Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
colcase : Nuit blanche
 Publié le 05/06/09  -  6 commentaires  -  3103 caractères  -  61 lectures    Autres textes du même auteur

La nuit...


Nuit blanche



À la brune, il est assis à la place du mort
Au premier choc, il le sait
Il signera son sort.
Il l’appellerait bien,
Mais risque de silence en retour
Cyclope harassé, il cligne de son œil ouvert
Le repos ne lui est pas offert.
1 h 30, il se recroqueville sous les draps
Il attend
Son œil s’est habitué à la fin du monde
Le noir est total, le frigo ronronne
Le sommeil l’attrape et pour le punir
De sa rupture avec lui
Le punit de rêves vengeurs :
Sa femme le quitte, son enfant meurt
Le chien veut sortir.

La nuit, il habite des maisons sans entrée
La nuit, il est Alice au fond du terrier
Et les règles ont changé.

Les pensées du jour reviennent
Travesties en vieilles folles
Que le ridicule tue
Elles étranglent les filles de l’ogre
et leur bonnet leur font avaler.
L’indien du dessous reçoit des prostituées
Qu’il aime et assassine sans bruit
Car jamais on ne les voit s’en aller.
La nuit, qui dîne dort
Il se lève et va déjeuner
S’il ne faut pas tard dîner
Rien n’est dit sur
Au milieu de la nuit, petit déjeuner.

La nuit, il habite des maisons sans entrée
La nuit, il est Alice au fond du terrier
Et les règles ont changé.

Il doit être 4 h à l’horloge de son insomnie
Trop tôt pour raccrocher un café à la nuit
Ceux qui travaillent la nuit vieillissent plus vite
Ceux qui travaillent le jour
Profiteront plus longtemps de leurs nuits sans amour.
Il a rêvé d’elle
Elle a été cruelle
Il lui en veut
Il lui dit « va t-en, traînée ! »
Reviens quand tu te seras excusée.
Allo suicide il ne veut plus appeler
Il en a marre d’écouter l’animateur pleurer.

La nuit, il habite des maisons sans entrée
La nuit, il est Alice au fond du terrier
Et les règles ont changé.

Une voiture passe
Des fêtards, des criminels
Qui sur les lieux reviennent
Des gens qui vont aux urgences
Des gens qui travaillent aux urgences
Des gens qui travaillent le jour aux urgences
Qui se sont blessés et vont aux urgences de nuit…
Dehors ça clignote
Dedans c’est l’heure qui s’affiche.
La nuit, les SDF errent dans le froid
On les croit morts, on a raison
Pour le Grand Sommeil
Ils font la répétition.
Lui il est dans son lit seul avec son ennui
Avec elle c’est la nuit des chasseurs
La haine leur tient lieu de chaleur.

La nuit, il habite des maisons sans entrée
La nuit, il est Alice au fond du terrier
Et les règles ont changé.

La nuit, il s’agit d’en sortir
Mettre ses bottes de sept lieues et tracer
Au matin un jour tendre
Les persiennes laissent passer
Sa peau transparente, ses yeux
De sang injectés
Trahissent sa fatigue.
Quand il allume
Sa troisième paupière d’oiseau nocturne
Cligne
La nuit se termine.






Paris, décembre 2008


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   xuanvincent   
5/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai davantage vu dans ce texte, qui m'a paru un peu long, un récit proche de la prose - ou pourquoi pas effectivement d'un texte de chanson/slam, qu'un poème. Mais d'autres lecteurs ont pu, peuvent être d'un avis différent.

Ce texte m'a paru assez sombre et proche d'un récit du genre "fantastique".

L'importance de l'heure, la précision de l'heure, a retenu mon attention.

   Anonyme   
6/6/2009
Fort bien écrit mais trop académique et hermétique à mon goût. Exemple : la femme qui le quitte, l'enfant qui meurt et le chien qui veut sortir. Trop d'effet anéantit l'effet et on ne voit qu'une figure de style, pas une réalité.

Du potentiel, c'est indéniable.

   David   
13/6/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour Colcase,

Ça doit être d blues, ça irait bien au thème en tout cas. Le texte manque de musique de lui même, parce qu'il raconte un peu triop à mon avis, je dirai que ça manque de répétitons pour ça peut être, enfin il y a plusieurs moyens.

J'ai eu l'impresssion de lire une histoire qui ne se laissait pas attraper, des passages comme :

"Mais risque de silence en retour"
"S’il ne faut pas tard dîner"
"Trop tôt pour raccrocher un café à la nuit"
"Sa troisième paupière d’oiseau nocturne"

Il y a de simple inversion, qui ne passe pas forcément j'ai trouvé, ça sème un peu le lecteur, des inventions aussi, et ça pourrait le faire mais leur contexte ne les explique pas toujours (si pour la 3ème, mais bien moins pour la dernière citée, qui se trouve en fin de texte).

J'ai bien aimé ce passage là :

"La nuit, les SDF errent dans le froid
On les croit morts, on a raison
Pour le Grand Sommeil
Ils font la répétition."

La chanson oscille entre des propos un peu absurdes, des enchainements saugrenues et parfois, des visions plus précises plus parlantes, dans la 3ème et la 4ème longue strophe en gros, comme si le texte n'était pas d'une seule voix, sur un seul ton.

   cris   
24/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
bjr
je ne reprends pas le texte. J'aime point barre.

   brabant   
17/3/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Saisissant ! A un moment donné j'ai vu un petit côté Tim Burton à cette chanson. Bon, parfois ça zigzague un peu aussi, mais certaines échappées, voies de traverses n'en sont pas moins intéressantes, un soupçon de Mickael Jackson par exemple, mais l'auteur n'insiste pas. Des notations intéressantes sur l'insomnie due à l'abandon amoureux et au ressassement.

"tard dîner" est trop proche de "tartiner" :) Lol

   Anonyme   
15/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est ainsi lorsqu'on passe une "nuit blanche", on frôle l'étrange, on voyage dans l'absurde complètement, tout est décalé, nos idées sont tout en vrac, on voit le pire pour ceux qui nous entourent, des ombres se dessinent, on est presque parfois à la limite de perdre la raison, une nuit sans dormir du tout, c'est terrible, les bruits, les lumières, la vie est autre, on compose et on se décompose. On voit arriver le matin, avec une extrême fatigue, mais une certaine forme de soulagement, parce que l'on garde l'espoir que la nuit prochaine le sommeil sera peut-être au rendez-vous.

J'aime cette phrase qui m'est très parlante, "la nuit, il s'agit d'en sortir" et ce n'est pas une mince affaire.

Un texte qui pourrait fort bien passer en chanson, l'écriture me semble assez fluide.


Oniris Copyright © 2007-2019