Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Dans son dos
 Publié le 16/02/09  -  15 commentaires  -  756 caractères  -  230 lectures    Autres textes du même auteur

... à l'usage des rustres et des malpolies.


Dans son dos



M'approchant dans son dos sans que rien ne l'ébruite,
J'écoute son silence et le bruit de ses vœux.
M'imaginant sans voir où sont posés ses yeux ?
Il n'y a que la route et ses lignes de fuite.

Et sans non plus savoir à quoi tient ma conduite,
Encore un peu plus près, comme approchant d'un feu,
Je plonge dans son cou mon regard amoureux.
S'il se tourne, à coup sûr, les carottes sont cuites !

Je le suivrai sinon le long de ce chemin,
Sans pouvoir retenir d'aller un peu plus loin.
Restant sur ses talons, je couve cette braise.

Et peut-être allons-nous être en ébullition,
De séduire un volcan, de tenter la fournaise...
Il n'y a plus qu'un pas pour ma supposition.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lotus   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ton texte et l'idée de ta supposition, que je devine ardente comme la braise.
Ebullition, volcan, braise, feu, fournaise...laissent entrevoir une passion brûlante.

Je n'ai pas compris pourquoi un point d'interrogation en troisième ligne du premier quatrain. Détail de ponctuation qui n'enlève rien à la qualité du poème.

   Anonyme   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
La passion sera tellement brûlante que les carottes seront carbonisées...Et alors, ce sera la fin des haricots. Il y a de quoi en avoir gros sur la patate...

Placer "les carottes sont cuites" dans un sonnet classique, fallait le faire! Bravo!

Foin de mes piètres jeux de mots potagers de potache (rustre et malpolie), j'aime bien ce sonnet. Qui malgré tout manque à la fin d'étincelles. On était en plein dans le feu de l'action, et plutôt qu'une supposition, j'attendais une éruption, une pointe, une érection volcanique, en quelque sorte.

   marimay   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour David,
Elle regarde les lignes de fuite et tu regardes la ligne de son cou : approche silencieuse et séduction !
Tu avances plus vite qu'elle, encore un pas... j'aime bien ce dernier vers qui ne dévoile pas le dénouement.

   Anonyme   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Effectivement un très beau poème, un peu à deux vitesses, à deux regards...

J'ai vraiment apprécié, merci David

   FredericBruls   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Très joli en effet. Oniris serait-il donc un site de poètes (a) mateurs ?
Ps : le rapprochement du verbe "ébruite" du premier vers et "bruit" du deuxième vers m'a quand même un peu gêné. Mais ce n'est pas bien grave.

   Anonyme   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime particulièrement le vers des "carottes" Vraiment bienvenu.
Petite réserve quant au début sinon rien à dire. C'est bien.
Merci

   Anonyme   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Original, drôle et bien écrit!

Très plaisant en tous cas!

   Nongag   
17/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Vite au motel! (Hi Hi!)

Ça couve, les braises sont ardentes...

Beau poème sur le désir, cette magnifique manifestation de la vie.

   kullab   
17/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Tout un programme : d'abord on cuit des carottes à feu doux et puis hop ! on finit dans un volcan en ébullition !
J'ai bien aimé le mélange des champs lexicaux (c'est comme ça qu'on dit ?) du feu et de la route.

   Anonyme   
18/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une très belle idée.
Un poème tout en douceur.
Quand même un cht'iot bémol pour "les carottes sont cuites"...
"Si les raves ne sont pas cuites, on commenc'ra par les choux..."
Ah oui, aussi une belle limpidité à souligner, David sait être clair...?

   Anonyme   
18/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il y a comme un ralentissement de l'action, tout semble décortiqué. On sent l'approche à patte de velours, une toile qui se tisse.
C'est un poème vraiment plaisant.

   Anonyme   
21/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oh moi qui n'aime rien tant que le moderne, me voilà faite par un drôle de classique ! Quelle délicieuse ambiance, quelle retenue, quelle fantasmagorie développée dans ces possibles. J'aime beaucoup.

   Selenim   
25/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un beau poème sur le désir et l'attente.

Je m'interroge sur la pertinence de ce point d'interrogation:

"M'imaginant sans voir où sont posés ses yeux ?"

   jfmoods   
3/2/2015
Les italiques, qui marquent le questionnement intérieur de la femme, préfigurent le basculement de la narration (omnisciente à interne) dans les trois dernières strophes. Je crois que c'est l'abondance des formes négatives - ou exprimant l'image d'une négation - (« rien ne », « sans » x 3, « non plus », « n'... que », « sinon », « n'... plus que ») qui fait immanquablement penser à Mallarmé. Tu cultives volontiers une certaine forme de cloisonnement. C'est moins le cas dans ce sonnet, dont le sens est plus explicite. J'aime le caractère enchanteur de ce passage, cette échéance, toujours repoussée...

« Sans pouvoir retenir d'aller un peu plus loin.
Restant sur ses talons, je couve cette braise. »

Ce rapport si particulier au désir me renvoie à la fin du poème « Tes pas », de Paul Valéry.

« Car j'ai vécu de vous attendre,
Et mon coeur n'était que vos pas. »

Merci pour ce partage !

   David   
8/2/2015
Merci à vous, quelques mots par ici


Oniris Copyright © 2007-2018