Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Deux trous
 Publié le 21/06/08  -  3 commentaires  -  842 caractères  -  28 lectures    Autres textes du même auteur

Des alexandrins aux césures bizarres à base d'un drôle de point commun entre deux souvenirs.


Deux trous



Un bloc en béton, six fois quatre habitations
Espace en pierre ou vert, aux pistes de tricycle
Poignées en laiton, généreuses ascensions
Au monde enfin ouvert, à la vie son article.

Botte à quatre pas, enjambons les au-devant
Jusqu’au pied de ce bloc, à faire feu d’avarice
Nos rêves sont là, dans ce coin d’ombres gisant
Et multiplient le troc, à fixer l’orifice.

Pour ceux qui sont vents, artisans des courants d’air
Ils se perlent des murs, absents bien que sertis
Les yeux sans avant, ont pris la grand-mère au pair,
Le ventre est le plus sûr, il est seul averti

Ce corps a d’un nœud, camouflé son apparence
Dans le creux du nombril, il entre alors un doigt
Se délie l’enjeu, légitime appartenance
En révolte d’avril, encore une autre loi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   mimich   
30/6/2008
Je constate que personne n'a rédigé de commentaire.
Je dirai que je n'ai rien compris au sens de ce texte.
A quel type de lecteur s'adresse-t-il? L'auteur pourrait-il nous dire quel en est le thème général? Qu'aurait-il désiré que nous ressentions? ou Quel message a-t-il voulu transmettre?
Merci pour le modeste lecteur que je suis.

   David   
30/6/2008
La présentation est difficile à retrouver, la voilà :

"Des alexandrins aux césures bizarres à base d'un drôle de point commun entre deux souvenirs."

Ce sont deux enfants de trois ans autours d'un trou sombre (une aération de cave je crois) et deux dames qui se disputent un peu, l'une plus agée et la mère de l'enfant, pour savoir s'il est bon ou non pour celui ci de se gratter le nombril.

ça parle de réalités invisibles, cf forum :

http://www.oniris.be/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=3094&forum=6&post_id=33556#forumpost33556

   Anonyme   
2/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qu'importe le sens en ce qui me concerne... Ici de superbes images... "A faire feu d'avarice", "artisans des courants d'air"...
Un bon rythme, une lecture très agréable.


(Je ne prétends pas comprendre plus qu'un autre et ce texte ne "flate" absolument pas mon intellect sur développé lol)


Oniris Copyright © 2007-2018