Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Adèle, tu peins ?
 Publié le 20/07/09  -  16 commentaires  -  747 caractères  -  329 lectures    Autres textes du même auteur

Poème de Tourette.


Adèle, tu peins ?



Adèle est une andouille au flingue d’un remord :
Il me pendrait, salaud, d’un survêt’ impromptu,
Un appoint d’un bordel ou bien pire invendu,
D’une chienne de vie au plus morne d’un port.

Je l’enmerde et voudrais foutre par dessus bord
Ce que ses escarpins vont piner, c’est voulu !
Quand tu tournes le dos, tu me montres ton cul,
De comtesse en sabot, de salope à bon porc.

Une enflure à gerber, ça m’a pris pour un gland.
Ce connard de regain sait bien trouver mon flanc,
Si j’en chie à tous crins de sa tronche de teigne.

C’est juste un souvenir, une tache de blanc,
Et putain je veux bien, Adèle, que tu peignes,
Mais reste bien de ce côté-là de l’écran.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Flupke   
20/7/2009
Bonjour David
Veni, vedi, relu, mais pas tout compris. Posteras-tu une auto-exégèse éclairante afin de nous remettre dans la lumière du droit soleil ? Si oui MP moi quand c'est fait afin que je relise.
Amicalement,

Flupke

   Raoul   
20/7/2009
Drôle d'idée que ce syndrome de la Tourette intégré à la forme classique et corseté du sonnet!
À quand le sonnet du bègue ou le pantoum du défaut de prononciation?

   Marquisard   
20/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour, je n'ai pas compris l'utilisation du registre, ça fait un peu gratuit cômême non ? ça me fait penser à un mauvais auteur qui balancerai de l'insulte pour esquisser une profndeur, et tu n'as rien d'un mauvais auteur, et c'est du reste assez entre deux, pas vraiment salace, pas vraiment autre chose... pas convaincu pour ma part.

   Anonyme   
20/7/2009
L'idée de mettre en poème cet étrange syndrome de le Tourette est bonne, même audacieuse mais pas forcément réussie je trouve.
Les termes d'insultes auraient pu être insérés de manière plus compulsive.
Bon ça doit pas non plus être évident.
Sinon j'ai l'impression qu'il y a un deuxième thème mêlé à ce syndrome que je n'ai pas saisi.
Peut-être aussi un poème rageur contre une personne qui t'as bien gonflé. : )

   ristretto   
20/7/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
rien compris
bien sûr le syndrome ..mais il n'apparait pas ( pour moi) ici comme un cheveu sur la soupe
mais quoi d'autre ?
ça me laisse de glace

désolée David

   daphlanote   
4/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Alors, sincèrement.

La première strophe est une merveille. Bon, en fait, j'en sais rien, mais j'adore.

Troisième vers de la seconde strophe pas vraiment fluide.

La dernière strophe est très chouette aussi.

Mais c'est vrai que les deux et troisième strophes sont un sacré niveau en dessous des deux autres.
C'est probablement voulu, mais c'est assez décousu (d'ailleurs le "c'est voulu !", c'est ça aussi, non ?).
Après, il y a certains jeux de mots assez sympathiques (salope à bon porc).
Le second vers de la troisième strophe cherche un peu la rime (c'est plutôt forcé en somme).

Ceci dit, le texte est énergique et le thème absolument interressant.

Très belle idée, comme toujours, David. Continue donc ! (Il faudra boire au jour où ton écriture sera totalement à la hauteur de ton thème. Ici, on voit on essai presque concluant, ce n'est pas tout à fait suffisant, mais c'est un bon présage).

   brabant   
23/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour David,
Après avoir lu ton sonnet je me suis dit qu'il faudrait peut-être que je ressorte les vieux Adèle blanc-sec qui prennent du millésime dans un coin de mon grenier, peut-être y a-t-il là une clef?
Mais Adèle me paraît bien fade comparée à cette araigne.
Puis j'ai remercié les oniriens qui m'ont appris qu'il existait un syndrome de Tourette... que j'avais d'abord pris pour une petite tour... ben oui! une tourelle! Et je cogite: maladie de l'écrivain en manque d'écriture, en manque perpétuel au risque d'épilepsie en mal de désamour, qui écrit sur tout "au flingue d'un remord" et qui "enmerde.." se prenant pour un "porc", qui ose "salaud... piner... foutre... cul... salope... enflure... gerber... gland... connard... chie... putain" là où j'aurais eu l'injure plus aristocratique.
Adèle, si David ne veut plus de toi, je te le dis, tu peux venir chez moi, j'ai aussi du blanc, de derrière mon fagot, celui qui rend fidèle, on verra bien s'il fait tache!

