Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
David : Sissi part
 Publié le 30/09/09  -  18 commentaires  -  757 caractères  -  318 lectures    Autres textes du même auteur

Sebasto cha.


Sissi part



Mais ! D’œillade en calèche, à quelle bride as-tu
Pris ta jambe à ton cou puis ton pied chez mon frère.
Rien ! J’ai pas dormi j’ai... porté plainte et pris l’ère
Glaciaire adéquate ; ouf ! Hier est vêtu.

J’ai pas vu ce que l’homme a cru voir - fétu
De paille - et puis ta watt à mon ampère
A fait péter mon volt, en putain de trouvère.
Où es-tu, cataplasme et faux rêve... têtu.

Mais ! Pour que dalle y marbre, il est d’autre économe,
Avant qu’un autrefois n’en soit le métronome,
Et reprenne à son chien, le fusil Ienisseï.

Rien ! Le fleuve est trop long, les genoux sont humides
Et tu voulais le Gange alors... mes Pyramides
Ont arrondi mon angle, et pleuré Loreleï.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lapsus   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Ça dérive ou ça délire, il s'en eût fallu de peu qu'à l'évocation finale de Loreleï on ne se fisse un tour de Rhin.
Le langage part dans tous les sens à la manière de la fatrasie ou du nonsense verse.
Il ne reste de classique que la forme du sonnet. Vous qui cherchez la raison fuyez, ici c'est l'égarement.

   Klafooty   
30/9/2009
Mais ! A la première lecture, je suis resté coiffé d'un bouquet de points d'interrogations...
Rien ! Alors, j'ai relu et j'ai compté les points d'exclamations...
J'ai reconnu un sonnet.
Mais ! Au language occulte. Je devine quelques jeux de mots et des lieux géographiques uniquement connus des cruciverbistes.
Rien ! Calliope refuse de m'éclairer.

Klafooty a trouvé ce texte...euh...

   LeopoldPartisan   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Forme classique pour un sujet très actuel, cela me plait vachement moi qui tant bien que mal vit complètement avec mon temps. C'est en plus mitonné d'un surréalisme de très bon aloi nous dirait un Maître Cappelo, sous amphétamine que son état mine. En plus moi Sissi, elle m'a toujours fait craquer, même si la Romy a rencontré Hitler à Bergsgaden durant la guerre, apès qu'est-ce qu'elle a souffert. Et puis pleurer Loreleï, c'est un must dans un sonnet somme toute assez Gainsbourien dans l'épure et le doigté. TB

   Marquisard   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
j'ai foutrement bien aimé, ça part dans tous les sens à la première lecture, ça réveille, booste, met dans le bain pour décortIquer tout ça ensuite, et c'est un régal une fois déballé, une histoire complette en quatorze vers, la banalité glauque débanalisée et rafraichie, classe. bref j'ai vraiment bien aimé.

   NICOLE   
1/10/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Désolée, trop hermétique pour moi !
La forme y est, mais dans le fond, je crois que je préfére ce que je réussis à comprendre....et là, je suis restée sur le seuil.
Certainement une autre fois.

   Anonyme   
1/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Je suis rarement déçu avec les poèmes de l'auteur, assez partisan de "déjanteries" et de brumes en tout genre.
J'ai particulièrement goûté à "[...]l'ère glacière adéquate; ouf! Hier est vêtu." Brrrrr...
Le seconde strophe en mode électricité et celle qui me laisse le plus perplexe mais j'ai aimé, allons savoir pourquoi, "A fait péter mon volt, en putain de trouvère". Assez stylé.
Sissi part... J'ai bien aimé ses préparatifs.

   Mr-Barnabooth   
1/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Beaucoup d'originalité et un vocabulaire riche et sonore dans ce sonnet très bien composé.
j'ai du mal à me représenter des images dans ma tête mais je reste porté par le rythme et les sons de ton poème.
J'aime beaucoup la chute de tes tercets.
Amitiés de Mr B.

   pieralun   
1/10/2009
Cela sonne bien, indéniablement.
Il y a un petit emprunt au " Bateau Ivre ".
Mais je n'est pas la capacité suffisante pour comprendre.
C'est peut-être très bien, mais je ne sais pas le noter.

Amicalement

   Lylah   
2/10/2009
Euh... ça veut dire quelque chose ou c'est juste la forme qui compte ??
Déjanté ? Moui. Surréaliste ? Bon. Poétique ? oumpf.
Désolée, je n'ai pas les clés adéquates, sans doute.

   David   
4/10/2009
Quelques mots en forum ici

   Anonyme   
4/10/2009
C'est très esthétique, egal en qualité, un peu ...pas très clair et j'aime bien!

   Lariviere   
5/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Très joli poème.

C'est quelque chose de s'extasier sur la construction ou la déconstruction rimbaldienne, s'en est une autre de l'approcher de près dans son écriture...

Je retrouve aussi dans l'impétuosité rythmique et la construction houleuse de ce sonnet, quelques pointes d'écumes au parfum de Tristan Corbières et de ses amours jaunes. D'ailleurs, du gange à Loreleï, en passant par les pyramides, les références à débusquer ou à imaginer grâce à ce poème, sont certainement non exhaustive. Cette résonnance multiforme d'une poésie, c'est aussi la preuve de son efficacité. L'auteur habite sa poésie mais le lecteur aussi... Ca fonctionne. Après que dire ?...

J'aime bien le défi qui consiste à fusionner l'esthétisme avec le phrasé moderne. C'est osé. Ca s'entrechoque, ça parait déconstruit, mais c'est ça faire de la poésie... Ecrire avec son temps, faire revivre, régénérer, ne pas confondre "érudition" avec "reproduction" et ainsi, sortir la poésie de la salle des arts fossiles.

