Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
brunototi : C'est beau une ville la nuit
 Publié le 25/01/17  -  13 commentaires  -  1262 caractères  -  266 lectures    Autres textes du même auteur

Une promenade d'un homme, avec son chien, sur les bords de la Loire… Se cherchant après la perte d'un être cher…


C'est beau une ville la nuit



Je regarde la ville qui s'endort
Je vois les lumières qui renaissent
C'est l'heure qu'ont choisie les promesses
Pour foutre les amoureux dehors

La nuit s'habille d'une brume épaisse
Le fleuve se languit de son sort
De n'être pas encore un port
Je l'entends charrier sa détresse

C'est pourtant beau une ville la nuit
Comme disait un certain poète
Quand tout devient silence ou bruit
Quand le vide s'installe dans les têtes

Comme tous les soirs je me promène
Avec mon fidèle compagnon
J'offre à la lueur des lampions
Une haie d'honneur à ma peine

Tout n'est que formes et silhouettes
Grignotées par l'obscurité
Mais le sol qui craque sous mes pieds
Sonne mon rappel à la planète

C'est pourtant beau une ville la nuit
Comme écrivait ce doux poète
Quand tout devient silence ou bruit
Quand le vide envahit ma tête

Je laisse la ville derrière moi
Les amoureux perdre leur temps
Car aujourd'hui j'ai 50 ans
Et j'ai soudain le manque de toi

Le fleuve peut charrier ce qu'il veut
Il n'emportera pas ton image
Calquée sur ses berges sauvages
Où je m'éteins à petit feu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
14/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
chanson et slam
" Une chanson triste que me chantait ma maman " pourrait s'accoler à ce texte empreint de mélancolie ; son héros promène sa peine et son chien dans cette ville si belle la nuit ; nuit où erre son coeur meurtri maintenant " qu'elle " est partie . Cette nuit encore, l'image de son aimée plane dans l'air qui l'étreint si fort !
NB beau texte avec des vers remarquables tels ceux du 4e quatrain " j'offre à la lueur des lampions une haie d'honneur à ma peine "
papipoète

   YvesLuc   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les mots de Bruno m'avaient inspiré cette mise en notes, que je vous propose avec son aval.


   Cristale   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un écrit superbe où j'ai suivi les pas du poète dans le monde onirique des souvenirs et du manque dont le vide n'est comblé que par les douleurs de l'absence.
Joliment mis en musique et chanson par une voix qui possède de grandes qualités et sait mettre en exergue l'émotion de l'auteur, auteur qui a de la chance de voir son texte interprété de si belle façon.

Le quatrain final, entre autres tout aussi réussis de votre texte, ainsi que l'excellente version audio, touchent ma sensibilité.

Bravo Brunototi
et mes félicitations à YvesLuc.

Cristale

   leni   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bel écrit belle musique beau chant

j'aime particulièrement ces4 vers

La nuit s'habille d'une brume épaisse
Le fleuve se languit de son sort
De n'être pas encore un port
Je l'entends charrier sa détresse

la musique traine une nostalgie elle me plait
Breavo BRUNO et ERIC Amitiés GDGN LENI

   Francis   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ballade d'un homme meurtri, fidèle à un visage. Une fidélité symbolisée par la présence à ses côtés de son compagnon. Le chien partage sa solitude. Aux confins du jour et de la nuit, sa silhouette se dessine dans la brume. Il est là. il est ailleurs. La vie s'écoule comme ce fleuve qu'il longe. Il est comme un étranger dans cette ville dont il ne parvient plus à saisir la beauté. Il en voit les décors avec sa détresse nichée au fond du cœur. J'ai particulièrement aimé:
" Une haie d'honneur à ma peine
Le fleuve se languit de son sort.
Sonne mon rappel à la planète".