   TITEFEE   
20/7/2009
Alors là si c'est de la poésie, je veux bien que l'on plume mes ailes et que l'on me laisse juste une ramège pour écrire encore.
David !!! voyons !!! ce n'est pas toi qui a écrit ça ? c'est ton double, ton double-obscur, celui du petit chenapan qui disait des gros mots lorsqu'il était petit...

   FIACRE   
20/7/2009
L'été se prête volontiers aux écarts divers et variés langue ou pas, pendue ou non.
Qu'elle peigne Adèle mais alors sans se brosser ni tirer nos cheveux en quatre !

   Anonyme   
21/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien ce ch'ti poème moi même si je l'aurais aimé encore plus poussé, plus haineux, plus injurieux, à l'instar du premier tercet qui aura ma préférence...
- Y a une référence à Adèle blanc-sec de Tardi?
- C'est pas plutôt "eMmerde" au premier vers du second quatrain?

Récréatif.

   Anonyme   
21/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Interpellant.
Au moins, ça ne laisse pas indifférent ...
Et j'aurai appris ce qu'est le syndrome de Tourette.

   Anonyme   
22/7/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Je reconnais là la plume peu soutenue du poète. Les strophes qui d'habitude me font rêver, rire ou chanter, ici, j'ai été plongée dans un lieu sordide. Je n'aime pas.

   Anonyme   
22/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Difficile de dire si j'aime ou pas...D'un côté je trouve l'idée et la mise en forme originale, d'un autre je me dis que c'est peut être simplement un texte que je ne comprends pas très bien.

Les références à Adèle (Blanc Sec????) sont étranges mais drôles, la mise en forme impeccable.

Surprenant pour le moins, et ça ça me plait.

   Anonyme   
23/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La virulence des termes aurait pu me surprendre... mais j'y reconnais des correspondances... ça me perturbait, ce sonnet...

L'andouille au flingue d'un remord...
et le dernier tercet qui est juste super... très clair... très explicite aussi...
le deuxième quatrain, j'aime pas trop... trop... un peu apoétique comparé au reste... puis port/porc, je sais pas ça m'emballe pas...

Ce n'est pas ma tasse de thé, et puis j'aimerai pas être Adèle.
Celà dit je suppose qu'on est toutes un peu l'Adèle de quelqu'un...

J'ai une question...?
Est-ce que c'est un jeu de mots sur mortadelle? (non sérieux, parce qu'on peut imaginer qu'elle soit morte, Adèle, pour le narrateur... pas forcément morte pour de vrai mais plutôt morte dans le canon du flingue d'un remord?)

   David   
26/7/2009
Quelques mots à propos du poème, par

   Anonyme   
29/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Alors! Il faut que j'étaye mes commentaires de manière à ce qu'ils puissent être utiles à l'auteur...{passage modéré... le commentaire doit parler du texte et non des commentaires précédents modérés...}

En somme je pourrais me lancer dans l'un de ces affreux commentaires de textes comme j'en ai l'habitude durant l'année de mon cursus de lettres, mais je m'y attèlerai pas, car jusqu'au 14 septembre, je suis encore en vacances, que diable!
Alors pourquoi est ce drôle? Sans doutes parce que j'ai été choquée en premier lieu de voir un sonnet si plein de mots quotidiens: un survet! foutre! flingue etc! Et je m'imaginais un mec gras, suintant le viqueux du poisson avec une bière crier des injures à une nana sur une photo de son portefeuille, et s'enmêlant les pinceaux dans son ivresse, mélanger le décor du quai des ports avec les lieux des souvenirs, et de son imagination. Ce qui n'a peut être rien a voir! Mais c'était drôle..
Ca lui donne un côté populaire, de vieux marin bourré chantant au port avec incohérence et lyrisme, un truc portuguais d'une façon un pamphlet comique de la poésie classique ou plus simplement un jeu de poésie rudement bien mené.
C'est vulgaire dans le sens où c'est populaire, mais après tout il s'agit d'une catin ou d'une "salope" apparemment donc le champs lexical va de paire avec le propos, et c'est là où je trouve ça intéressant.

PS: si en fait le poème parle de tout a fait autre chose, prière de m'informer, en revanche, je ne changerai pas d'avis.


Oniris Copyright © 2007-2018