Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Leorante : Sans titre - 2
 Publié le 11/04/11  -  10 commentaires  -  459 caractères  -  167 lectures    Autres textes du même auteur

Clair... obscur


Sans titre - 2



Soustraire les arbres aux brumes atemporelles
Charrier les troncs morts
M'abîmer aux griffures de l'écorce

Délivrer la sève sauve
M'en nourrir jusqu'à la lie
Et baiser vos racines
De mes lèvres sanglantes
Puis m'arracher à ces appétits écorchés



Et monter à la cime
Et cueillir des étoiles

Étreindre la lumière

Vous aimer les mains vides
Vous aimer à pleines mains


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
2/4/2011
 a aimé ce texte 
Pas
C'est trop simple je trouve. Ce n'est pa mauvais loin de là, il y a même de jolies choses: "Vous aimer les mains vides
Vous aimer à pleines mains"

Ca par exemple.

Mais le reste est trop évident: des images déjà vues plusieurs fois, un peu convenues, un peu cliché. Je ne suis vraiment pas client

Une interrogation: vous ne vouliez pas dire: suave" au lieu de sauve?

   Raoul   
7/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime assez ce très court texte dense avec une petite préférence pour la seconde partie plus lumineuse, la première étant, à mon goût, un brin forcée.
J'apprécie la justesse des mots choisis, leur "poids".
Le choix de n'utiliser que des verbes à l'infinitif -et pourtant je suis loin d'être fan de cette pratique qui souvent devient tic- est fort, apporte au texte une réel dimension supplémentaire ; du coup "M'abîmer…/… M'en nourrir…/… Mes lèvres…" paraissent un peu antinomique. Ça personnalise, certes, mais j'ai l'impression que ça affaiblit la puissance, la portée, des images et du propos.
Un texte intéressant.

   Anonyme   
7/4/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
je n'ai pas vraiment été séduit par ce texte même si l'on devine les intentions de l'auteur : tout cela accroche et nous laisse sur le bas côté de la route. Je relève quelques formules peu heureuses : "..aux brumes atemporelles" ; "la sève sauve".

   socque   
11/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup la fin, à partir de "Et monter" ; avant, eh bien, je trouve l'ensemble un peu pompeux avec les "brumes intemporelles", les "lèvres sanglantes" et les "appétits écorchés".

Mais un beau mouvement, oui.

   Anonyme   
11/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai aimé. Même si on retrouve de çà-et-là des petits points de détail qui me déplaisent (le jusqu'à la lie est suranné et me gène, ainsi que la cime à monter et les étoiles à cueillir pour les mêmes et évidentes raisons) MAIS au milieu de ces détails donc, je trouve du bon, des images et des tournures intéressantes.
Il y a une manière de manier le langage qui assume totalement un état d'esprit clair/obscur... il y a une voracité et un abattement qui émanent à la lecture de manière assez impressionnante.
Un plus pour les assonances et les allitérations parfois vraiment bien dosées (j'aime pour cela seul ou presque la seconde strophe juste sympa à l'oral, idem pour les vers en "Et" à la fin...).
Une fort jolie poésie.

   Charivari   
12/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé. A cause du fond, surtout : cette élévation, depuis les profondeurs, depuis la mort, le sang, jusqu'aux étoiles. L'expression "étreindre la lumière" m'a plue.

Par contre, je trouve la première strophe un peu forcée, et la toute fin, pas forcément adéquate avec le reste. J'aurai arrêté deux vers auparavant, pesonnellement. Pour ce qui est de l'expression, je trouve que ce poème aurait gagné avec plus d'ampleur, des phrases plus longues, là, c'est un peu trop haché à mon goût.

   jaimme   
12/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Des images particulièrement prégnantes. Ce qui semble simplicité est pour moi un gage de réussite. Mais j'insiste sur le mot "semble": ce n'est pas le cas. En tout cas une force réelle. Je n'imagine pas le sentiment amoureux autrement qu'en dichotomie.
Pourquoi "vous"? Parce qu'on est au niveau du fantasme respectueux? Le "éteindre la lumière" participe de mon interprétation. J'aime cette cohérence dans mon ressenti.
Merci. Un poème à relire et revivre.

   Lunar-K   
17/4/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Se soustraire des brumes pour s'élever jusqu'à la lumière des cimes... Un marronnier poétique, ici trop peu approfondi. Peut-être qu'en allongeant ce texte vous pourriez entrer davantage dans le détail et dans la profondeur plutôt que vous en tenir à la seule superficie de ce thème maintes fois proposé.
Au niveau formel, je n'aime pas du tout l'utilisation exclusive de l'infinitif. Malgré vos efforts pour vous appropriez ce texte, je le trouve apersonnel, là où un texte plus subjectif aurait été bien plus adéquat.
De nombreuses tournures assez inélégantes ou pompeuses comme :

- "la sève sauve" : Je rejoins Kaos en préférant "suave" à "sauve". Ici, la consonance est trop artificielle pour me plaire.
- "jusqu'à la lie" : Un peu trop cliché.
- "appétits écorchés" : Une formule un rien trop pompeuse, d'autant plus avec cette rime interne entre "arracher" et "écorchés" à laquelle je n'accroche pas du tout.

La fin de ce poème possède quelque chose de plus. Un rythme plus accrocheur, plus simple, plus léger ; bref, plus en accord avec votre sujet. Malheureusement, je trouve qu'il finit trop court, et aurait vraiment aimé un texte plus long, plus détaillé, et donc, peut-être, plus original et profond.
En l'état, ce texte ne me plait pas vraiment, il me parait trop incomplet et superficiel pour parvenir à m'accrocher.
Bonne continuation.

   chachnikov   
17/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Il y a de la sincérité dans cette poésie mais trés peu de rythme.
Dommage parce que le texte aurait gagné en énergie.

Dommage qu'il n'y ai pas de titre. Est ce une volonté?

Bonne continution

   Anonyme   
16/2/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Déjà le manque de titre n'engage pas, et la suite de l'écrit plonge dans la même absence, je n'ai pas réussi à entrer dans sa thématique, vous dîtes dans l'incipit "clair ... obscur", je suis dans "l'obscur" total.

Est-ce qu'un texte plus loin, m'aurait ouvert des perceptives, peut-être ... mais pour le moment présent, je n'ai pas réussi malgré de nombreuses lectures, à trouver à quoi me raccrocher, pointent quelques symboliques de l'arbre ...

Ni le fond, ni la forme ne m'ont convaincu.


Oniris Copyright © 2007-2020