Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
cris : 2009 Talons ciselés
 Publié le 22/06/09  -  11 commentaires  -  432 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur

Strophes


2009 Talons ciselés



Cyclothymiques à pied
Perchées sur leurs talons ciselés
Elles balancent sous mon nez
Leurs pieds chaussés mouillés

Devant derrière cerné
Par l'obsédante marée
Je hume l'air saturé
De leurs obscènes odeurs mouillées

Les femmes de la pluie m'avouent
Leurs désirs de dessus-dessous
Et d'un clin d'oeil boursouflent
La raideur de mon costume croisé

Il pleut


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pluriels1   
22/6/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Je n'aime pas... du tout :

* le 1er mot (pas très poétique)
* obscènes odeurs ??? (pas poétique, non plus !)
* boursouflent (pas joli).

Un "désolé" amical.

   nico84   
22/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Le désir. Tu te rattrapes bien à la fin entre "dessus-dessous" et "raideur de mon costume". Je trouve ça bien écrit. Mais à part ce dernier quatrain, je trouve que les mots ne sont pas trés poétiques.

Je suis donc mitigé. Deux fois les mot "mouillé". C'est maladroit. Mais il y a de l'idée. Bonne continuation.

   Lylah   
23/6/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Ben je cherche un brin de poésie dans ces quelques lignes aux images fort maladroites.

"Elles balancent sous mon nez/leurs pieds chaussés mouillés"
Si on souhaite visualiser cela devient cocasse ...ou le narrateur est à plat ventre ?

"Je hume l'air saturé/De leurs obscènes odeurs mouillées" .
c'est lourd, lourd, lourd; (et franchement, merci pour elles !)

A moins qu'on veuillle nous faire penser à la ronde de quelques canidés se "humant" allègrement l'arrière-train par un beau soir de printemps ?
Et puis "leur désir de dessus-dessous et "boursoufflent la raideur de mon costume croisé "...
Well, comment dire...c'est... bon, oui.
Mais non.
Vraiment.
Désolée

   colibam   
23/6/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Un portrait peu reluisant du "petit peuple du bitume" (Daran).
Une écriture assez maladroite dans l'ensemble et qui ne m'a pas convaincue.

J'ai bien aimé cependant "les femmes de la pluie" et les deux derniers mots, qui résument bien l'ambiance.

   Anonyme   
24/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je trouve assez sévères les précédents commentaires.
Plus long, la sonorité en "é" aurait été pénible à écouter.
Là ça va, juste mais ça va.
Moi j'aime bien la première strophe, pour ma part bien tournée. La seconde me plait moins (je suis d'accord avec les "lourdeurs" relevées par alauda) et la répétition de "mouillé(e)s" me laisse dubitatif.
La troisième strophe n'est pas géniale mais rien d'honteux non plus.
Il pleut, et c'est mouillé.
Une allusion à la prostitution aussi je suppose: Rien de dégradant ni d'insultant dans ces vers à mon avis.
Pas si mal.

Edit: Pour le premier commentaire, il n'y a pas de mots plus poétiques que d'autres. "Rose" n'est pas plus poétique que "géranium"; "nostalgique" pas plus que "cyclothymique"...
Et je trouve justement ce "cyclo" thymiques amusant quand on se déplace à pieds... (pas à vélo pour les esprits lents) Ca ne fait sourire que moi a priori.

   Anonyme   
24/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Mouais...

Y a de bonnes choses... j'aime pas la répétition de pied... obsédante/obscène j'aime pas trop la répétition dans la sonorité. dessus-dessous bof.

Je trouve la répétition des é/er assez assez énervante, même cassée par le dessus-dessous et boursoufflent.

Sinon j'aime bien la fin. Les derniers vers et Il pleut.

Merci.

   Marquisard   
24/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
y'a du bon, une bonne idée de départ je pense, mais la tournure est assez douteuse, elle me donne l'mpression d'un texte bâclé, peu travaillé, les répétitions sont assez mal venues, la fin très plate, c'est dommage, avec un peu plus de travail je pense que le texte pourrait donner quelque chose de bien meilleur.

   Anonyme   
25/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ce n'est pas mauvais.
Le style est assez sec (malgré un contexte humide) et ce n'est pas déplaisant.

C'est le vers de clôture qui me semble assez étrange ici tout de même.

   Raoul   
26/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime le style, le choix du vocabulaire volontairement décalé, le point de vue dégoût/désir hors des poses et poncifs du fantasme.
Le "mouillé", "mouillées" me gène un peu, mais bon…
Les rimes en "é" (trop ou pas assez) aussi, mais bon…
Je pense qu'il aurait encore gagné en force si le seul "Il pleut" avait été dégagé d'un corps, en un paragraphe, du texte…
J'dis ça, mais bon…

   brabant   
26/3/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bon, ben on ne peut pas dire que la pluie ait douché les ardeurs de ce promeneur. Un texte tout en senteurs féminines (lol). Avec une touche érotique en final :
"Et d'un clin d'oeil boursouflent
La raideur de mon costume croisé"

Un chaud lapin ce monsieur :)

   Anonyme   
17/10/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Je trouve ce poème "laid", par son phrasé maladroit, sans élégance, péjoratif dans ces expressions :

- devant derrière cerné
- je hume l'air sature de leurs obscènes odeurs mouillées
- leurs désirs de dessus-dessous et d'un clin d'oeil boursouflent la raideur de mon costume croisé

Ce "les femmes de la pluie", ne viendra pas sauver ce texte navrant, à mon avis "l'obscène" n'est pas dans "leurs odeurs mouillées", mais bien plutôt dans ceux qui ont ces pensées et de plus qui les formules sans retenue. Je n'aime pas le côté racoleur qui se dégage de ce texte, les mots perdent toute puissance en voulant ainsi agir.


Oniris Copyright © 2007-2019