Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
daphlanote : Tentant [concours]
 Publié le 14/05/22  -  11 commentaires  -  1591 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

Le temps qui ne se mesure pas.


Tentant [concours]



Ce texte est une participation au concours n°32 : Le temps dans tous ses états
(informations sur ce concours).





Le temps qui passe allant vers des corps, tant tandis qu’elles furent tendues tentées vers toute forme d’eau. Étant étendues jadis elles mouvaient lentement, latent le temps doucement les habitait.
Quand furent les derniers temps où ils purent parler autant du temps que des taons, petites vanités xylophages et puisables épitaphes. Allant guillemets joyeux elles homophonaient et le temps dû aux doigts caressant s’essoufflait.
Ainsi vint le temps dit des jours aux finir haletants, des cous couvertes d’épices et de bleuets, autour est fruits cueillis, languissant. Balancés.
Puis des pommes effacées, carpées les paumes au jour dédiées, déités d’abondances et de sensations. Or Éole demeurant, sans invité l’involontaire néant, ouvert luit d’avantage et partagera l’inévitable.
Une seconde. Secondes et labeurs olfactifs. Facultatifs. Épointées, épuisées, écorcées d’ors et du déjà d’en demain demandé. Un. Indivis, du dévie la trajectoire aux combles de Bergson, distance et scansion polyphone.
En fin d’été les doubles maîtres déciment additions où elles s’égarent. Stances nouvelles. Voix courtes et jardins aux corps fleuris, théâtral lent futur à tes astres. Rideau.


__________________________________________
Ce texte a été publié avec des mots protégés par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   wancyrs   
28/4/2022
 a aimé ce texte 
Pas
Salut,

Je n'ai pas compris où allait ce texte, mais bon, je suis confiant que s'il est publié l'auteur va me donner quelques clefs pour le comprendre. J'y vois des envies d'assonances, des jeux d'expressions aussi, mais parfois le propos est si obscure que je n'ai aucun ressenti ; juste une impression qu'on a jeté ces mots-là pour essayer de faire beau, ou faire mystère ? Mais je passe à côté, désolé !

Bonne chance pour le concours

   chVlu   
30/4/2022
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Après avoir fait plusieurs fois le tour, malgré mon gout prononcé pour les jeux de, et, avec les mots, rien à faire je ne trouve aucune porte pour entrer dans cet univers. A vrai dire je n'ai même pas lu de contour de cet univers.
Du coup pour moi il n'y a que des jeux mots homophones mais dont je n'ai su lire le lien avec le thème du concours.
Des figures de style grammatical que je trouve fautives n'arrivant pas à leur donner du sens viennent alourdir ma lecture. Des accords
féminins pluriels par exemple alors qu'aulantour rien d'autres du même genre ou du même nombre !?!.
Beaucoup de guirlandes de mots qui ne se parlent pas (les mots) ou que je ne sais pas entendre peut être... Bien que comprenant chaque mot je ne trouve à la phrase pas de 1er ni de 2éme degré: elle n'a juste aucun sens !
Du coup ma lecture est laborieuse et sans envie ni émotion, dur pour une poésie fut-elle en prose !

Pour moi le rideau ne s'est jamais levé sur ce texte!

   AnnaPanizzi   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Voici un texte qui n’a pas emprunté le chemin de la facilité… Qui s’amuse sur le son « tan » (Tentant, temps-temps). Le sens est très obscur, imperméable, je n’ai pas attrapé grand-chose au vol mais je pense que l’auteur(e) s’est bien amusé(e) en le rédigeant

Bonne chance pour le concours !

Anna

   Queribus   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Un texte surprenant, c'est le moindre qu'on puisse dire; malheureusement, malgré plusieurs lectures, je ne sais trop où l'auteur veut en venir et l'ensemble m'apparait trop hermétique. je pense aussi que l'auteur s'est beaucoup diverti en écrivant ces mots déroutants bien que souvent chargés d'une certaine poésie. Dommage mais je n'ai guère été ému.

Bien à vous.

   papipoete   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Pas ↑
bonjour
Nous sommes dans un concours de POESIE, non point au coeur d'un défi d'un duel de mots où le plus mauvais gagnera la partie !
Je ne me moque aucunement, mais je me demande si sérieusement, cette prose est l'oeuvre d'une profonde réflexion ?
Aussi bien le thème, que l'écriture semblent ici prendre le pas sur une blague de potache.
Je ne vois que des sonorités de " temps ", déclinées fort maladroitement ?
D'avance, si un lecteur trouve ici une page hautement artistique, je me confondrai en excuses auprès de l'auteur... mais en attendant...

