Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Damy : La métaphore de l'esquif ou Le sémaphore des soutifs [concours]
 Publié le 17/01/15  -  24 commentaires  -  2691 caractères  -  300 lectures    Autres textes du même auteur

Le bateau ivre.


La métaphore de l'esquif ou Le sémaphore des soutifs [concours]



Ce texte est une participation au concours n°18 : Le soutien-gorge de Mlle Lili (informations sur ce concours).





Si les soutifs ont des bretelles
De lin, de soie ou d’organdi,
Je les invite après midi,
Sur mon bateau de bagatelles.

Honneur aux « redresseurs de torts »,
Vrais trésors de Rackham le Rouge,
Ad hoc. Adonc plus rien ne bouge,
La vergue met son bout-dehors(1).

Le varech la varangue embaume,
Je dresse bon gré le gréement,
C’est donc avec votre agrément
Que vire à l’ouest la bonne bôme.

Je ne conte pas des bobards :
Lili, la reine des sirènes,
Arbore de ces souveraines
Les plus beaux des cache-nibards.

Ils m’abusent sous la misaine,
Tendre romance en rose et noir ;
Ce soir se lève le bossoir(2),
D’Aubade, je suis capitaine !

Que je me damne aux beaux bonnets !
Ah, Lili ! Leur pan de panthère,
Doux à mes doigts de pinnothère,
S’emballe au bal des balconnets.

Quel merveilleux accastillage
Équipé de quatre-vingt-dix !
Ad Domine : de profundis
Accrochez-vous au bastingage !

C’est wonderfull, les Wonderbras !
Allez ! Je mets au vent flamberge(3),
Aux Rising Sun(4) elle converge,
Voilà, là, la pointe du Raz.

Leurs froufrous ont le zef en poupe,
Nous touchons là, belle Lili,
L’île de Sein, que c’est joli !
Mon cœur bat chamade et chaloupe.

En mire, j’ai mis le sabord,
Aubade tangue, mais, bon sang !
Lili, ne vous montrez pas sans,
L’un va bâbord, l’autre tribord…

Vite ! Accostons à la falaise
Avant que vienne le jusant ;
Le gabier gaga s’amusant,
Enfin ! Mettez-vous donc à l’aise !

Jetons les flotteurs à ce wharf,
Foutez les soutifs dans la soute
Qu’ils ne déroutent la biroute(5).
Tonnerre de Brest ! Grand Cric ! Arf !

___________________________________
1 Bout-dehors : espar fixe ou rétractable pointant à l’avant du bateau.
2 Bossoir : pièce placée à la proue d’un navire destinée à la manœuvre de l’ancre.
3 Mettre flamberge au vent = mettre l’épée à la main, tirer son épée du fourreau.
4 Rising Sun : le premier soutien-gorge ampliforme, baptisé Rising Sun (« soleil levant »), est créé au Canada en 1948 (Wiki).
5 Biroute : manche à air, dispositif destiné à indiquer la direction et une estimation de la vitesse du vent.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
23/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une verve qui laisse pantois, et emporte comme un catamaran (2 coques bien sûr) dans un monde marin où les bonnets jamais ne flasseyent et où le mat de beaupré est toujours vaillamment pointé.
Je ne sais pas si c'est poétique (encore que la vision de l'objet soit particulièrement décalée) mais c'est hilarant, écrit dans un style impeccable orné de jolies expressions argotiques et de termes de mataf. Ca sent le breton, l'iode et la peau féminine.
Merci pour ce bien rafraîchissant petit zéphir.

   Anonyme   
27/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bon, l'invite est mignonne. Bien dite, bien attirante, nous irons comprendre "bagatelles". Que la vergue mette son bout dehors pourrait affoler le quidam, mais ce qui nous attend m'émeut. J'apprécie d'être associé à la manœuvre. Sera-ce que la sirène est mère maquerelle ? S'ensuit une poésie sans reproche, une belle démonstration. Le rising sun, malgré son pouvoir, a-t-il à voir avec la pointe du raz ? La question est posée, et je pense comme l'auteur que oui. "J'ai mis le sabord", jeu de mots ! Ce somptueux voyage au gré des seins est plaisant. Et puisque la biroute est gonflée, nous sommes sauvés.
C'est une gaudriole bien faite pour qui aime... la gaudriole. J'aime. Mais où est Lili ?

   Anonyme   
17/1/2015
Salut Damy
J'ai eu le privilège de découvrir ce poème en centrale et j'en suis resté pantois.
J'ai justifié mon vote, évidemment positif, par la phrase suivante.
"On dirait du Corbière revisité par Pierre Perret"
C'est exactement ça. Le rythme, le souffle et l'univers maritime sont ceux de Corbière. La verve, celle de Perret.

