Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Loge des neuf sens
 Publié le 27/04/08  -  4 commentaires  -  546 caractères  -  86 lectures    Autres textes du même auteur

Un dernier rêve avant la fin du monde.


Loge des neuf sens



Le silence me taira
Tout ce qu’il a pu répondre
L’œil en pince s’ouvrira
Devant l’aube à son plus sombre

Et des mains prendre équilibre
Au matin de chaque instant
Faire un peu trembler la fibre
De sa chair et de son sang

Un peu du sucre et du sel

Prendre à boire maintenant
Désaltérer de ce sable
Reflet dense du présent
Mordre à peine désirable

La conscience coloriée
Subtile odeur arc-en-ciel
Digitale satiété
Livre de peau torrentiel


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Sanderka   
28/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est marrant, si je prends la première ligne du premier quatrain, la seconde du second,etc, et si j'intercale "un peu du sucre et du sel" exactement à sa place, cela donne :

"Le silence me taira
Au matin de chaque instant
un peu du sucre et du sel
reflet dense du présent
livre de peau torrentiel."

Et alors ? Ben rien...
Bon, pour en revenir au poème, j'ai aimé "la digitale satiété livre de peau torrentiel" (même si moi j'aurais plutôt mis "digitale satiété ivre d'une peau torrentielle.).
Faudrait peut-être que j'arrête de dire ce que j'aurais aimé, non ?
Avec des si on met de l'alcool en bouteille... euh, non, ce n'est pas de l'alcool mais le nom d'une ville. Bordeaux ??

Je radote un peu, mais le "du sucre et du sel" m'écorche un peu les lèvres.

Bon j'arrête car à force, le silence me taira. (et la boucle est bouclée.)

   Anonyme   
14/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Votre écrit me semble très hermétique, mais c'est peut-être mon esprit qui manque de flexibilité, cela lui arrive parfois, il voudrait bien, peine perdue rien ne vient, pourtant je veux encore lire et relire, je suis "tenace" ....

Je m'accroche, je m'approche d'un peu plus près, enfin de compte est-il vraiment nécessaire de donner un sens, une perception à ce qui nous est donné de lire, garder son mystère, un écrit n'est pas moins intéressant, il est le voulu de l'auteur, et c'est le plus important.

Je retiendrai cette première strophe :

" Le silence me taira
Tout ce qu’il a pu répondre
L’œil en pince s’ouvrira
Devant l’aube à son plus sombre "

Celle-ci m'apportant une impression de réflexion.

   Pouet   
14/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bsr David,

Je profite de l'exhumation de ce poème pour le commenter.
Le titre me questionne, comme le reste d'ailleurs mais bon :)
9 sens comme les 9 vies du chat? Et la loge fait penser à la franc-maçonnerie mais je vois pas trop...

J'avoue que les quatre sens qui manquent...

Je trouve le premier vers très fort.

J'aime aussi les deux premiers vers de la deuxième strophe. Ainsi que "digitale satiété".

Il y a comme une insistance sur le "toucher", comme un "ressenti crissant". Ce sens là je l'ai bien vu et senti du coup.

Bon le début c'est l’ouïe et la vue, la deuxième strophe je sèche, après le goût pour le sucre et le sel et la fin la vue. L'odorat m'a échappé...
Ah si l'odeur de l'arc-en-ciel... ;)
Enfin bref tous les sens sont mêlés en fait, c'est ça le truc...

Je m'amuse toujours autant à chercher du sens, (le comble ici...) je trouve pas vraiment mais c'est pas grave. Y' a des trucs nouveaux à chaque relecture, faudrait que j'y passe la nuit mais bon, vais aller me coucher. :)

   David   
16/5/2016
Merci à vous, quelques mots par ici !


Oniris Copyright © 2007-2018