   Robot   
14/5/2022
Au fil de ma lecture d'un poème je m'applique à en rechercher dans l'immédiat le sens et l'approche poétique.
Aprés la lecture je me pose la question: Que m'en reste-t-il ?
Pour celui-ci un jeu d'assonances répétitif et de jeux de mots pas toujours subtils; ainsi qu'un essai sur les sonorités de termes peu usités qui, peut-être, a le mérite d'un travail de recherche. Mais au final, l'impression d'un ouvrage ressemblant plus à un exercice qu'à une poésie.
Insuffisant pour que je puisse ajouter une appréciation.

   Cyrill   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Pas
Sans doute est-ce tentant de jouer ainsi avec le son du temps. Je ne veux pas préjuger du non-sens de ce poème, je me dis que l’auteur a sans doute suivi le cours de sa pensée.
Pensée qui m’est, hélas, restée hermétique, aucune clé de compréhension ne m’a été proposée. Je suppose que vous ne vous attendez pas à être compris. Je me dis que peut-être vous vous êtes régalé dans cette écriture. Mais pour le partage, en ce qui me concerne, c’est loupé.
J’aurais pu avoir ma propre interprétation du texte, indépendamment de la votre, ce qui fait que parfois l’hermétisme est un atout de l’écriture. Mais ici non, aucune représentation, aucune image n’éclosent de cette lecture.

   Vilmon   
15/5/2022
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bonjour,
Désolé, je n'ai pas pu terminer la lecture malgré un texte court.
Je n'y comprends pas grand chose. Les mots sont alignés pour une certaine consonance, mais pour leur signification, mystère selon moi. Je n'ai pas été tenté de prendre le temps pour analyser et y voir un message.
Navré, trop dense à mon goût.
Vilmon

   StephTask   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Bonjour,
J’avoue pas avoir compris le sens de ce texte. J’ai entrevu des figures de styles avec des répétitions de sons et quelques jeux de mots. Malheureusement, cette prose n’a pas généré d’émotions non plus. C’est peu poétique, très hermétique et j’ai parfois eu la sensation que les mots se succèdent de manière chaotique sans trop de cohérence.
Désolé…

   Polza   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Je reste divisé quant à ce poème. D’un côté je me dis que l’auteur a voulu se faire plaisir et par extension emporter le lecteur que je suis dans un labyrinthe de jeu de mots à la Raymond Devos, peut-être une forme d’hommage ai-je pensé. De l’autre l’ensemble du texte reste trop amphigourique pour moi. Je le suis perdu dans cet obscur galimatias à mon sens. Je suis passé de « qu’elles furent tendues tentées » au féminin pluriel à « Quand furent les derniers temps où ils purent parler » au masculin pluriel en repassant par « Allant guillemets joyeux elles homophonaient » sans trop savoir qui étaient ces elles ou ils. Je dis donc bien pour les jeux de mots rigolos mais moins bien pour l’ensemble qui ne m’a pas semblé outre mesure poétique.

   Donaldo75   
18/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai vu un OVNI. C'est d'autant plus étonnant que dans ce concours je pensais qu'au vu du thème il n'y avait pas de place pour les extraterrestres. Dire que ce texte est hermétique peut s'assimiler à un euphémisme tellement il est riche de pleins de choses que je n'arrive pas à identifier mais il vole haut, vite, dans la lumière de la stratosphère. Est-ce une illusion d'optique ? Un phénomène météorologique ? En tout cas, il dérange les personnes qui l'ont vu dans l'éther onirien et c'est ce qui me fait dire qu'il a atteint son but, généré de l'impact à la lecture, amené les neurones à se croiser et se poser des questions existentielles du genre "sommes nous les seuls couillons dans l'univers ?" j'en passe et des plus exotiques.

Rien que pour ça, j'aime, finalement, même s'il m'a fallu plusieurs lectures pour en arriver à cette conclusion.

J'appelle quand même Jean-Claude Bourret. Un OVNI, ça se signale.


Oniris Copyright © 2007-2022