Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
brabant : Vivat semper !
 Publié le 01/08/09  -  24 commentaires  -  968 caractères  -  486 lectures    Autres textes du même auteur

Quelque part – au nord du nord du pays de Dany Boon – un quidam a pris la plume :
"Monsieur le Président...
du Comité des Fêtes,
Je viens de recevoir...
un formulaire
pour aller...
festoyer gratis, chanter et danser
avant...
qu'il soit trop tard.
Ce...
fromage à l'antienne,
je ne veux pas...
en être.
Je ne suis pas sur terre pour...


Vivat semper !



Faut pas faire danser les vieux !
C'est les prendre pour des gâteux
Que de leur offrir des gâteaux
De riz, arrosés de sirop.

Faut pas faire danser les vieux !
Quand leurs têtes chenues tournent,
Ils croient que c'est la terre qui tourne
En leur honneur, rien que pour eux !

Faut pas sanctifier les doyens...
D'entre les vieux, les plus anciens !
Faut pas les asseoir mitoyens
Ainsi qu'aux Champs Élyséens !

Il faut qu'ça chante, il faut qu'ça danse,
Les p'tits vieux ! La salle des fêtes
Devient le préau de la Chance
Aux chansons des mines replètes !

Tout près derrière, l'crématoire !
L'hospice ? Cours préparatoire !
Il faut danser, sans faire d'histoires,
De l'isoloir à l'écritoire !

On vivra, avec de la chance,
Un an ou dix, c'est d'importance,
Urne pour urne en numéraire.
L'a un sale air, Monsieur le Maire !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marquisard   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Ben... c'est zarb comme texte. entre chanson française et tube de l'été... pas vraiment accroché, trop entre deux, et impression de déjà entendu trop présente (et pour cause !).

   jamesbebeart   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Brabant,

Ce texte ne m'a pas beaucoup parlé. Plutôt une ritournelle qu'un véritable poème, certainement pour dédramatiser l'instant...
A une prochaine fois.

   Melenea   
1/8/2009
Je n'ai accroché ni sur l'idée, ni sur la manière... peut être pas le bon moment pour le lire, mais je n'ai pas trouvé de poésie ici, ni dans les images ni dans la musique...

   Anonyme   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour

suis pas sûr d'avoir compris en fait : faut les faire danser les p'tits vieux ou pas finalement ? Les deux argumentations semblent s'opposer, le poème semblant être scindé en deux, mais je ne vois pas bien où tu veux aller...une critique sans doute du sort réservé à nos anciens, mais je suis resté en dehors de la discussion et je n'y ai pas trouvé un intérêt littéraire suffisant pour m'accrocher. Désolé.

   colibam   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Sans doute amusant sur un air de guinguette mais pour ma part, cette lecture m'a vraiment paru poussive.

Malgré l'ironie sous-jacente, je ne suis pas en accord avec le fond (exemple : "Il faut danser sans faire d'histoires", un malaise désagréable m'envahit en lisant ce vers).

Désolé, vraiment.
Au hasard d'une prochaine lecture.

   Anonyme   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
le fromage à l'antienne, c'est voulu dans le résumé? (je sais ce que signifie antienne, je veux juste en être sure...)

***

Oulà, je devrais pas lire de poésie le samedi midi moi... j'ai euh...

Bon alors pour faire court, j'ai pas du tout aimé le fond, le thème est particulier ce qui pourrait y donner un charme, mais c'est tellement plein de clichés et de platitudes que c'en est presque limite insultant.
J'attendais un : Et quand ils sucrent les fraises...

Bref, ton poème véhicule des choses qui vont totalement à l'encontre de ma façon de voir la vie...

ça : Il faut danser, sans faire d'histoires,
De l'isoloir à l'écritoire !
ça me stresse... je suis pas du tout d'accord avec ça... limite j'ai envie de te demander si c'est une apologie du placisme ou juste une façon un peu déguisée de dire (et c'est en totale contradiction avec ton titre dans ce cas) qu'une fois un certain age (le "vieux") est arrivé, on n'a plus qu'à attendre gentiment sans faire de vagues de mourir...

Ou alors j'ai rien pigé, mais je pense que je sais lire... donc... désolée pour le commentaire, pour la note... mais vraiment, et c'est rare, rien ne me parle de façon "positive" dans cet écrit...

