Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Curwwod : Passage...
 Publié le 13/10/15  -  21 commentaires  -  888 caractères  -  472 lectures    Autres textes du même auteur

Qu'il est désespérant de devoir s'éteindre aux beautés du monde.


Passage...



Menez-moi par les vieux jardins
Où vont rire les jeunes filles,
Avec de grands yeux qui pétillent,
Au bras d'étranges muscadins.

Que l'insouciante fontaine
De leur joie inonde mon front,
Et lave le pesant affront,
Des ans dispensateurs de peine.

Menez-moi par l'ombreux sentier,
Sous les frondaisons séculaires,
Partager la beauté solaire
De leur jeunesse sans pitié.

Conduisez-moi par le chemin
Où de très vieilles gens s'asseyent
Et tout doucement s'ensommeillent
En rêvant qu'il est un demain.

À douleur j'ai fermé le livre
Sur lequel j'ai usé mes yeux,
Clos mes volets, éteint le feu
Sous le lourd coquemard de cuivre.

Ombre déjà, m'en suis allé
Sans revoir votre cher visage
Ni cette larme, à mon passage,
Qui sur votre joue a roulé...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
22/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ne me laissez pas seul avec l'Automne qui grignote ma vie; emmenez-moi là où rient les jeunes-filles; là où, les regardant dans l'éclat de leur jeunesse, leur beauté ravive mes pauvres yeux fatigués. Venez me chercher, j'ai déjà clos mes volets, laissé le feu s'éteindre " sous le coquemard de cuivre ". Je n'ai même pas vu, ô cher visage, couler une larme sur votre joue!
Vocabulaire délicat pour habiller ce poème empli d'appels à l'aide, qui demande qu'une main se tende...

   Anonyme   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai trouvé ce poème bien construit, puisque les trois premiers quatrains sont dédiés à la jeunesse, quand les trois autres le sont à la vieillesse.

L'impératif et le choix du verbe mener dénotent une attirance encore pour la beauté et la fraîcheur, une envie de les partager.
Puis vient avec quelque amertume la résignation, dans le quatrain 4, et enfin dans les deux derniers, la douleur de tout quitter.

L'ensemble est exprimé dans un style élégant et se lit dans l'harmonie. J'ai aimé trouver ces deux mots : muscadins et coquemar qui donnent au poème un côté surranné de bon aloi.

   leni   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
A curwwod
Un regard nostalgique on pourrait dire serin sur notre Passage un hasard biologique qui dure le temps qu'il peut L'écriture nous offre par ta plume quelques quatrains qui mérite le détour je cite

Conduisez-moi par le chemin
Où de très vieilles gens s'asseyent
Et tout doucement s'ensommeillent
En rêvant qu'il est un demain.

Et les derniers vers sont comme une dernière touche du peintre

Tendre subtil sobre murmuré sonore réaliste

Merci à toi Mon salut très cordial

Leni

j'ai relu ce texte qui a tout pour me plaire et je revois ma note à la hausse

   Anonyme   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Curwwod. L'incipit nous met tout de suite dans l'ambiance de ce fort joli poème... De très beaux vers, deux mots assez peu usités de nos jours ( muscadins et coquemar ) qui ne sont pas pour me déplaire et j'ai un faible pour ce qui suit :

Menez-moi par l'ombreux sentier,
Sous les frondaisons séculaires,
Partager la beauté solaire
De leur jeunesse sans pitié.

Envers de la médaille, "j'ai usé" , hiatus il est vrai admis dans la catégorie.
Dans ce même quatrain on trouve A douleur... Pourquoi pas De douleur ?

Dernier point, "dispensateurs" ! Je pense que "Des ans qui dispensent ma peine" aurait fait moins lourd...

Des remarques qui n'engagent que moi bien entendu !

J'aime beaucoup le quatrain final comme d'ailleurs le poème dans son ensemble... Beau travail, bravo et merci !

