Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
bulle : Le galet de Jade
 Publié le 12/04/11  -  12 commentaires  -  1525 caractères  -  300 lectures    Autres textes du même auteur

"L'enfance,
Qui nous empêche de la vivre
De la revivre infiniment
De vivre à remonter le temps
De déchirer la fin du livre…"

Jacques Brel


Le galet de Jade



J’ai retrouvé de toi,
Au fond de ma caboche,
Ce galet de Garonne,
Ce petit bout de poids ;
J’ai retrouvé de toi,
De nos heures de mioches
Des brindilles, des riens
Qui soulèvent l’émoi.

Les feuillets de l’automne,
Les feuilles d’écolier,
Des carreaux à remplir
Ou d’autres à casser ;
Carrés de chocolat,
Car-en-sac concassés
En grands éclats de vivre,
Et des cocos usés.


J’ai tout gardé de toi
Au courant de ma vue,
Ces détails que les grands
Ne savaient regarder
Du haut de leur sérieux
Comme d’un anti-rêve,
Ces détails que nous seuls
Gravions de nos mystères.

Des gravillons jetés
Sur les torrents d’absurde,
Les secrets enrobés
De nos caramels mous ;
Photos acidulées
Sur le banc de l’école,
Les humeurs, les remous,
Une main, une épaule.


J’ai retrouvé de toi
La précieuse amulette
Que tu m’avais confiée
Aux nuits de folitude
Pour allumer nos vœux,
Escalader la lune,
Écarquiller les cieux
En deux croissants de paumes.


Et puis tout au milieu,
Dans l’aujourd’hui du temps,
Qui s’amuse, fidèle,
À mordiller nos cous,
Et puis tout au milieu,
Dans l’aujourd’hui du temps,
S’ébat toujours ce Tant…
Qui n’appartient qu’à nous.




______________________________

« folitude » est un terme protégé par PTS


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
3/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une très belle harmonie, une écriture comme des ronds de lune, une rondeur permanente qui fait penser à une femme des tableaux de la Renaissance, une écriture belle comme une Vénus.

Chantant, doux, suave, délicieux :

"J’ai retrouvé de toi
La précieuse amulette
Que tu m’avais confiée
Aux nuits de {folitude}
Pour allumer nos vœux,
Escalader la lune,
Écarquiller les cieux
En deux croissants de paumes."

   Pascal31   
7/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une chanson à la fois émouvante, pleine de nostalgie...
Un poème qui fait des clins d'œil à Brel, à Renaud, à Brassens... qui fait surtout des clins d'œil au passé, sans tomber dans le mélo.
De très belles trouvailles émaillent le texte : Pour parler des cahiers et du chocolat, j'ai aimé ces "carreaux à remplir ou d’autres à casser" ; "Les secrets enrobés de nos caramels mous" et, de manière générale, toute la dernière strophe, superbe.
J'ai moins aimé cette "folitude" qui brise un peu le charme. Mais rien de grave, vraiment, un détail perdu dans la Garonne, au milieu des galets.
Bravo pour ce très beau poème !

   Lunastrelle   
7/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est doux comme tout... Tout en étant précieux... Comme le titre en fait... Une belle fluidité, ainsi qu'une mélodie palpable derrière... Je la vois bien sur un petit air de guitare, comme une balade... Enfin là, c'est mon imagination et mon cœur qui parlent...
Je n'aime pas les car-en-sac, mais ici je trouve qu'ils ont bon goût...

   Arielle   
9/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une aimable nostalgie autour de ce galet de jade qui laisse entendre qu'on peut caresser ses souvenirs sans aigreurs, garder une sorte d'émerveillement qui fleure bon l'enfance et les amitiés fidèles.
De jolies trouvailles, particulièrement ici :

"Des gravillons jetés
Sur les torrents d’absurde,
Les secrets enrobés
De nos caramels mous ;
Photos acidulées
Sur le banc de l’école,
Les humeurs, les remous,
Une main, une épaule."

Un rythme alerte d'hexasyllabes que ne raidit pas une rime trop rigoureuse, juste quelques rappels sonores qui chantent sans marteler.

"S’ébat toujours ce Tant…
Qui n’appartient qu’à nous."
Un secret que nous ne partagerons pas ?

   pieralun   
12/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah la nostalgie de l'enfance !
Elle fait mouche à chaque fois, et plus fort encore quand elle est traitée comme cela: Un joli rythme, très fluide aussi simple que le vocabulaire pour un tout harmonieux.
Pour moi, d'une grande simplicité poétique......presque un sans faute hormis le "Qui soulèvent l’émoi." que je trouve un peu cliché et inadapté à l'ensemble
Un joli brin dédié à Mr Séchan. Bravo Bulle !

