Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Damy : Sonnet à la déesse Achlys
 Publié le 25/09/15  -  8 commentaires  -  728 caractères  -  408 lectures    Autres textes du même auteur

Pour de rire...


Sonnet à la déesse Achlys



Droite et fière, elle est là dans brumes et fumée
Cette reine des nuits, du faîte de sa tour
Scrutant à l’horizon l’obséquieux retour
De son Chantre déchu, superbe consumée.

Elle est là ma compagne. Oh, je l’ai tant aimée !
En robe de nuit blanche, et les gants de vautour
Dépeçant ma carcasse à chaque os tour à tour.
Elle est là, dans mes draps, comme à l’accoutumée.

J’avais cru conquérir l’Île de l’Abandon
Aux Amours comme aux Arts. Dieu m’aurait fait pardon
Des délires amers de ma barque en dérive.

Pas d’amours ni beaux arts qui seraient éternels.
Je reviens éclairé. C’est confus que j’arrive
Lascivement m’offrir à ses goûts criminels.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arielle   
25/9/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai l'impression de découvrir un de ces jeux de stratégie en ligne dans lesquels la mythologie grecque flirte avec l'Heroic Fantasy. Ce n'est pas désagréable mais pas franchement ma tasse d'hydromel ...

Si le sonnet me semble correct dans sa forme j'ai un peu de mal avec les expressions suivantes :
"à chaque os tour à tour"
"Dieu m’aurait fait pardon"
Bref, Damy, cette déesse ne m'a pas vraiment conquise alors que je suis encore sous le charme de ton sémaphore des soutifs

   Gemini   
25/9/2015
Oui, le premier vers accroche. Ce "dans brumes et fumée" ne va pas. C'est dommage, dès le début. Et vers la fin, la position de "C'est confus que j'arrive" surprend un peu, car il faut lire la suite pour rétablir l'ordre des choses. Après, oui, j'ai pris "vautour" pour "velours" (enfin, je m'attendais à velours), "Abandon" pour "Avalon" (mais ce n'était pas la bonne rime) et j'ai vu deux "arts" dont un en majuscule (pour sauver le coup ? pour de rire), et je ne sais pas ce qui vaut la majuscule à "Chantre". Mais je l'admets en songeant que vous le savez, vous.
J'ai bien aimé les rimes des quatrains en "ée", avec deux noms et deux participes, et la balance entre profane et sacré (reine des nuits / dieu m'aurait fait pardon) qui donne ce ton moyenâgeux qui fait votre marque.

   Cristale   
26/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Damy,

Pour de rire mais d'un rire noir ou même d'un rictus lorsque l'on connaît le rôle de la déesse Achlys !
Ainsi l'auteur exprime un certain désarroi de se retrouver sous l'emprise d'une mélancolitude que je qualifierai de dépression :" la compagne en robe de nuit blanche"... Tout est dit, ou presque dans ces mots.
Le reste est de la même mouture : « les gants de vautour dépeçant ma carcasse » et les regrets d'une vie paisible :
« J’avais cru conquérir l’Île de l’Abandon
Aux Amours comme aux Arts.«

Tout allait si bien mais voilà, la dame du malheur et du poison a décidé de verser quelques gouttes d'amertume dans le quotidien d'un esprit trop tranquille et la maîtresse de la brume a jeté son voile sur notre malheureux poète.

Pour de rire nous précise l'en-tête du poème ; « le rire n'est-il pas la politesse du désespoir » (qui a dit cela ? )

Quant à la forme, je reconnais bien ici le « style Damy » : grande classe, prosodie soignée, rimes joliment riches, de plus, je sais qu'avec vous les répétitions de mots, surtout dans un sonnet, sont parfaitement contrôlées donc je fais silence.

Je vous adresse mes félicitations pour cette oeuvre menée de main de maître.
Merci à vous.
Cristale

   Anonyme   
25/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il m'est difficile de commenter car je ne possède pas la référence concernant la déesse Achlys. Du coup je ne peux comprendre certaines allusions, même si j'arrive à en deviner une ou deux, grâce aux précédents commentaires.

Ce que je peux dire, en revanche, c'est que ce poème me plait, aussi bien techniquement que d'un point de vue poétique.

En effet, je sens une certaine esthétique qui ne me laisse pas indifférent.

Wall-E

   Anonyme   
26/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un thème d'autant plus sombre que le héros se soumet sans tenter de se rebeller aux maléfices de cette déesse toute puissante.

J'ai admiré la forme du poème qui, bien construit, a le mérite en sus de se lire sans heurt, harmonieusement.

   Vincendix   
26/9/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve ces vers un peu incohérents, pas facile de suivre cette histoire, surtout dans la structure exigeante d'un sonnet.
brumes au pluriel et fumée au singulier, ce me dérange,c'est normalement plutôt le contraire, la brume, des fumées, ok, comment faire autrement !
Les gants de vautour ?
Pourquoi pas les dents de vautour, en mythologie tout est permis.
Bon j'accorde tout de même un bien, il y a du bon.

   leni   
26/9/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
je perçois la douleur d'un poète qui s'exprime sur le divan d'un psychologiste Sa déesse était sa souffrance"en robe de nuit blanche"
Il a cru éviter "la dérive" en se tournant vers l'ile de l'Abandon aux Amours et aux Arts Mais ça n'a pas marché Il en est revenu Gros jean Donc il est case départ avec sa déprime Eclairé mais confus
Le jeu de l'oie recommence Souhaitons lui de tordre le cou à son fléau
LA DEPRIME
Touchant dans le mille de ma sensibilité
Je note mais je ne devrais pas

Leni

   LEO-P   
18/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème original avec des images inattendues.
Il me manque sûrement quelques références pour tout interpréter, mais je trouve quand même du charme et du caractère à ce sonnet.

Quelques petits détails qui me chagrinent :
Je trouve que l'ensemble manque un peu de fluidité, de liant, d'unité. L'expression "dans brumes et fumée" me gêne et me paraît d'ailleurs un peu redondante (bien que la répétition puisse être volontaire et/ou à visée euphonique). Un peu trop de majuscules à mon goût : "Chantre", "Île", "Abandon", "Amours", "Arts"... L'expression "comme à l'accoutumée" me paraît un peu faible pour être à la rime, quoique l'aspect itératif puisse être central. Enfin, je trouve le sonnet un peu déséquilibré, dans la mesure où les quatrains me semblent plus forts que les tercets.

Par ailleurs, j'ai aimé la rime B, mais aussi le rappel entre les vers 1 et 5 : "Droite et fière, elle est là" puis "Elle est là ma compagne". J'ai aimé également "et les gants de vautour / Dépeçant ma carcasse".

Ce poème est bien écrit mais quelques détails, subjectifs toujours, m'empêchent de l'adorer. Bravo tout de même.


Oniris Copyright © 2007-2018