   Anonyme   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Un poème techniquement maîtrisé, mais qui me semble vu et revu et qui ne m'apporte pas grand-chose de plus au final que ce que j'ai déjà pu lire ailleurs sur le même ton.

Même si je reconnais, une fois de plus, que la forme est bonne, le fond n'a pas su me transporter plus que ça et je n'arrive pas vraiment à accrocher.

Wall-E

   Vincendix   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Apaisant et nostalgique à la fois.
Apaisant, avec une promenade dans les vieux jardins, la découverte d'une insouciante fontaine, puis l'ombreux sentier aux frondaisons séculaires, je m'y attarde....
Souvenirs, regrets, une certaine amertume et un renoncement, un texte dense.

   Astras   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est un très beau texte de haut niveau diplomatique. Il évoque d'une manière élégante plusieurs grands sujets sans s'exprimer sur aucun en profondeur.

Je dirais que l'auteur a beaucoup trop à dire pour un seul petit poème, il papillonne... Il y en a de la matière pour 2 ou 3 sujets différents, au minimum!

C'est dommage que l'auteur n'ose pas développer ici, ça pourrait être sublime. Pourtant, faire un papillon qui survole le jardin au lieu de planter de fleurs a ses propres charmes...

   Arielle   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir Curwwod,

S'il s'agit de désespoir comme le suggère l'incipit, je trouve qu'il est exprimé ici avec beaucoup de retenue et d'élégance tout en témoignant d'une sincérité et d'une chaleur qui me touchent. Un équilibre subtil qu'on ne rencontre pas souvent dans ce genre d'écrits.
Sans insister, avec légèreté ("laisser des traces, non des preuves")tu esquisses devant nous les différentes étapes d'une vie que tu as aimée jusqu'à la fermeture du lourd coquemar qu'on redoute.

L'ombre et la lumière se disputent ce Passage auquel le narrateur se prépare à regret. L'emploi de termes comme muscadins ou coquemar, de même que les expressions "menez -moi", "à douleur" ou encore "m'en suis allé" donnent au poème un air intemporel qui convient particulièrement à son sujet.
Verlaine et ses Fêtes galantes hantent les allées de ces vieux jardins .. J'ai beaucoup aimé

   Anonyme   
13/10/2015
Bonjour Curwwod
Je retrouve dans ce poème tout ce que j'aime en poésie
Une écriture élégante qui se joue des contraintes de la prosodie au point que celles-ci se font oublier.
On n'en retient que le rythme léger mais harmonieux des octosyllabes et la couleur qu'apportent les rimes.

J'ai un gros faible pour le cinquième quatrain, cet "A douleur" délicieusement suranné et ce "coquemard" tout autant.
Merci Curwwod et bravo

   Anonyme   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une sorte de testament pour demander que le dernier "Passage" se fasse parmi les " beautés de ce monde " ?
De la nostalgie, mais empreinte de sérénité.
Une écriture raffinée, sans grandes envolées lyriques, comme j'aime la poésie.

" Ni cette larme, à mon passage,
Qui sur votre joue a roulé " image délicate.

   ameliamo   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème bien construit ayant un style élégant plein de délicatesse. C’est une balade métaphorique par la vie.

   Christine   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quellec délicatesse dans ce poème qui exprime avec une douce pudeur cette angoisse que l'on peut éprouver à la veille d'abandonner ce que la vie offre de plus beau, la jeunesse, la femme qu'on aime, les livres, les arbres, la joie, la tendresse. Tout est dit sans pathos abusif pour laisser place à une tristesse sereine et résignée qui se traduit par ce magnifique dernier quatrain.
"Ombre déjà, m'en suis allé
Sans revoir votre cher visage
Ni cette larme, à mon passage,
Qui sur votre joue a roulé..."
L'écritue mélodieuse bien que très travaillée donne à ce très beau poème un charme simple et profondément émouvant

   Francis   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une belle plume qui fait naître l'émotion ! La jeunesse insouciante, " sans pitié" croise la silhouette, "l'ombre" des vieilles gens qui espèrent encore un demain. J'aime le jardin, l'ombreux sentier, le banc, la bouilloire sur le feu... Une belle et douce mélancolie que je partage.
Merci.

