Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
chris : Le souk
 Publié le 07/07/13  -  4 commentaires  -  603 caractères  -  310 lectures    Autres textes du même auteur

En vers et en strophes.


Le souk



Dans le souk cerné de lumières.
Derrière les échoppes avides, chargées,
l'ombre opaque suinte à l'extrémité
d'un bruissement sourd.
Les marches agitent les pas distraits.
Errance passagère, fuite entre les étals
assiégés de lueurs.

La nonchalance rêveuse d'une attente
observant les badauds.
L'insouciance étalée d'une rupture de la ville.
Les voix s'immiscent dans l'intimité troublée.
Le contour calmé où les maisons cachent
le silence de vies isolées derrière les murs.
Le foisonnement de la cité façonnée
de bruits balayés.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
7/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Chris,


Le souk, trait d'union entre les étals et la ville, poreux d'avec les maisons mais les maisons font barrière et la seule issue est au bout de la ruelle, les pieds dans l'odeur des fruits... balayés. Un souk est longitudinal, pas transversal.

L'âme du souk suinte, laisse percer une arrière-cour, mais se cuirasse à l'ombre des tchadors.

Illusion d'optique pour le badaud.

Le sait-il ?

Plus coupe-bourse(s) que coupe-gorge ; ne pas s'éloigner du ruisseau et jouer du porte-monnaie voire des coudes mais pas de plus l'oeil ni de l'oreille. On n'est pas chez soi. Gare au balai !

N B : On a le droit de marchander pour ce qui est du jeu de langue ; ne pas le faire serait une faute mais ne conduirait qu'à passer pour un idiot.

   Elmousikas   
10/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le souk ici décrit laisse perplexe le lecteur un peu perdus dans les mots amplement bien mis en valeur pour décrire, à mon humble avis, une situation de non-retour "La nonchalance rêveuse d'une attente observant les badauds." un retour inaccessible pour la simple raison qu'elle n'est pas encore acquis, et que pour y goutter il va falloir faire un choix...

   Anonyme   
12/7/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne suis pas tout à fait convaincu par ce poème dans son évocation d'un souk.
Je trouve que l'ensemble manque de vie et de chaleur. Disons que l'on ressent une distance dans le regard par rapport à la scène décrite. On ne ressent pas la présence même au cœur de ce souk que l'on dirait "fantôme".

   Ioledane   
13/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En quelques touches se dessine un tableau que je ne parviens pas très bien à discerner, mais cela ne fait rien, les images me transportent ailleurs, dans la "nonchalance rêveuse" et "le foisonnement de la cité façonnée de bruits balayés".

Le second paragraphe est pour moi plus fort, plus beau que le premier.


Oniris Copyright © 2007-2020