Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
pieralun : Lily [concours]
 Publié le 18/01/15  -  17 commentaires  -  1544 caractères  -  278 lectures    Autres textes du même auteur

… au fil des chansons…


Lily [concours]



Ce texte est une participation au concours n°18 : Le soutien-gorge de Mlle Lili (informations sur ce concours).





Quand Pierre la chantait, à mon adolescence,
Lily me fit aimer un pays inconnu ;
Mogadiscio dardait la pointe d'indécence
D'une aréole brune au grain de velours nu.

À peine l'habillai-je en rêve de dentelle
Que Philippe, un charmeur bien plus hardi que moi,
Après l'avoir cueillie en son nid d'hirondelle,
Ne sut garder pour lui le fruit d'un tel émoi.

Julien, plus beau que l'un, moins fragile que l'autre,
Fasciné par le bronze aux bonnets de satin,
Dans ces nuits où l'étoile étincelante est vôtre,
Fit danser à Lily le rock jusqu'au matin.

La pupille étourdie où sa gorge était mise,
Et m'invitant au bal de ses deux seins moqueurs,
Moi j'aurais dégrafé, les doigts sous sa chemise,
Ce soutien-gorge blanc où palpitaient ces cœurs.

Joe aperçut un jour, au bras d'un militaire,
(Sans doute aurais-je aimé qu'ailleurs il regardât),
Une ombre de Lily, l'œil fixé vers la terre ;
Au diable son bustier ! je n'étais pas soldat…


___________________________________________

Références :

Pierre Perret : "Lily"
Philippe Châtel : "J't'aime bien Lili"
Julien Clerc : "Lili voulait aller danser"
Joe Dassin : "C'est la vie, Lily"


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
3/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel beau voyage poétique nous entreprenons au fil des périodes de notre vie!
Adolescent, nous partons en chanson voir Lily la Somalienne, que la ville darde jusqu'à la pointe indécente de son aréole! Un second chanteur la vole à notre rêve, d'un sourire charmeur, mais ne parvient pas à garder ce fruit rare. Un apollon au timbre chevrotant
fera danser le rock à Lily toute la nuit, et moi si j'étais à sa place au bal où ses seins moqueurs m'inviteraient, j'en dégraferais bien le soutien-gorge! Si j'étais à cette place... Finalement, c'est au bras d'un militaire que la belle partira, sortira de mes pensées.
Une poésie classique parfaitement ajustée, aux rimes riches et des vers superbes tels "la pupille étourdie où sa gorge était mise et m'invitant au bal de ses deux seins moqueurs".
C'est ce 4e quatrain que je préfère, encore que le premier soit lui aussi remarquable.

   Hananke   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est un très beau poème classique dont j'aime bien les références.
J'adore la chanson de Perret, entre autres.

De très beaux vers :
Après l'avoir cueillie en son nid d'hirondelle,
Fasciné par le bronze aux bonnets de satin

Certainement, le meilleur sur le sujet, il a tout pour lui.

PS : merci Tizef pour cette information que j'ignorais.

   Michel64   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli poème (en chansons) qui m'a ramené quelques années en arrière. Seule celle de de Joe Dassin m'était inconnue (ou alors l'ai-je oubliée).
De très jolis alexandrins dans l'ensemble, au rythme agréable et césures impeccables.
J'aime beaucoup le 2ème quatrain.

Seul le vers : "La pupille étourdie où sa gorge était mise," me parait mal ficelé. Ou alors je ne l'ai pas bien saisi.

Merci pieralun pour ce moment poétique…et bonne chance pour le concours.

   Robot   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En plus d'une superbe écriture tout l'intérêt du poème repose sur ses références. - Je viens de retrouver la pochette rose et le 45 tours de Joë Dassin avec c'est la vie lily en face A et Billy le bordelais en face B -. Mais je trouve ce dernier quatrain moins réussit et quel dommage de ne pas avoir placé l'avant dernier tellement évocateur en fin de texte, comme une conclusion personnelle du narrateur.
Bel ouvrage en tout cas.

   Bidis   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Magnifique écriture ! Mais c'est normal : c'est Pieralun.
Mon commentaire est court, mais mon admiration sans fin.

   Arielle   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle jolie manière de cultiver la nostalgie ! Toutes ces Lily nous ont enchantés et continuent à le faire grâce à toi (je vais m'empresser de les réécouter) Un poème parfait mais dont je regrette, moi aussi, que l'avant dernière strophe ne vienne pas en conclusion pour une touche finale plus personnelle

   pieralun   
18/1/2015
Commentaire modéré

   Anonyme   
18/1/2015
Salut Pieralun

Tu as longtemps cherché avant de t'exclamer : "J'ai trouvé !"
Nouvel Archimède tu venais de constater que le prénom de Lily revenait fréquemment dans les chansons les plus populaires.
Bonne pioche.
Il te suffisait de laisser aller ta plume talentueuse pour consacrer un quatrain à quatre des plus connus.
Comme il se doit tu t'es réservé le cinquième (qui en l’occurrence est en fait le quatrième)

