Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
martyne : Mots d'adieux
 Publié le 15/02/09  -  15 commentaires  -  1022 caractères  -  555 lectures    Autres textes du même auteur

Lettre laissée au moment du départ.


Mots d'adieux



Demain je vais partir ! Quitter notre maison
En écoutant le vent chanter à mon oreille,
Je laisserai ici les mots que nous taisons
Et les larmes durant mes longues nuits de veille.

La mélodie du vent pour esprit d’oraison,
L’immensité d’azur pour toiture étoilée
Déshabillant mon cœur, jetant sa déraison,
Alors la vérité me sera dévoilée !

En quel endroit secret sont parties nos amours,
Dans la brume infinie, perdues dans l’empyrée ?
Qui leur a fait ainsi quitter tous leurs atours,
Ou quel esprit malin les a donc aspirées ?

En suivant un nuage au bout de l’horizon,
Je les rechercherai au fond des vastes plaines,
Je sortirai les mots de mon cœur en prison ;
Je pourrai respirer, dormir enfin sereine.

Et sur l’aile du vent je fuirai mon destin,
Les oiseaux me diront si nos amours sont mortes…
Je te laisse ces mots, il est déjà demain
Et c’est sans un regret que je ferme la porte…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   FredericBruls   
15/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Décidemment, la Saint Valentin inspire des pensées bien mélancoliques à ces dames. Signe des temps peut-être. Il est vrai que les amours mortes ou malheureuses se prêtent mieux à la poésie.
Très beau poème en tout cas, à la fois triste et décidé. Pas sûr que l'intéressé,lui, sera du même avis...Le dernier vers est sans appel.

   Anonyme   
15/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
C'est bien écrit mais ça manque de "relief". Une poésie avec des vers bien équilibrés mais pas de grandes surprises dans les images.
Travail honnête, quoi!

   xuanvincent   
15/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié ce poème mélancolique de départ, parcouru par le souffle léger du vent.

Ses images, toutes simples, m'ont plu dans l'ensemble.

La fin toutefois m'a semblé laisser la porte ouverte à l'espoir.

   martyne   
15/2/2009
merci de vos ressentis , l'idée de départ est bien définie , oui, mais c 'est vrai que le dernier quatrain laisse la place à l'espoir , un départ sans regrets, certes, mais pour une absence qui, aprés reflexion et mise au point , permettra sans doute de revenir vers lui .

   jensairien   
15/2/2009
assez tendre comme poèsie. Pour la fin où je trouve les vers les plus forts, j'ai bien vu, quant à moi, de l'espoir pour celle qui a commis ces vers ("il est déjà demain"), mais un adieu sans appel à l'être quitté :
"c'est sans un regret que je ferme la porte".

   Anonyme   
15/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai aimé le fond et la forme, particuliètement les deux derniers quatrains et... plus particulièrement les deux derniers alexandrins.
Un peu tristounet pour la Fête de l'Amour mais parfois circonstances font loi ! Je ne savais pas (toute honte ravalée) que
empyrée était synonyme de paradis... en poésie ! Alexandre

   lotus   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Le poèmes d 'amour ne sont pas propices à la joie en ce week-end de Saint-Valentin, mais si toutes les lettres d'adieux étaient aussi belles...elles en seraient peut-être moins tristes...quoique, un adieu est toujours difficile.

Belle musicalité qui berce de très beaux vers teintés de mélancolie.

   Nongag   
17/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une séparation consommée: "Et c’est sans un regret que je ferme la porte…" et clairement énoncée. Je n'ai pas perçu vraiment de nostalgie, plutôt un certain soulagement mêlé à un étonnement compréhensible: "En quel endroit secret sont parties nos amours" , oui, bonne question, où?

Petit bémol, je n'aime pas le "en" dans: "Je sortirai les mots de mon cœur en prison". Ça casse le rythme.

Beau texte.

   Menvussa   
17/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un chouette petit poème.

   jasmin   
21/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup le méélancolie et
L’immensité d’azur pour toiture étoilée
Bravo !

   Anonyme   
12/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème assez sympa à lire.

----------

Pour le denier vers je trouve pas très beau le "sans un regret".

"Sans regret" passe beaucoup mieux.

   martyne   
16/6/2009
precision pour Anonyme , la suggestion pour sans regrets enlèverai une syllabe à mon alexandrin, qui de ce fait n'en serait plus un !

   Damy   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De beaux alexandrins, avec césure à l'hémistiche et recherche de rimes riches. Ecriture limpide, spontanée, naturelle. Tout s'enchaîne avec une grande fluidité, comme s'il n'y avait eu aucune hésitation dans la mise en vers. Cela semble couler de source. Le vocabulaire est simple et la ponctuation bien placée
Le rythme musical binaire qui en découle est d'une cadence évidente.

La lecture est ainsi facile et agréable. Il n'est qu'à se laisser accompagner.

Sur le fond, je note une ferme décision incrédule: "Et c'est sans un regret que je ferme la porte...", mais "Je les rechercherai au fond des vastes plaines"; "Les oiseaux me diront si nos amours sont mortes."
Ce n'est pas un faux départ car il est ferme, mais c'est une mise à distance pour un profond recueillement dans la nature, permettant de prendre suffisamment le temps pour faire le point.

Il peut donc il y avoir un retour, comme une ouverture sur d'autres amours.

Ce n'est pas une plainte désespérée, c'est une ouverture sur soi-même, une rencontre de soi-même, une libération salvatrice.

J'aime cette idée. Nous devrions faire des "breaks" plus souvent pour éviter que la routine quotidienne désenchante.

   telemaque   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

C'est beau !!!
J'adore principalement le dernier quatrain

   Anonyme   
16/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Curieusement je n'arrive pas à être totalement ému par cet écrit,
seulement par petites touches.

L'ensemble me paraît trop "forcé", l'émotion manque par instant de spontanéité, l'émotion se voit enveloppée par des images un top facilement utilisées :

"En écoutant le vent chanter à mon oreille"

" La mélodie du vent pour esprit d’oraison,
L’immensité d’azur pour toiture étoilée "

"En suivant un nuage au bout de l'horizon"

"Et sur l'aile du vent je fuirai mon destin,"
Les oiseaux me diront si nos amours sont mortes"...

Une relation qui se finit, ne se fait jamais sans douleur, j'ai été touché par ces mots :

" Je sortirai les mots de mon cœur en prison ;
Je pourrai respirer, dormir enfin sereine. "

" Je te laisse ces mots, il est déjà demain
Et c’est sans un regret que je ferme la porte… "

J'aurai aimé que tout l'écrit soit dans cette tonalité, qui résonne plus vraie, il est ici véhiculé un ressenti profond, plus parlant.


Oniris Copyright © 2007-2022