   Anonyme   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre poème m'a plut, car il me semble très équilibré entre la nostalgie et l'acceptation, comme une espèce de résignation sage face au temps et à l'âge.
J'aime cette idée d'accepter en connaissance de cause de vieillir, et de mourir un jour, en laissant la place à la vie neuve...toujours neuve.
Cette idée de paix (avec soi et les autres) que je trouve aussi exprimée dans votre beau texte me plaît, même dans sa forme (pourtant néo-classique;o)).

À vous relire.

   Anonyme   
14/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime ce Vous nostalgique ....

Le texte est gorgé d'envie de retenir le temps , celui de la jeunesse, celui de l'insouciance..et puis l'envie de revenir sur tous ces souvenirs!
Alors Oui c'est touchant ....parce que le chemin ne se fait pas à l'envers, donc on part à la recherche d'un ancrage, ce qui fut et qui reste encore immuable !

"Ombre déjà, m'en suis allé
Sans revoir votre cher visage
Ni cette larme, à mon passage,
Qui sur votre joue a roulé..." .....émouvant !

   emilia   
14/10/2015
« Passage… » du temps, de la vie, de l’amour, comme une prière mélancolique et nostalgique, à la croisée des chemins entre jeunesse et vieillesse, dont le rythme musical produit un charme certain, redoublé par la galanterie et la courtoisie exprimées dans ces suppliques : « Menez-moi…, conduisez-moi… », dans ce cadre ô combien romantique de ces vieux jardins qui abritent les songes et les réminiscences d’un cher visage à l’attendrissante larme, évoquant l’élégie de l’absence et de la souffrance personnifiées par cette ombre errante qui passe et s’en va…, avec sensibilité et délicatesse…

   Curwwod   
14/10/2015

   Robot   
14/10/2015
Un poème que j'ai parcouru avec plaisir. La nostalgie et peut être le regret affleurent sans s'appesantir dans une rédaction fort classique. Un petit (tout petit) bémol : le vers "en rêvant qu'il est un demain" me paraît très convenu.

   angelina   
15/10/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Monsieur Curwwod,
Vous avez l'art et la manière de me toucher .
Il y a chez vous une élégance naturelle de la délicatesse une harmonie dans les mots employés reflet de votre belle âme ,et j'y suis très sensible .
C'est un réel plaisir de vous lire aimant par dessus tout votre authenticité .
A bientôt je l'espère

   LEO-P   
18/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
S'il y a bien un thème qu'il est bon de retrouver, selon moi, c'est bien la nostalgie, ou étymologiquement "la douleur du retour", cette douce souffrance...

Un superbe rythme des octosyllabes, une narration très vivante qui permet de voir les images, de belles rimes, plutôt riches, un hiatus pardonné avec "j'ai usé", et une belle construction syntaxique. J'ai aimé voir la jeunesse et la vieillesse se côtoyer : "vieux"-"jeunes" dans la strophe 1, "insouciante"-"ans" dans la strophe 2, "séculaire"-"jeunesse" dans la strophe 3... Curieusement, j'ai préféré les strophes impaires.

Ce poème, en plus de sa brillante composition, nous conduit dans l'univers du voyage temporel et de la vie, ce fameux "Passage" que nous effectuons tous.

Dans mon expérience de lecteur, je suis ravi d'être "passé" par votre "Passage". Merci pour cet instant.

   MissNeko   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une plume d une délicatesse extrême !
Dans ce poème, on se promène dans un univers où nostalgie, mélancolie, tristesse et résignation en bornent le chemin.
Une belle métaphore de la vie.


Oniris Copyright © 2007-2022