   Lhirondelle   
12/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Bulle

"Le galet de Jade" Un fort joli titre... très poétique... Le texte de la chanson, autant par sa forme que son contenu, m'a enchantée.
Très douce mélodie, un rythme bien travaillé et suivi de strophe en strophe. C'est léger et sautillant à la fois, frais et léger comme un soupçon de frisson sur la vague nostalgique.
De très subtiles assonances tout du long qui ravissent l'oreille.
Vraiment un très beau texte, très sensitif comme j'aime.
Merci pour ce plaisir de lecture Bulle... y a t'il déjà une mélodie ? Ce serait un plaisir supplémentaire que de pouvoir l'écouter...

   Charivari   
13/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le seul reproche que je peux faire à ce texte, c'est qu'il nous fait trop penser à Prévert, ou encore avec "Et des cocos usés", à "Mistral gagnant"de Renaud. Donc, une chanson qui n'est pas follement originale, ni dans le thème ni dans le traitement, mais qui fonctionne très bien, nostalgique, amusante, poétique, avec de très belles images çà et là.

J'ai particulièrement apprécié les jeux de mots, très fins, comme "écarquiller les cieux", les mots valises, comme "folitude" ou "anti-rêves", et enfin des termes qui se prêtent tout à fait au ton du texte, comme "caboche, mioche", et de très jolies images " -> escalader la lune", "du haut del eur sérieux", etc....

Beaucoup moins aimé le jeu de mot sur "tant" en toute fin de texte, qui me parait beaucoup plus forcé.

   aldenor   
14/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau rythme nostalgique.
Franchement, beaucoup de détails m’échappent, car-en-sac, cocos, je n’ai pas compris le « courant de ma vue », bref, c’est sans doute le problème du mélange des cultures…
J’ai aimé : Mioches avec caboche, « l’aujourd’hui du temps », et la pureté du fond, ces secrets et ces mystères, un vrai goût de l’enfance.
Négatif : « Qui soulèvent l’émoi. », le jeu de mots est lourd. Comme le « ce Tant » de la fin. Peut-être que le poème se prête mal aux jeux de mots, qui rompent la spontanéité, l’innocence.

   Lunar-K   
18/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un bien joli texte, plein de cette douce nostalgie de l'enfance ; douceur adéquatement rendue par la grande homogénéité du rythme, par cette monotonie lancinante.
Des mots simples, qui collent parfaitement au sujet traité, malgré peut-être quelques expressions plus opaques ou moins fluides, comme :

- "Au courant de ma vue"
- "Sur les torrents d'absurde" : J'aurai préféré "de l'absurde" qui me semble plus élégant.
- "S'ébat toujours ce Tant..." : Je ne saisis pas le sens de ce "Tant".

Sinon, un bon texte dans l'ensemble, très agréable à lire, sans doute grâce à ce rythme particulièrement évident qui nous emporte aussitôt.

   Anonyme   
25/4/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un rythme bien mené pour cet hymne à la "folitude" et la nostalgie de l'enfance.
Toutes mes félicitations Bulle !

   Anonyme   
3/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Il aurait bien dommage de passer à côté d'un aussi beau écrit que ce "Galet de Jade".

Je l'ai lu d'une seule traite, comme une douce boisson fraîche, laissant l'émotion naître plus profondément à chaque mot effleuré, caresse d'un regard de tendresse.

Comme j'aimerai pouvoir entendre une musique sur ce texte, qui le mérite grandement, déjà qu'il est très musical, là cela lui donnerait une ampleur affective encore plus impressionnante.

Pas une strophe ne m'a plu, plus qu'une autre, c'est magistralement léger, touchant, éloquent, captivant sans en faire de trop.

C'est une lecture qui m'a laissé une très belle impression, comme j'aime à en éprouver, au détour d'un parcours poétique. Ce n'est pas si courant que cela.

L'enfance et toute son importance ...

Je retiendrai cependant cette strophe :

" Des gravillons jetés
Sur les torrents d’absurde,
Les secrets enrobés
De nos caramels mous ;
Photos acidulées
Sur le banc de l’école,
Les humeurs, les remous,
Une main, une épaule. "

A cause des "caramels mous" ...

   Brume   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Bulle

Que j'aime ces mots, lire cette innocence...
Je ne veux rien dire de plus,
Juste que quand je lis ton poème, je suis bien.
Ton poème est chair, positif, respire le bonheur à plein poumon.


Oniris Copyright © 2007-2020