Quelques jeux de mots Tintinesques ponctuent cette navigation poétique et jubilatoire.
"Vrais trésors de Rackham le Rouge,
Ad hoc"
"En mire, j’ai mis le sabord,"

Damy, respect. Tu as mis la barre très très haut
Je ne te remercie pas car ce petit chef d'oeuvre dissipe ce qui me restait d'illusions.

   Francis   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jeux de mots et allitérations s'enchaînent comme des éclats de rire !
La plume a jeté l'ancre au large de l'île de Sein là où foisonnent les sirènes aux aréoles nacrées. Je n'ai pas eu le mal de mer !

   Pimpette   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
UN vrai plaisir!
Quel souffle Damy!

Tout est drôle...trouvailles constantes de vocabulaire... bien écrit....vif.
Je suis embarquée dès la première strophe.

"La vergue met son bout dehors"
Que le poète soit un peu voyou avec discrétion, j'adore

"Le bal des balconnets"

D'autres pirouettes encore....bravo

Dans ce genre de texte je te reconnais vraiment!

   Lulu   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
On pourrait penser que je suis impartiale parce que j'adore ce coin de la Terre que vous décrivez au passage..., mais si je suis sous le charme, cela va au-delà des images superbes du Finistère. Votre poème est tout bonnement excellent, d'une richesse extrême. Et cela, pour notre plus grand plaisir.

J'aime la richesse des rimes, les jeux de mots ("la reine des sirènes"...) et globalement le ton que vous donnez à l'ensemble et cela, grâce, notamment, aux mélanges de registres familier et courant dans le cadre d'un texte classique.
De plus, nous apprenons plein de mots. Merci d'en avoir précisé les définitions. J'aime beaucoup le mot "bout-dehors" que je ne connaissais pas.

Félicitations.

   leni   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Damy

Tu m'as soufflé sur le Gaillard d'avant Ta verve a force dix Je ne sais pas pourquoi j'ai entendu les quatre barbus qui roulaient et tanguaient ta chansons J'ai pris mon pied marin comme le voulait ton texte Et je dépose au clou:
Ton premier quatrain qui m'a d'emblée mis dans le bain
Les plus beaux des cache-nibards
S'emballe au bal des balconnets (un vers qui se fait écho à lui-même)
Enfin! Mettez-vous donc à l'aise (Mdr à cette évidence)
Mais j'aurais pu déposer TOUT le texte Il y a ce fut dit du Corbières Du Rictus et de l'humour à la Tizef
Un régal Admiratif!!
Salut cordial
Leni

   Robot   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sur ce texte, je reste ébahi par la virtuosité du style. Les métaphores croisées sont superbement amenées.
"S’emballe au bal des balconnets." Super allitération dansante.
Ici, c'est le soutien gorge qui est l'objet du poème, Lili quant à elle est juste évoquée au détour de quelques vers.
Mais chapeau l'artiste !

   Alexandre   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Damned, Damy ! Quel souffle pour écrire cette suite de quatrains truffés d'allitérations, de jeux de mots et autres artifices plus fins les uns que les autres. Ah les doigts de pinnothère au large de l'île de Sein, Tonnerre de Brest quelle épopée ! Le tout dans un style classique pour lequel je ne trouve rien à redire si ce n'est un grand Bravo !

   Michel64   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Humour partout, allitérations superbes, rimes impeccables, ambiance marine bien tenue d'un bout à l'autre, thème respecté, et même, évocation du capitaine Haddock... De la belle ouvrage.

Bravo Damy

   pieralun   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Excellent !!!
Tout a été dit sur ce texte.
Beaucoup de jeu de mots, bons, très bons pour la plupart, du souffle à revendre et l'atmosphère de la navigation est parfaitement rendue, un érotisme un peu potache, sans doute celui de marins longtemps restés en mer ( que personne ne se vexe), et Lili à l'honneur sans oublier tous types de soutien-gorges.
Bref! De tous les textes, c'est sans doute le votre Damy qui colle le mieux à la charte, le fond est parfait, le traitement également.
Tu fais honneur à ce concours.

   papipoete   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Damy; je ne savais si vous étiez homme, ou femme mais à la lecture de votre poème, je crois deviner que vous êtes du genre "masculin"?
Quel voyage sur ce navire où, d'Aubade vous êtes le capitaine.Cela tangue sur le pont, accrochez-vous au bastingage! Une déferlante de termes marins qui donne le tournis, chamboule et enivre dans l'évocation de cette "douce romance en rose et noir, de ces redresseurs de tort"!
Vraiment, le soutien-gorge de Lili, ne vous a pas laissé de glace Capitaine!

   PIZZICATO   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les métaphores, les allusions, les jeux de mots, rien ne manque dans ce poème guidé de plume de maître.
De plus il me permet de découvrir des termes spécifiques de marins que j'ignorais jusqu'alors. Alors ? Eh bien, comme dit le Tonton de Sète, " tout est bon y a rien à jeter ". Alors, j'aime beaucoup !

