Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Stagnante
 Publié le 02/03/08  -  10 commentaires  -  650 caractères  -  69 lectures    Autres textes du même auteur

Sur le thème de l'eau, la liberté.


Stagnante



L'eau a croupi d'être restée,
Au creux des pierres incarcérée,
Sa couleur a pris le teint gris
Et la pâleur des fruits pourris...

De quel chant peut-elle se bercer ?
Car c'est son rôle de se verser,
Trombe de pluie ou bien torrent,
Bien autre chose que ce tourment...

Dans quelle colère se réfugier,
Puisqu'elle est ainsi répudiée ?
Elle n'a d'autres cris que l'orage,
Et du tonnerre n'est que l'otage...

Pour son malheur elle est à l'ombre,
Enfouie sous l'amas des décombres,
Elle rêve de rats, de langues râpeuses,
Rien ne la rendrait... plus... heureuse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Scrib   
2/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Fabulon, c'est fabuleux ! J'adore...Juste ce qu'il faut où il faut...à partir d'une eau croupie, c'est un exploit = 16

   Anonyme   
2/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bravo ! Rien ne pouvait être mieux raconté sur cette eau croupie !
Comme quoi la poésie se niche là où l'on veut, il suffit de savoir l'écrire !

   clementine   
2/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Exercice étonnant en effet.
Joli poème, où va se nicher l'inspiration?...

   strega   
3/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je n'ai pas accroché du tout. Certe c'est bien écrit, ça rime, ça sonne et ça se lit, là n'est pas le problême.

Mais bon, je n'ai pas réussi à voir la poésie dans la flaque d'eau. (j'exagère...). L'élément n'est même pas mis en valeur. J'aurais aimé y lire une réelle personification, une explication de sentiments. Ca m'a fait l'effet d'une contine, tournant cette pauvre eau en dérision presque.

Bien sûr c'est personnel. C'est en fait plus la forme qui m'a gêné que le fond je crois. Désolée et Dommage.

Cependant merci, car ça au moins le mérite d'être original et assez "osé".

   Anonyme   
3/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
La fin suggère-t-elle que cette flaque veut "se suicider"?

Avalée par les rats...

J'ai pas trop aimé: "Et du tonnerre n'est que l'otage", le sens
m'échappe et j'ai l'impression que cétait pour la rime...

Sinon, j'ai bien aimé la première et la dernière strophe.

   David   
3/3/2008
La présentation disparaît au fil des nouvelles éditions, c'est un poême sur la liberté.

   Anonyme   
4/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
A part les deux derniers vers de la troisième strophe, j’ai beaucoup aimé l’ensemble du poème.

Comme l’auteur nous le précise, cette eau stagnante, prisonnière de ces rochers, a des rêves de liberté, il lui donne une personnification.

Cette eau croupissante aimerait se voir libre, comme l’eau vive des rivières et des ruisseaux. Elle en est plutôt réduit, à souhaiter être bu par des rats… pour peut-être se retrouver libérer parmi les excréments, dans un quelconque égout, d’où, tous les rêves de liberté, lui seraient enfin permis.

Je trouve l’idée géniale et je te dis bravo !!!

   Anonyme   
4/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Pas mal du tout ! même si les vers ne sont pas justes, un poème irrégulier qui coule malgré de source.

   Anonyme   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est travaillé (enfin il me semble ;)...).
Je reste songeur devant cette eau stagnante lol

Mais bon.. sans plus non plus :D
Certaines images me paraissent un peu tordues

   patrice   
22/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
très jolie poésie, et alors j'ai adoré les deux derniers vers qui sont asez "trash"...


Oniris Copyright © 2007-2018