Oh, bon y a pas que le fond hein, la forme aussi... bon :

- les rimes (vieux/gateux... tournent/tourne... tout le 3è quatrain...) en fait toutes les rimes en fin de vers sont faciles, pauvres... le top du top étant tournent tourne...

- les images qui ne sont pas originales pour un balle, qui me parlent d'une vieillesse qui (déjà que je comptais pas faire de vieux os) me fait peur au lieu de me faire rire.

- l'alternance de vocabulaire et d'apostrophes, surement pour justifier le chti... c'est pas assez développé, ça m'a l'air là pour la métrique...

- le rythme, qui devrait faire penser à une ritournelle... mais c'est pas le cas... à l'oreille c'est poussif...

Voilà voilà, euh pardon encore... et au prochain texte, j'espère que ça prendra sur moi.


Edit : je vois les autres coms et j'ai un peu moins de scrupules, je suis pas la seule à l'avoir pris comme ça apparemment...
ouf!

   widjet   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un peu comme PHIL, je me suis demandé si il fallait les faire danser ou pas. L'emplacement des rimes n'est jamais le même (mais pourquoi pas, après tout), en revanche je pige pas trop le message et surtout ce "crématoire".

En revanche, ça s'exclame pas mal !

Pas convaincu...mais j'ai lu largement pire en poésie ici !

W

EDIT : le comm de David - que je remercie - me permet de mieux comprendre le texte.

   David   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Brabant,

Je trouve la chute parfaitement claire :

"Urne pour urne en numéraire.
L'a un sale air, Monsieur le Maire !"

Plutôt mourrir que de voter pour ceux qui font piètre éloge du grand âge, par acquis de conscience, hypocritement, même s'ils invitent les doyens de leur commune chaque année.

Ce poème est un pamphlet anarchiste, à mon avis :

"Tout près derrière, l'crématoire !
L'hospice ? Cours préparatoire !
Il faut danser, sans faire d'histoires,
De l'isoloir à l'écritoire !"

Si c'est pas un brûlot ça, sur la vie enrégimentée, il n'y a que les enfants, les conscrits et les vieillards qui sont triés par âge, quand on est rassemblé par tranche d'âge c'est un signe en société, un mauvais signe... c'est une opinion.

   nico84   
1/8/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Pas trop emballé par la manière dont le sujet est traité. La chanson ne me porte pas non plus.

Je trouve les rimes assez faciles (tournent/tourne) ou trop forcées (vieux/eux).

Desole brabant, c'est juste la mise en forme qui me gène. Bonne continuation !

   philippe   
1/8/2009
Ne serait-ce pas une chanson?

   ristretto   
2/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
pas facile de faire passer ce genre de d'humour, satyrique, désabusé, mais révolté aussi .;en poésie
peut être une chanson, pourquoi pas .. peu importe la catégorie , il reste des mots forts ,
j'ai aimé les deux dernières strophes surtout
"Il faut danser, sans faire d'histoires," n'est pas à lire au pied de la lettre .. :-)

merci

   Anonyme   
2/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien l'avant-dernière strophe.
Sinon je goûte assez à l'ensemble, à son humour bien mica.
Sympatoche.

edit: Je trouve assez étonnant que certains aient pris ce texte "au pied d'la lettre", l'ironie et la dérision me paraissent assez évidentes pour ma part. Mais peut-être sommes-nous en présence d'un tueur en série spécialisé en gériatrie?...lol Qui sait?

   brabant   
4/8/2009
"Vivat semper!" Mode d'emploi: ce texte doit être lu au second degré. Je ne suis pas un serial killer de vieillards. Il s'agit d'une satire, d'un pamphlet, d'un pastiche. Estelle2L tu veux bien poser ton balai siteplaît? Aïe! Ouïlle! Oîlle!
"Vivat, vivat semper!": Vivat flamand ("Qu'ils vivent, qu'ils vivent à jamais!"). Célébration des doyens de la commune sous un linge arrosé de bière.
Chance aux chansons: Emission TV de Pascal Sevran qui exhumait des airs anciens, délicieux et funèbres (merci G. de Nerval).
Le texte de présentation est un pastiche du début du "déserteur" de Boris Vian.

   Anonyme   
7/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
M'est avis que Brel avec ses Vieux aurait écopé d'un faible, voire moins, dans l'ensemble, si ça peut te rassurer Brabant... Cette forme te va bien, ne change rien. J'ai compris ton propos et Vivat semper n'avait pas besoin de mode d'emploi.