   Cristale   
17/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Quelle rigueur dans l'écriture pour un sujet imposé traité avec l'humour d'un auteur sérieux qui ne se prend pas au sérieux!
Tout est bon : jeux de mots, métaphores, assonances, allitérations, qualité des rimes remarquable dont celles-ci entre-autres : " quatre-vingt-dix/profundis" et "wharf/Arf".

Le soutif de Lili est-il de couleur marine? Vous devriez proposer ce modèle à la fabrique de la marque "petit bateau" qui n'a rien de tel dans son rayon femme (j'ai vérifié).

Une poésie classique comme j'aime: beaucoup de travail, de la recherche, des références, respect des lecteurs, bref, un régal à consommer sans modération !

Merci Damy.

   Pussicat   
17/1/2015
Bonjour Damy,
Je vous tire mon chapeau, un texte qu'il faut lire et relire pour en apprécier toutes les subtilités, pas si facile d'accès, peur preuve vos renvois nombreux aux lecteurs néophytes, une langue riche où se mêlent argomuche, bouts marins marrants (ah, ah, ah...), références multiples, tout cela tissé comme un filet fin... mais... mais, où est "Lili" ? je n'ai pas bien saisi, ou j'ai mal lu.
Belle musique où se conjugue hard-yes! et tendresse...
A bientôt de vous lire,

   Arielle   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel bonheur d'embarquer avec toi sur cet esquif, Damy !
Comme le relève si justement Tizef, Corbière et Perret se sont associés sous ta plume et quel équipage éblouissant !
Chaque relecture apporte une nouvelle découverte plus savoureuse.

"Ce soir se lève le bossoir,
D’Aubade, je suis capitaine !"

Incontestablement tu tiens la barre et j'en viens à regretter de n'avoir pas eu le courage de me jeter à l'eau dans cet exercice ... Bravo !

   Damy   
18/1/2015

   Bidis   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis complètement hermétique aux jeux de mots grivois. Qu'est-ce qu'on peut faire ? Une belle envolée poétique, un talent certain, une imagination délirante, rien n'y fait, ça ne rencontre que mon air pincé. Alors, piteusement, j'avoue ne pas esquisser ne fût-ce qu'un sourire mais je reconnais que voilà tout de même un texte diablement bien torché. J'applaudis. Contrainte et forcée. Et je mets une bonne appréciation, pour faire comme les autres, car je suis remarquablement lâche.

   jamesbebeart   
19/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Joli texte qui n'a pas peur des embruns ; ça secoue certes, mais je participerai volontiers à cette équipée sauvage. Aubade sans risques ( en rappelant tout de même que la poussée d'Archimède est proportionnelle à la taille des bonnets ; une femme à la mer, qui se dévoue ?).

   laralentie   
22/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle ardeur ! Quelle puissance ! Quelle impétuosité ! je suis emportée par le flot de mots. ( je ne les comprends pas tous ) Il me semble que l'on s'éloigne un peu trop du sujet mais qu'importe jetons Lili avec ou sans soutien gorge par dessus bord et prenons le large !

   Janam   
30/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Plein de sel marin et de vent dans les voiles, j'apprécie ce poème au vocabulaire riche, au ton enjoué.
J'ai trouvé que la ponctuation à la fin de chaque vers ne se justifiait peut-être pas, en tout cas, elle a un peu freiné ma lecture.
Au final, une volée d'air frais et gaillard, impertinent, parfois cru mais qui l'assume si bien. Pour tout cela, j'ai beaucoup aimé cette poésie.

   Anonyme   
30/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un voyage pour le moins chaloupé au gré des esquifs, le verbe haut, recherché et bistrement argotique. Un vrai régal pour les soutifs de soie d'organdi, dans la soute, qu'ils ne déroutent la biroute !
Que dire de plus ?!?

   Anonyme   
23/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Toutes ces expressions, ce vocabulaire ces métaphores, ces assonances, ce dynamisme dans l'écriture, c'est plus catamaran et plus chaud que le Vendée Globe machin truc qui nous cassegrain, même amarré à une bite !

   Pouet   
5/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bjr,

Le titre m'ayant attiré, car je voulais voir ce qui se cachait derrière ce soutif coquinou que je suis, j'ai lu et je ne suis pas déçu!

C'est plein d'humour, de petits clins d’œil un peu osés mais point vulgaires et surtout c'est super bien écrit, bien vu et bien rythmé.
Et puis on apprend des mots en plus! Pour "biroute" perso j'avais pas pensé à celle que vous indiquez... :)

Vraiment bien de se promener sur le site et de découvrir de telles pépites....

J'adhère à sein pour sein.

Jubilatoire quoi.

Bravo.


Oniris Copyright © 2007-2017