Même si j'avoue que le sens profond de "Sissi part" ne me saute qu'aux yeux et aux oreilles, je me laisse balader dans ce flot d'images et de récifs poétique et je laisse ma raison se perdre dans ses propres chicanes réductrices...

J'aime laisser, de temps en temps, la raison rentrer bredouille... Le sens caché, certainement en bonne profondeur, n'en est que plus précieux.

Ici, se sont les images et les sonorités qui régentent le royaume des sens :

D'abord, la rythmique des deux derniers vers des deux quatrains est formidablement réussi.

Sinon, j'aime bien :

"J’ai pas vu ce que l’homme a cru voir - fétu
De paille - et puis ta watt à mon ampère"

"A fait péter mon volt, en putain de trouvère.
Où es-tu, cataplasme et faux rêve... têtu."

J'aime beaucoup, aussi, même si celà m'échappe :

"Avant qu’un autrefois n’en soit le métronome,
Et reprenne à son chien, le fusil Ienisseï."

J'aime beaucoup le tercet de fin.

En fait, j'aime l'intégralité de cette apparente schizogonie, pour parler protozoaire, même si la fonction de celle-ci dans ce poème, me reste encore bien hermétique et mystérieuse.

Merci David et au plaisir de te lire !

ps : je trouve le titre accrocheur mais inélégant, ce qui est voulu ?...

   Anonyme   
5/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup

"Rien ! J’ai pas dormi j’ai... porté plainte et pris l’ère
Glaciaire adéquate ; ouf ! Hier est vêtu.

- fétu
De paille - et puis ta watt à mon ampère

Où es-tu, cataplasme et faux rêve... têtu.

Avant qu’un autrefois n’en soit le métronome,

Rien ! Le fleuve est trop long, les genoux sont humides
Et tu voulais le Gange alors... mes Pyramides
Ont arrondi mon angle, et pleurer Loreleï."

Pour le reste je pense que ça n'éveille pas particulièrement de correspondances à mes yeux
(à l'image de ce vers très joli mais qui ne me parle pas : Et reprenne à son chien, le fusil Ienisseï.) D'autres comme "que dalle y marbre" que je trouve un peu facillet...

Sinon le fond est bien. Un ton qui joue entre le caustique et le triste... non?
(je dois aller lire le forum associé)

J'aime bien l'impression de comprendre, sans vraiment comprendre, comme quand ta copine Margaux te raconte qu'elle s'est mangé un gnon de son mari... tu sais pas ce que c'est, pas vraiment, mais tu comprends... c'est loin mais familier.

hmm... comme Lari, j'ai un kwak sur le titre... j'ai pas lu au départ parce que le titre me plaisait pas... ça me parlait pas... je me demande si tu voulais cet effet : ordre donné à un chien (genre si-sit panier...)?

Bon, voilà, j'ai pas particulièrement vibré mais j'ai trouvé ça pas mal écrit, avec une touche originale... et puis dommage pour le fusil du chien...

Merci.

   lotus   
8/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Toujours cet "hermétisme" que je retrouve chez toi, David...Ce n'est en aucun cas un reproche!

Après plusieurs lectures, j'ai consulté ton forum avec les" éclaircies"possibles que tu proposes et là, tu vois, ça m'a donné une lumière non négligeable. Je suis entrée dans ton univers verbal comme dans un tunnel moins chaotique en y prenant un plaisir immense.

Ce texte est riche tant au niveau forme qu'au niveau fond.

Bravo!

   Meleagre   
11/10/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
En lisant ce poème plusieurs fois, j'avais compris les deux premiers vers, et le reste me laissait perplexe... J'ai lu les explications de David, et il y a encore la moitié du sonnet que je ne comprends pas...
Cet hermétisme est sans doute volontaire, mais je ne m'y retrouve pas.
On note un mélange des genres : la poésie classique, l'exotisme du Ienisseï, du Gange, des Pyramides, et des expressions familières, voire vulgaires (pris ton pied, putain de trouvère...), qui heurtent parfois la lectre.

   Arielle   
3/12/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Succulent, décapant et jouissif d'un bout à l'autre. Chaque image est un petit bijou et provoque un éclat de rire. Une manière de dépoussiérer le sonnet que n'aurait pas reniée Corbière.
J'en fermerais presque les yeux sur les vers 5 et 6 qui bancrochent et le participe passé qui fait pleurer la Lorelei et m'obligent à un moins derrière l'exceptionnel.

   Lunastrelle   
16/5/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un pseudo sonnet très culotté, mais j'ai vraiment apprécié. Quand on ose mélanger plusieurs variantes (classique avec le langage contemporain par exemple), et que l'on secoue avec beaucoup de dextérité, ça donne ça...
L'hermétisme ne me pose aucun problème, je me suis beaucoup éclatée à torturer ma cervelle avant de lire l'explication sur le forum. Ce qui est sûr, c'est que j'ai parcouru la Russie avec plaisir^^. J'ai tripé aussi sur les sons, et les jeux sur les mots.
J'ai particulièrement apprécié:

"Rien ! J’ai pas dormi j’ai... porté plainte et pris l’ère
Glaciaire adéquate ; ouf ! Hier est vê"

"Et reprenne à son chien, le fusil Ienisseï."

A lire et à relire!

   zenobi   
5/7/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Rafraîchissant. Enjambements et contre-pieds, tout un art de la danse maîtrisé.


Oniris Copyright © 2007-2018