Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Carmiquel : L'océan
 Publié le 02/07/18  -  6 commentaires  -  4177 caractères  -  54 lectures    Autres textes du même auteur

Coupé, le cordon lunaire, entrerons-nous dans une nouvelle ère ? Fatale ? Fœtale ?


L'océan



: côte a reculé d’un cran dunes

et leau..: la côte a reculé d’un cran

et l'eau s'y reprend à nouveau

et l'eaus'yrend: rouleaux

....ça va céder.... le flot/le sable
....ça vaensablement ou creusement...

.... mais qui .... mais quand
mais qui......: le gré des éléments

... océan/littoral
... océan.chacun fonce de front
... océy lance de sa masse
... oencaisse bronche

mais ça reste du bruit


... par pans
mais ça reste duétirés dressés transparents
....les flots accourent s’enroulent
. s’éclaboussent
....s’écroulent et roulent
..s'écro mais la rescousse est là qui pousse

... paquets de mer
... paquetsdeme laqués de frais
qu’un vent écume de buées
qus’épaulent
qu'n s’emboutissent
qu'nemmflanchent trébuchent hochent
qu'nemmannfauchés plaqués

... plagennna sable
l’eau l’échaude l’érode
nemmanna l’échancre l’escarpe

le flotnnsur son replinnpétille
leflod’escarbilles d’émail de mica
et le ressac crépite dans l’éboulis de cailloutis





l’eau passe outre
l’eau passe outreeet s'ourle
l’eau passe outreetsurlede rouleaux
l’eau passe outretsur nouveaux


l’océan remué comme une plèvre
s’élève retrousse sa lèvre
s’élève retrouss’envole salive
s’élève retrs’entrave s’affale

s’éet son fracas s’ensable


la houle déboule lourde
– le reflux la réfrène –
trébuche bascule
s’embrumes’iirecule
s’embrumeeeeemousse
s’embrumerebrousse

les lames
dans leurs élans s’affalent
s'étalent dans leur estran

s’étalentdanssssoù le sable se rembrunit
rembrutoute leur mouille l'enfle l’imbibe
mais leur embue s’y absorbe
se résorbe
se.résorbesa lèche y laisse
se.résorbeun liseré salé

tout ce tournis plus la brise
et les risées
tout.ce.tournis.pça grise


et.lesplage sableet.lela mer y fonce

et.lesplala dune bronche

et.lesplapla le littoral semble éternel


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
22/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce thème de l'érosion du littoral nécessite une prise de conscience collective et il faut bien dire que vous ne ménagez pas vos efforts. En fait tout au long du texte, en une écriture très perfectible, vous ne dites que ça : l'océan ronge la côte. Ok on le sait, mais quid des conséquences humaines et écologiques du phénomène? Je ne ressens guère d'émotion dans ce domaine primordial pour certaines populations. Ce texte serait-il un coup d'épée dans l'eau?

   Annick   
2/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un habile calligramme représente le liseré de l'océan sur la côte.
Un jeu de consonances, de ruptures de rythme, d'accumulation de verbes de mouvements fait de ce poème suggestif l'écho de l'océan. Tout est dissonance, cassure. On sent la proximité de celui-ci faisant son travail de sape inlassablement.
Très peu de ponctuation si ce n'est des points de suspension et deux points. Car peu de respiration. Les vagues, à coups de boutoirs érodent et échancrent le littoral inexorablement. Les phrases ou les groupes nominaux sont courts. Car les chocs sont rudes, opiniâtres...

Une suggestion : j'aurais clos le poème par une ou quelques réflexions sur le recul inexorable du littoral.

J'ai aimé voir et entendre l'océan à travers vos mots entêtants, enivrants.

   papipoete   
2/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Carmiquel
Vous devez être une bouée plantée à 10 m du rivage, pour décrire à ce point le sac et ressac qui avance, recule, et le littoral qui encaisse, résiste !
Et la furie ne se fait pas en silence, les paquets hurlent comme pour se donner plus de force, à attaquer la plage, la dune qui bronche mais ne se rend pas !
NB votre film ne manque pas d'attrait, on voit, on entend, et comme le bord de mer on prend les coups qui n'en finissent pas !
A vous lire, je crois que vous êtes " du coin " et que ce scénario vous est familier ?
Je ne sais si votre présentation est voulue, mais j'aurais bien vu celle de l'aiguille d'un sismographe, qui grimpe, retombe et repart en crête !
De belles images ; difficile d'en relever une particulière
" le flot sur son repli pétille/d'escarbilles d'émail de mica/et le ressac crépite dans l'éboulis de cailloutis " est un bel exemple !
Bravo pour le tableau !
NB je vois que vous êtes un " revenant " depuis 2012 ; aussi, je salue ce retour fracassant comme les rouleaux de l'océan !

   PIZZICATO   
2/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle musicalité dans ce texte ; des images très visuelles.

" mais qui .... mais quand
mais qui......: le gré des éléments " on ne sait pas ; mais inéluctable dans le temps...

" étirés dressés transparents
....les flots accourent s’enroulent
. s’éclaboussent
....s’écroulent et roulent
..mais la rescousse est là qui pousse " j'aime beaucoup ce passage.

   Robot   
3/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le découpage original n'est pas artificiel et donne le rythme de lecture de ce texte. On ressent le tangage et le roulis dans ce récit.

   Donaldo75   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Carmiquel,

Ce poème m'a plu par l'originalité de son découpage qui accentue son côté visuel, presque graphique. Même la ponctuation sert au découpage, au graphisme.


Très réussi.


Bravo !

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2018