Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
embellie : Villanelle
 Publié le 30/09/09  -  11 commentaires  -  655 caractères  -  382 lectures    Autres textes du même auteur

Poème-chanson-danse se rapprochant du folklore des temps anciens.


Villanelle





Quitte vite ta venelle
Car je t’emmène danser.
Chausse tes sabots ma belle,

Mets ton châle de dentelle
Et veux-tu bien te presser !
Quitte vite ta venelle.

Sur un air de ritournelle
Nous allons tourbillonner.
Chausse tes sabots ma belle,

Un refrain de pastourelle
Va suffire à nous charmer !
Quitte vite ta venelle.

Branle coupé, tarentelle
Vont bientôt nous entraîner.
Chausse tes sabots ma belle,

Ta splendeur est irréelle
Est venu le temps d’aimer !
Quitte vite ta venelle,
Chausse tes sabots ma belle.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lapsus   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La forme, le ton, le thème sont très bien associés. C'est un très bel exemple de cette forme oubliée, servie par le choix de mots d'un autre temps.
La contrainte sur les rimes la relègue au rang de l'exercice de style dont le charme désuet saura contenter tant nostalgiques que curieux.

   Anonyme   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une bien belle villanelle qui ne nous rajeunit pas... Un retour au XVIème siècle et, entre autres, à Jean Passerat, à qui j'aurais attribué ce poème s'il n'eût point été signé de la jolie plume d'embellie que je remercie de nous avoir rappelé cette forme poétique du passé...

   Anonyme   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Désolé, je ne vais pas me joindre à l'enthousiasme précédent et m'extasier sous prétexte que cela relève d'une forme ancienne. Je respecte parfaitement le choix de l'auteur, mais cela ne me parle pas du tout.
Personnellement, je vois ici des vers peu inspirés et somme toute assez plats. Une musicalité lancinante, agaçante.
Non, je ne marche pas.

   Mr-Barnabooth   
30/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une jolie musique et un verbe rustique qui donne un charme agréable à ton poème qui se lit le temps d'un air de bourrée.
J'ai bien aimé
Mr B.

   pieralun   
1/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Je verrais bien ce petit texte sur une musique de Brassens, c'est très joli.

   Anonyme   
2/10/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Le thème est guilleret, le fond tentant, ça pourrait bien passer sur du brassens, c'est sûr.
Mais j'ai trouvé le rythme déconcertant, très peu fluide, qui m'a gênée dans ma lecture.

Par conséquent, je n'ai pas réussi à rentrer dans l'esprit du poème, j'en suis désolée.

Au plaisir.

   wancyrs   
3/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime bien des poèmes qui parlent, qui dénoncent, qui réinventent, qui décrivent...
Je trouve assez bien de reveiller les anciens styles, mais si le message ne peut passer, ou servir l'époque que nous vivons, alors je suis désolé, ça ne marchepas pour moi
alors pour l'exercice d'écriture, je noterai, mais pour moi la poésie c'est autre chose qu'un exercice d'écriture.
à la prochaine lecture
bonne continuation

   David   
5/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Embellie,

Un voyage dans le temps réussi avec cette "Villanelle", j'ai appris un nouveau nom avec "Branle coupé", il aurait peut être mérité un pluriel, est-ce la Cassandre, la Pinagay, la Charlotte, la Guerre ou l'Aridan...

   Anonyme   
18/3/2010
Une jolie vilanelle qui donne une furieuse envie de danser.
On y entend déjà claquer les sabots.

   CharlesVerbaud   
7/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La première strophe ne devrait pas enjamber sur la seconde, ni la cinquième sur la sixième.
Et l'inversion "Est venu le temps d’aimer !" n'est pas belle. Il faudrait une consonne d'appui à la rime en er.

Un poème sympathique néanmoins.

   senglar   
29/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Embellie,


Ah ! Votre Belle ! On la croquerait Embellie...

Malheureux ceux qui se moquent des sabots, les sabots sont aériens qui relient la terre au juste ciel de par leurs arbres géniteurs. J'ai dansé avec vous au son de ces sabots en ritournelle, Branles et tarentelles, voilà qui relie à nos mémoires folles le chant des tambourins.

Senglar à cloche-sabot :)

Merci pour la folie de ces danses qui tournent le corps et détournent la tête... pour le meilleur de l'amour... de la venelle à l'alcôve.

:))

Le Brabantien :)))


Oniris Copyright © 2007-2019