J'ai apprécié.

   FIACRE   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Justement j'aime à lire des textes dont les ressorts s'éloignent du cahin-caha.
Ce texte en est.
Je m'assieds donc sans faire un pas de plus.

   ANIMAL   
13/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sans aucun doute pour moi une chanson engagée, aussi bien dans la forme que dans le fond. Et à lire au 2ème, 3ème et 4ème degré ou plus.

A mon sens, c'est du conformisme dont nous parle l'auteur. Surtout, entrer dans le rôle qu'on vous impose. Interdiction de sortir du troupeau. Les vieux ça doit faire ceci ou cela parce que c'est vieux, point final. Qu'il y ait des êtres humains derrière, ça n'entre plus en ligne de compte après un certain âge il semble, dans nos sociétés.

Mon passage préféré, qui résume tout :

"Il faut danser, sans faire d'histoires,
De l'isoloir à l'écritoire !"

Un texte intéressant.

   Menvussa   
15/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Il doit y avoir un air de Brel pour accompagner ces vers. Celui des flamandes me semble convenir. Ça me plaît.

   dany67   
18/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
... Cro fort, cela me fait penser à du Brel. En fait, il manque un refrain à ton texte que j'aime beaucoup moi. On pourrait en sourire, mais tout cela est dramatique, ... alors on chante !

   Garance   
19/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas lu les précédents commentaires.

A première lecture saute aux yeux la caricature de la vieillesse...mais il y a autre chose.
Deuxième lecture : il y a de la tendresse indéniablement pour ces "vieux". Dame, c'est qu'ils aiment danser et chanter et quand ils sont partis pour la fête on ne les arrête plus, ils retrouvent leur jeunesse, leur joie de vivre !
Troisième lecture : Monsieur le Maire, où vous placez-vous avec vos joies différées qui n'attendent qu'un scrutin favorable ?

C'est ma lecture Barbant, et je trouve ta poésie intéressante...bien sûr c'est une satire de la société et tu ne l'as pas écrite pour "faire beau".
Je l'imagine lue avec un intermède musical entre chaque strophe.

Garance

   Maëlle   
24/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Texte qui me fait penser aux "flamandes" de Brel. Ça va trop loin, plutôt délibérément.

Comme Philippe, pour moi c'est une chanson. Le rythme est très approximatif, et pour moi il aurait besoin d'un petit coup de main pour se tenir.

Je trouve la parodie de Boris Vian pas heureuse: elle est quasiment incompréhensible hors contexte, et affaibli le propos d'emblé (on parle du repas annuel des anciens, pas d'une guerre).
Cela dit, plutôt en cohérence avec l'ensemble, il faut le reconnaitre.

   relevante   
4/9/2009
Semper, c'est ainsi que l'on appelait mon grand-père. En vous lisant, j'ai immédiatement pensé aux propos d'une connaissance, élue de son peuple...et j'ai imaginé le Maire, souriant, un peu forcé, préparant déjà la prochaine élection...mais j'ai aussi pensé à mes parents, heureux d'être encore capables de se retrouver autour d'une table et à faire l'inventaire le lendemain des moins chanceux.MERCI

   Flupke   
9/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tout fou tout fou, ça c'est sûr mais ce texte m'a fait sourire. Il y a un feelgood factor pas facile à expliquer.
Merci pour ce chouette moment de lecture.
Amicalement,

Flupke

   leni   
22/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Vivat vivat semper vivat!
ce texte ironique est dur mais très réaliste David m'a élargi la compréhension A la2è Lectue j'étais plus coolJ'ai aimé ce txte qui a un accent Brélien

   Bidis   
22/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce texte m'a fait penser à des gens (peut-être plus jeunes que moi d'ailleurs), déjà presque impotents et qui s'ennuient, qui rient pour des blagues idiotes, qui parlent fort et s'interpellent d'une chaise à l'autre... Ou alors des papys et des mamies édentés qui valsent à petits pas dans les cafés ou pire, les hospices, quelle horreur...
C'est un bon texte puisqu'il m'a fait hérisser les cheveux et déprimer pour un (petit) moment.
Je n'ai pas bien compris la chute, sauf que parmi les vieux, il y en a toujours l'un ou l'autre qui a une fonction municipale...


Oniris Copyright © 2007-2019