Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
colette : Phonèmes verviétois
 Publié le 12/03/08  -  6 commentaires  -  481 caractères  -  144 lectures    Autres textes du même auteur

L'accent de ma région fait des gens de perpétuels enrhumés qui ont de gros problèmes avec les voyelles nasales. J'ai écrit ce texte pour des exercices lors d'un cours de déclamation.


Phonèmes verviétois



Tous enfants nous allions, pantalons ou jupons ;
Nous jouions et courions du côté d’Andrimont ;
Le vent nous respirions du côté de Dison.

Du soleil plein les yeux, même par temps nuageux,
Nous comptions les moutons et les fleurs en bouton ;
Observions les grillons dévaster les moissons.

À chacun son travail ou son champ de bataille :
Le mouton sa toison, la charrue son sillon ;
À l’homme sa plantation, aux enfants le vallon.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
12/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime carrément !

C'est frais, vivant, animé, fluide, bien écrit !
Comme quoi de petits textes peuvent en dire long !...

Le dernier vers est très beau, mais est-ce normal qu'il soit le seul vers non alexandrin ?!

   Anonyme   
12/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème qui sent l'enfance et ses bonheurs simples. Dommage que l'auteur ne nous en raconte pas plus, j'aurais aimé poursuivre cette lecture ou grillons et fleurs en boutons s'entendent si bien !

   Anonyme   
13/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je suis carrément emballé par la forme de ce poème. Cette façon de faire rimer à l’intérieur d’un même vers, le dernier mot de chaque hémistiche, est pour moi une nouveauté que je trouve très agréable.

Le rythme est excellent, c’est fluide.

Sur le fond c’est léger, charmant. Peut-être un peu court, comme le dit Britty.

Pour en venir à ce dernier vers de 13 pieds, même le « e » du mot « homme », et qui est placé devant une consonne, je suis porté lorsque je lis à haute voix, à l’escamoter; cela sonne plus juste à mon oreille.

Bravo !!!

   clementine   
13/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est en effet très agréable à lire, ça réjouit l'âme et nous projete un peu dans notre enfance.
C'est aérien, cela se boit très vite comme un verre de limonade.
J'ai une nette préférence pour le dernier tercet.

J'ai faillit oublier, merci et bravo.

   Scrib   
13/3/2008
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Il manque quelques vers pour en faire un poème.
Même si ce début est prometteur, à quand la suite...car pour moi, il est incomplet.
Je ne peux que noter la moitié...

   Anonyme   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C'est à mon goût un peu trop court, je suis resté un peu sur ma fin, je suis dans l'ambiance bucolique, et puis, tout d'un coup c'est l'arrêt brutal.

Mais c'est tout de même plaisant à lire, sans trop se bousculer, sinon quelques mots risquent d'être écorchés, toutes ces terminaisons en "on" ou "ion" font légion. J'aurais aimé un tout petit plus de couleur dans les sonorités.


Oniris Copyright © 2007-2020