand.
“Cocori…
Kikiri…
Cocori… Kikiri… Cocorikikiri… Cocorikiki…
Cocokikicoki… Cocokiko… Cokicori… Rikiki…
Cokicorikico… Côôôôô !… Kiiiiiiiiii !…”

C’était à la frontière strasbourgeoise où l’on aurait pu croire
Entendre résonner les cuivres de L’Or du Rhin
Et rouler encore les sabots des chevaux de Freyja.
“Kicoricokirikico… Kiiiiiiiiii !… Côôôôô !…”
Décidément on ne s’entendrait jamais.
La cacophonie allait bon train
Tandis que le soleil se levait en s’éployant.
Ni francogermanophile ni germanofrancophobe
Du haut de sa rotondité il n’était d’aucun bord.
“Vanité francogermano phobophilo merkollandélienne !”
Se fussent exclamés de concert Linné et Buffon
Grands Casificateurs devant l’astre roi.
“Vanitas vanitatum…”

Moralité
“Que l’homme est petit quand on le contemple du haut de la mère de Glace !”
Combien vains sont les coqs !
Hum…





La “mère de Glace” est empruntée à monsieur Eugène Labiche… et à Son Altitude le Mont Blanc, le “kiki de Coco” coupé et sifflé à Guillaume Apollinaire.


______________________________________________
Ce texte a été publié avec un mot protégé par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   leni   
3/9/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Brabant
D'habitude je recherche dans tes écrits des traits(flèches) dissimulées Ici rien n'est dissimulé En te lisant j'ai vu passer la vanité du monde telle que je la vois moi-même Superbe! Un pinson peut dire ratchatchavidja batiscotja son voisin peut finir sa tirade
par batiscowichVoilà Les grands classificateurs diront y a des scotias et des scowichs Autres cacophonies! Et cet ensemble de cacophonies:C'est la vanité du monde Et tes coqs ont le talent des variantesJ'ai pris un immense plaisir à te lire et te relire Vanitas vanitatum!Merci monCher Brabant Tu vas étonner tous les coqs anglais qui en Wallonie s'affrontaient en concours de chants...
Edit les deux coqs pour moi sont exemplatifs et comme les pinsons que je cite ils sont des caricatures de l'immense
cacophonie "identitaire"du monde Cette interprétation est personnelle ....J'ai un faible pour le coq qui est l'emblème
de ma région

   Renaud   
3/9/2013
Bonjour, je vous dois plusieurs commentaires brabant et ça m'ennuie de commenter ce poème, je commenterai des textes plus intéressants de votre plume avant le retour de l'été...

Bon c’est l’histoire des chiffons danois et des chiffons suédois chez Andersen, vous renvoyez dos à dos les nationalismes. Mais je comprends mal qu’en face du coq chauvin, il y ait un autre coq au lieu de l'aigle à deux têtes attendu, avec lequel vous auriez pu faire quelque chose. Peu de chose à lire dans ce poème, qui aurait fait son effet en 1930, pas en 2013 à l’heure où les étrangers préférés de Français, selon des sondages, sont les Allemands, grâce au ciel. La démarche a 80 ans de retard. Le rythme est enlevé mais ça a été écrit aussi vite que ce commentaire. La moquerie sur Wagner me semble plate et ne suggère pas que vous le connaissez, surtout que vous ne mettez pas Carmen en face, pour reprendre une opposition que Nietzsche crut bonne à faire.

A quoi sert de me décarcasser si une telle pochade est notée exceptionnel...?

   Bidis   
3/9/2013
Je dois m'avouer un peu consternée... Certes il y a des vers qui me rappellent le talent de Brabant :
"Entendre résonner les cuivres de L’Or du Rhin
Et rouler encore les sabots des chevaux de Freyja."
Mais pour le reste, je n'adhère vraiment pas.
L’emblème de l’Allemagne est un aigle noir, son orgueil est autrement plus sombre et dangereux que celui du coq et leurs cris ne se ressemblent pas. D’ailleurs, je trouve que Merkel a une autre dimension que Hollande, mais ça c’est mon avis. Qu’ils se pavanent et se gargarisent tous les deux un peu bêtement de leur amitié après les horreurs du passé, c’est une autre histoire. Si c’était cela le thème (je n’ai peut-être pas compris), cela aurait de toutes façons pu être mieux dit. Ces "cocorico !" à toutes les sauces sont lassants et "La cacophonie allait bon train" ne serait même pas de la belle écriture dans une nouvelle...
Sincèrement désolée.

   Pimpette   
5/9/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ta page...ou la mienne?

Avec deux douzaines de cocorico tu nous fais croire à un long poème inspiré...c'est très fort...

Coq au vin? un peu tiré par les plumes?

T'as tout bon quand même avec Labiche qui me fait tordre, seule dans ma famille qui me méprise gentiment pour mes goûts de bas étage!

Sacré Brabounet!
Ta pimpette aux bisous

   KIE   
6/9/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ainsi, de part et d’autre du Rhin, les coqs entretiendraient les mêmes rapports conflictuels que nous autres les primates ?
Ai-je bien compris ?
Intéressant, ce jeu qui consiste à distordre mots et sens et les rencontres improbables, ainsi « kiiiiiiiiii… » avec l’Or du Rhin et des chevaux de Freya avec « Côôôôô… », au reste, je me demande s’il n’y a pas une faute dans « Côôôôô ».
J’ai pris beaucoup de plaisir à m’attarder sur ce texte.
Mais trop de choses m’échappent, à moins que…
Car d’après Diogène (ou un autre, peu importe) selon les critères diacoptiques de Platon, l’homme serait un coq (donc le coq un homme).
De sorte qu’il ne s’agit pas d’un documentaire sur les gallinacés comme je l’ai d’abord cru mais d’une façon de parabole.
Ce qui commanderait de remanier mon commentaire.
Trop tard.
Dans tous les cas, merci ! car j’ai plaisir à m’agiter les neurones en votre compagnie.

   Mona79   
12/9/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le coq est l'emblème de la Gaule (est-ce encore la France à l'heure de l'euro ?) sont-ils donc vains ces français pour être ainsi identifiés à ce volatile hurleur... Mais le coq allemand (mais si, ils en ont un, eux aussi, de l'autre côté du Rhin) est-il moins tapageur que le nôtre ? C'est sans aucun doute ce que tu as voulu démontrer. Cela donne un poème cacophonique qui fait mal aux oreilles, quant à l'entendement... ma foi je ne m'y risquerai pas ! Ton souci de la dérision est allé loin cette fois, mais sur ce coup-là je ne t'en voudrai pas.

   Anonyme   
25/6/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Un "Tapage" qui fait beaucoup de bruit pour rien parce que ce texte me paraît seulement un "survol" sans vraie profondeur.
Je ne suis pas parvenue après plusieurs relectures à trouver un intérêt quelconque à cet écrit.

Est-ce que j'aurais aujourd'hui l'esprit endormi, mais vraiment cela me laisse de glace, pour moi ce n'est que du "blabla", un peu "casse-pieds", pas vraiment poétique, pas mélodique pour deux sous, ni distrayant. Cela se veut, et ce n'est pas.


Oniris Copyright © 2007-2019