Merci Pieralun et bravo

NB: Mogadicio se prononce bien [Mogadicho]

   Anonyme   
19/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour pieralun... Excellente idée de nous servir ta Lily au travers ces chansons populaires, en classique qui plus est.
Tes explications concernant le dernier quatrain sont les bienvenues car j'avoue que je ne voyais pas ce que les soldats venaient faire dans cette galère.
Pour ma part, sans doute atteint de viscosité mentale, je n'ai pas trouvé de thème m'inspirant pour cette jolie Lily d'où mon absence à ce sympathique concours.
En conclusion, un bon poème, pas transcendant mais fort honnête !
Merci pieralun...

   leni   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Pieralun
Merci pour le com qui m'a permis de comprendre le dernier quatrain
C'est fluide comme à l'accoutumée Avec des images d'une belle finesse
au grain de velours nu...Dans ces nuits où l'étoile étincelante est vôtre
Au bal de ses deux seins..Ce poème a belle sonorité Je trouve épatant d'écrire "sur commande" Moi-même j'en suis incapable
Merci pour ce joli moment de lecture
Salut cordial
Leni

   Cristale   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Décidément, Melle Lily se dévoile encore un peu plus dans l'évocation de ces chansons célèbres qui ont si bien traversé le temps.
Une approche originale du sous-vêtement de la jeune fille qui devient, sous votre plume, un objet de fascination dont les garçons ne rêvent que de découvrir les trésors cachés.
J'aime particulièrement la vivacité émotionnelle du quatrième quatrain.
Une poésie classique à la prosodie parfaitement maîtrisée.
Bravo Pieralun !

   Damy   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une occasion pour moi de réécouter avec bonheur ces célèbres chansons.
Partager ainsi avec d'autres l'intimité de la lingerie fine de Lily est preuve d'un grand cœur. Et si les soldats n'en faisaient que rêver...

J'aime beaucoup votre style délicat dans le plus pur classicisme.

Merci, pieralun.

   Purana   
18/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est surtout la forme de ce poème qui me plaît beaucoup.
Les rimes riches vous semblent plutôt être arrivées naturellement qu'avoir été cherchées.
Il n'y a pas des mots lourds.
Chaque strophe nous offrent un nouveau monde et ces mondes se suivent en séquences ordonnées, selon l'époque des chansons sur "Lily".
Cela donne à l'ensemble des vers un aspect léger qui est agréable à voir et à lire.
Combiné avec ce thème plutôt léger, voici un texte classique qui coule légèrement à travers une vallée pleine de surprises, en chantant de jolies chansons.

Quant à fond, honteuse, je dois avouer que je ne connaissais aucune de ces chansons.
C'est la raison pour laquelle j'ai commencé par les écoutées toutes avant de lire le poème.
Et oui, j'aime tout ! Et j'apprécie la façon dont vous les avez intégrées dans le texte : un ordre correct dans le temps et le contenu.

Merci pour ce poème que j'ai beaucoup aimé.

   Francis   
19/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beau voyage initiatique ! Le bustier rebondit de mains en mains virevolte s'échappe tel un papillon puis se pose dans les bras d'un...militaire.Belle plume !

   fugace   
25/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai trouvé magnifique de nous faire souvenir de ces autres Lily, célébrées dans des chansons que personne n'a oubliées.
Chacune est resituée dans son époque, son contexte, avec justesse.
De tous les écrits que j'ai pu lire sur ce concours "Le soutien-gorge de Melle Lili", c'est certainement le plus original, à mon avis.
Il est vrai que vous avez un vrai grand talent!
Merci pour votre écriture, pour ces paroles de chansons qui me sont revenues à chaque strophe.

   Janam   
30/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Un vocabulaire choisi avec beaucoup de délicatesse, un ton plein de componction, font de ce texte un poème charmant qui donne une atmosphère désuète mais qui reste très plaisante.
La dernière strophe reste un peu (d)étonnante pour moi et je n'ai pas trop aimé cette parenthèse qui, à mon avis, ne sonne pas comme le reste du poème et qui, me semble-t-il, le déséquilibre. En fait, je n'ai pas bien compris cette dernière strophe.

   Anonyme   
17/2/2015
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée de ce poème est très intelligente. J'ai trouvé qu'il comportait des vers somptueux comme celui-ci : "D'une aréole brune au grain de velours nu."
Juste excellent !
Le seul moment où j'ai trébuché à la lecture de votre poème c'est à la césure de ce vers : "À peine l'habillai-je en rêve de dentelle".

   plumette   
28/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour pieralun

bravo pour ce texte original et poétique avec la contrainte d'un thème de concours à laquelle vous avez rajouté votre propre contrainte qui consistait à évoquer 4 chansons aux ambiances bien différentes en y intégrant le le soutien gorge comme fil conducteur!
chapeau bas!
unplus bien sûr lorsqu'on caonnait ces chansons et qu'on les aime, ce qui est mon cas.
j'aime beaucoup les chansons qui traversent les textes, qui s'y invitent on ne sait trop comment.

A vous relire sûrement

plumette


Oniris Copyright © 2007-2019