   Anonyme   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Qu'est-ce que c'est beau. Cette balade mélancolique est magistrale. Il émane de votre texte une force émotionnelle incroyable. Vos mots m'ont touchés en plein cœur.
Il y a des lectures, comme ça, qui donnent la chair de poule. J'ai encore votre poésie qui résonne dans ma tête, et plein d'images au bord de ce fleuve, que je connais un peu.
Je n'ai que du bien à dire, mais les mots me manquent face à votre talent.
Merci beaucoup.

   Zorino   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte que déjà je connaissais puisque son auteur m'a fait l'honneur de me le faire découvrir en avant-première, bien avant sa parution ici, sur Oniris.
Que dire de la plume de Bruno si ce n'est qu'elle est comme toujours, teintée d'émotion et qu'elle est du pain béni pour un compositeur. Il suffit d'ailleurs d'écouter la version d'Eric pour se rendre compte combien ces paroles ont du le toucher, tout comme elles ont pu également me toucher. Une très belle musique qui se marie parfaitement bien avec le texte, et un timbre de voix à la fois doux et rassurant, coloré de jolis sons profonds voire mélancoliques, et qui me fait penser je ne sais pourquoi à l'automne. Bref, une voix en parfaite harmonie avec le thème abordé. Une belle réussite. Bravo à vous 2 !

   funambule   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bon, le "poète" dont il est question se défendrait sans doute (et à juste titre) de cette décoration... mais c'est un beau texte de chanson (même la nuit) "superbement" mis en musique par Eric Le Noir, Guérin ailleurs, Yves-Luc ici, qui habite (et habille) les mots comme s'ils semblaient fait pour lui et, bizarrement, c'est ce que je pressentais. Lorsque ce genre de rencontre à lieu, je m'incline humblement devant les protagonistes sans bouder ce si rare plaisir d'écouter simplement une jolie chose, bien écrite, bien réalisée, toute en délicatesse et en émotion. Merci à vous deux donc!

   Marite   
26/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Cette balade nocturne est apaisante. J'ai beaucoup apprécié les descriptions de la ville endormie et de l'état d'esprit du promeneur telles qu'elles ont été formulées dans l'ensemble du poème. Les vers que je préfère :

" Le fleuve se languit de son sort
De n'être pas encore un port
Je l'entends charrier sa détresse"

" J'offre à la lueur des lampions
Une haie d'honneur à ma peine"

Un bémol pour moi : le dernier vers du premier quatrain qui dénote par sa familiarité expressive et je me demande ce qui a guidé l'auteur pour le choix des mots : l'amertume ... la désillusion ... la lassitude et la difficulté à maîtriser la douleur d'une séparation ...
L'ensemble des vers nous offre cependant une très belle lecture poétique.

   Vincendix   
26/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Brunototi,
Une musique qui colle au texte, un air bien rythmé, une voix qui porte parfaitement le message. Malgré un certain paradoxe, j’aime bien « j’offre à la lumière des lampions, une haie d’honneur à ma peine » voilà pour le positif.
Un regret, je n’aime pas du tout le verbe foutre dans le premier quatrain.
Vincent

   Robot   
26/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un texte fait d'images évocatrices. Il s'achève sur cette note nostalgique quand l'âge atteint rappelle les souvenirs. Une chanson, si l'on veut, car c'est aussi un agréable texte à dire. Même si le quatrain 5 me semble un peu en dessous du reste j'ai apprécié.

EDIT: n'ayant pas lu les autres commentaires, je n'avais pas vu que Yves avait mis une musique sur le texte.

Mais c'est vraiment en adéquation.

   bipol   
30/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Bruno

je n'étais pas là ces jours-ci

et je découvre ta poésie

tu dis comme dit le poète

mais tu en es un, ton écriture est belle

tu as trouvé de très belles images

et quelle musique

bravo à vous deux

   Ascar   
30/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Texte, chant et musique forment une très belle harmonie, ici. J'aime la nostalgie que cette chanson suscite. J'imagine très bien ce promeneur presque solitaire qui profite des flâneries de son chien pour revivre cet amour regretté...

au plaisir vous relire


Bruno


Oniris Copyright © 2007-2019