Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
chris : Le soupçon
 Publié le 09/01/16  -  9 commentaires  -  763 caractères  -  235 lectures    Autres textes du même auteur

Standard.


Le soupçon



L'incertitude profonde, le doute, enserrent
les nuits blessées, aveuglement d'une ombre.
Le soupçon intolérable, une réalité insane,
l'asymétrie de paroles, disloquent
le mensonge qui a trahi une confiance.
Un autre regard se fige
devant la fuite dégagée, le mystère d'une faute.
La colère nue a caché
les écorchures, le destin bafoué.
Le cœur enserré, l'abandon soudain
à un fol découragement, entaillent
le fil des jours, les repères désenchantés.
La suspicion, l'inconfort d'un défi, gravent
une oppression triste sur un souffle.
La solitude balafrée, les reflets d'une aversion,
troublent l'écho calfeutré d'une terreur.
Le cours de l'existence est bouleversé
en un instant…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
21/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Votre texte est vraiment réussi.
On comprend et surtout on ressent fortement l'état dans lequel nous plonge le soupçon.
La ponctuation , toutes ces virgules nous en font prendre la mesure lentement mais...surement !
"La solitude balafrée, les reflets d'une aversion
Troublent l'écho calfeutré d'une terreur."
Tout est dit !
Bravo.

   Pimpette   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je n'ai pas beaucoup l'expérience de ce soupçon douloureux mais le texte est si clair que je ressens comme une expérience personnelle...c'est donc parfaitement réussi...

Par exemple

"Le cœur enserré, l'abandon soudain
à un fol découragement, entaillent
le fil des jours, les repères désenchantés.
La suspicion, l'inconfort d'un défi, gravent
une oppression triste sur un souffle."

   Anonyme   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour chris,

Le texte pourrait représenter la définition du mot 'soupçon' dans le titre, ses effets, comme le ferait un dictionnaire un peu plus verbeux que ceux que nous utilisons. J'entends par là et à mon sens, que le contenu colle de trop près le titre, ne laissant au lecteur que peu de champ libre. Au reste, les termes employés vont tous dans le même sens (blessées/intolérable/mensonge/faute/bafoué/désenchantés/oppression/balafrée/etc...), et n' offrent d'autre choix que de suivre l'unique chemin tracé par vos mots.
L'écriture est précise, sans nul doute, au service de l'idée recherchée, mais je n'adhère que très moyennement.

   Vincendix   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Soupçon, un mot désagréable à l’oreille et encore plus à l’esprit. Ce mot est bien décrit dans ce texte, mais un peu trop défini à mon goût. C’est une succession de points négatifs sans nuance qui me semblent répétitifs. La suspicion génère des interrogations, laisse entrevoir quelques lueurs d’espoir tant qu’elle ne devient pas, éventuellement, certitude.

   funambule   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Une cathédrale sur le sable, l'agencement du vocabulaire, ici, semble empirique et le sens laisse l'émotion de côté. Voilà ce que je peux dire sans aller plus loin.

   Anonyme   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Ce n'est que là, la parfaite description des tenants et des aboutissants, de ce qu'est "le soupçon", lorsqu'il vient à se glisser dans une relation quel qu'elle soit. Je n'ai pas trouvé hélas, d'autre intérêt à ce texte, trop figé par ce côté récit "exposé".

   Raoul   
9/1/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Désolé, mais je n'accroche pas à celle liste - litanie - qui se veut précise dans la progression des ressentis mais qui se noie dans les clichés ("le destin bafoué, / Le cœur enserré, l'abandon soudain / à un fol découragement,") que les adjectifs, même s'ils sont parfois joueurs ne parviennent pas à masquer, à dénaturer, à transcender.
Du coup, je lis une chronique sentimentale de diariste (une de plus, car le thème n'est pas neuf…) qui ne parvient pas à me toucher.

   Camlai   
10/1/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un peu obscur selon moi, mais il faut l'être lorsque l'on parle de quelque chose absolument intime comme peut l'être un soupçon ou une pensée dérangeante dont on aurait honte de l'exposer. En revanche je trouve le choix des mots trop "précieux" et leur association inharmonieuse.

   Lylah   
26/1/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Chris, j'ai dû m'y reprendre à deux voire trois fois pour vraiment comprendre le propos...

Je pense que cette mise en page ne sert pas votre texte même si cela peut vouloir exprimer quelque chose comme une "urgence" ?

Quoi qu'il en soit j'ai apprécié votre poème, finalement :)


Oniris Copyright © 2007-2020