Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
David : Nombre
 Publié le 06/02/12  -  9 commentaires  -  782 caractères  -  270 lectures    Autres textes du même auteur

Tic tac tic tac tic tac tic tac tic…


Nombre



Un, deux, trois, quatre et cinq, six et sept, huit et neuf,
Font le cœur de la nuit dans ses premiers silences ;
Si c’est en clignotant que se font pénitences,
Cette huître est très jalouse : un bus est presque veuf.

À quatre pas, tempête, où mon œil vaut son bœuf,
Foulard aveugle et lourd malgré les transparences,
Cinq à perdre ses doigts pour l’heure des carences
Sans ne plus faire un choix de la poule ou de l’œuf.

Ici, c’est bientôt l’aube attendant la demie,
Dès qu’entre six et sept un peu de pain de mie
Deviendra la tartine, et du beurre, et du fruit.

Huit et neuf, il est tard, dîne le crépuscule
Alors qu’un nouveau jour a perdu l’opercule
Imperceptiblement, sans même faire un bruit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   placebo   
18/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Rha, j'ai perdu mon commentaire… désolé à l'auteur mais je vais faire plus court cette fois-ci.

Alors… il y a des vers entiers dont j'ai compris les mots mais pas le sens, la 2e moitié de la 1ere strophe et la 2e strophe en entier. Le champ lexical de la nourriture m'a un peu perturbé tout le long, je ne vois pas où l'auteur veut en venir.
Pas compris non plus (est-ce le sens du 2e vers ?) la raison pour laquelle les trois premiers chiffres n'étaient pas repris.
Je pense que la forme du sonnet n'est vraiment pas la plus adaptée pour ce texte, on a l'impression que vous essayez de caser plusieurs chiffres et de "développer" pendant les deux vers qui restent, ça ne m'inspire pas du tout. Quelque chose d'un peu plus libre pourrait être meilleur.
Des mots sonnent bizarrement aussi. "sans ne plus faire un choix" -> le choix ? ça casse la prosodie donc il faut bien sur changer (un truc genre "sans plus devoir choisir entre la poule ou l'œuf").

La dernière strophe m'a le plus plu (avec le 4e vers, bien que je ne l'ai pas compris). L'atmosphère tranche avec le reste, plus reposante, calme.

Peut-être laisser quelques indications en résumé, aussi ? 'fin, je dis ça pour les gens comme moi qui auraient du mal :p
Bonne continuation,
placebo

   Arielle   
23/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Musique et prosodie impeccables, le sonnet déroule sa syntaxe parfaite en un vrai plaisir pour l'oreille.
Au delà, pour ce qui est du sens, je me sens comme la poule devant une fourchette : par quel bout vais-je la prendre ?
Passent des nombres : "cette huître" (7-8 ?) "Ici, c'est" (6-7 ?) qui n'en sont peut-être pas.
Passent des heures et sur cette tartine je sens bien que je vais me casser les dents. Je laisse à d'autres le soin d'en faire leur beurre. J'avoue quitter la table en restant sur ma faim avec l'impression qu'on a mis du sel dans mon café.

   Anonyme   
11/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Le tic tac d'introduction fait penser à une horloge, soit 24 heures, en rapport avec le titre: nombre.
Mais vous ne décomptez que les chiffres (de 1 à 9)!
Le sens de cette poésie me semble perturbée par la concordance des rimes. Ce qui donne des non-sens et des rimes "bruyantes, cassantes" (boeuf, carences). Le tout abouti à pas grand-chose. Il manque un développement de ces chiffres pour atteindre un nombre.

   Miguel   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne puis me prononcer sur ce poème dont l'hermétisme me laisse complètement déconcerté ; il y a une multitude d'images ou expressions que je ne comprends pas. Peut-être suis-je sot, mais cette alliance d'huitre et de boeuf ne me parle pas vraiment. Je ne veux pas condamner un texte dont peut-être les subtilités m'échappent ; je m'abstiens de toute appréciation.

   funambule   
6/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le tictac annonciateur ne m'aura point aidé à pénétrer l’hermétisme du texte. Comme les "voyelles" de Rimbaud qui ne me disent pas tout leurs secrets je prendrais le texte tel quel, sans me poser plus de questions, pour le jeu et la musicalité, les passages de mots amusés. J'ai l'intuition que ce texte vaut mieux que je que j'arrive à en voir... mais c'est ainsi!

   widjet   
6/2/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Alors, qu'est ce que j'ai compris moi ?
Bon, la plus simple est bien le premier tercet avec le petit déjeuner. Quoi d'autre ? À quatre pas, tempête, où mon œil vaut son bœuf ...Parce que oeil de boeuf ? Cinq à perdre ses doigts Les 5 doigts de la main...
Bien aimé le Alors qu’un nouveau jour a perdu l’opercule mais moi le "sans même faire un bruit" que je trouve disgracieux à l'oreille.

Cette histoire de bus presque veuf, en revanche, me laisse perplexe.

Un jour, promis, je lirai tout David et je me creuserai davatange la tête !

Widjet

   wancyrs   
7/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il y a quelque chose de fascinant dans ce texte, et je ne sais pourquoi je m'y suis penché... peut-être à cause du dilemme œuf poule... Ce dilemme où les scientifiques et les croyants s'affrontèrent dans les années de l'après Darwin et ses travaux sur l'évolution de l'espèce... Voilà ce qui m'a dirigé, avec le mot pénitences, vers une nuit de méditation.

D'abord j'ai cru que "nombre" faisait allusion à "nombres", quatrième livre de la Bible, mais le fait qu'il n'y ait pas d's m'a poussé à chercher ailleurs. Alors j'ai cherché un peu dans la numérologie, et je suis tombé sur ceci :

"Cent vingt trois est une invitation au questionnement, une fable pour penser, rêver, imaginer, dépasser. Nous voudrions que cela soit joyeux et profond à la fois, faire sentir tout le plaisir que l'on peut prendre à se mettre en question, le vertige que cela peut procurer." Pièce de théâtre qui s'est joué à Reims en 2006, mais ce n'est pas la pièce de théâtre qui est important, mais le thème... 1,2,3 prélude à la méditation du prêtre, ces nombres qui font le vide et le conditionne pour ce qu'il s'apprête à faire ; et lorsqu'on sait que César de Bus était un prêtre, on peut bien comprendre ce bus qui est presque veuf...

Dans le premier tercet je pense au miracle de la prière, de la pénitence, et tout comme Jésus multiplia le pain et les poissons après avoir prié, le pain mie devient tartine, beurre et fruit, du moins je pense.

Je crois n'avoir pas tout compris, mais j'aime le mystère de ce texte et juste pour le 1h30 à cogiter sur le sens des mots, des chiffres, je suis un peu comblé... j'attends les explications, en espérant qu'elles viendront

   David   
10/2/2012
Quelques mots par ici.

   sousmarin   
20/2/2012
Commentaire modéré

   sousmarin   
24/2/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Déconcerter le lecteur peut être une bonne idée mais qui a ses limites…allégrement franchies ici.

Texte que ne me dit pas grand-chose et qui se contente de jouer sur des schémas de répétition (1, 2,3 …) ou des sonorités, qui certes facilitent la lecture mais dont le sens reste obscur, pour ne pas dire incompréhensible.
Est-ce voulu ? Y-a-t-il un sens final ? En tout cas, un repas qui m’apparaît comme fort indigeste.


Oniris Copyright © 2007-2018