Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Y’a quelqu’un ?
 Publié le 23/08/08  -  6 commentaires  -  444 caractères  -  69 lectures    Autres textes du même auteur

Tic Tac Toc, Tic Tac Toc, Tic Tac Toc, Tic Tac Toc, Tic Tac Toc.


Y’a quelqu’un ?



Voisine au point critique
Si proche de l’impact
Appréhendant le choc

C’est la fleur onirique
Elle ne souffre aucun tact
Elle n’offre plus un troc

Absence systématique
Ne pense sceller exact
Au temps lance sa breloque

Précis catatonique
Quand son flou se rétracte
Même l’écho révoque

Pas assez d’Amérique
Ses yeux – rêve au contact
Sinuent un Orénoque


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   daphlanote   
23/8/2008
Bon... Là, j'avoue, c'est trop obscur pour moi.
Je vois quelques liens, quelques petits machins décousus, mais j'y ai pas compris grand chose quand même.

Mais bon, il y a un truc à souligner ici, c'est le rythme. Ça balance pas mal ! C'est court, lapidaire. Ça résonne aussi, les rimes sont pas mal (il y a de l'idée XD). En tout cas, rien que poui-r ça, c'est plaisant.

Note : La dernière strophe est très belle. J'ai adoré "Ses yeux – rêve au contact".

Edit : Et, natuurlijk, j'ai décodé. Merci à nine. *daph, trop innocente*

   Anonyme   
24/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une voisine bien ouverte et bien paradoxale que tu as là cher Dav', appréhendant le choc sans tact et sans troc d'un coït.

Je me retrouve, plongeant dans les yeux de la fleur, noyée dans un Orénoque onirique, dans leurs assonances et allitérations, éperdue d'un sens à trouver à tes mots.

Le "Précis catatonique" m'évoque un précipité chimique laissant coite et pétrifiée ma cervelle, comme si j'étais frappée de dépression profonde, ou victime d'un neuroleptique incisif. Pour ma part, le "flou" aussi du coup se "rétracte" un peu.

"l'écho révoque" est équivoque, j'hésite à poursuivre, je préfère relire plus haut, je ne "pense" non plus "sceller exact" et suis le mouvement en lançant "au temps" ma "breloque".

Je refais demi tour et vais jusqu'au bout, comme une brave fille, et je suis abasourdie, et je jubile. Ton poème est à ton image, à l'image de tes précédents, toujours aussi intéressant, toujours aussi énigmatique. J'aime.

PS : comme d'hab', suis-je sur la bonne voie ?

EDIT : Hé miiiiiiiiince, je croyais être la preums'
ENCORE UN EDIT pour préciser que le "précis" m'a évoqué, outre la grammaire, une éjaculation précipitée. ^^.

   Anonyme   
24/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que voilà un poème truculent et un style bien particulier. Je suis sous le charme.

Oh encore... ! Oserai-je...

   Anonyme   
24/8/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Hum.. je suis perplexe je l'avoue.

Certes une sorte d'exploration..
Dans laquelle se perd le sens et je pense que c'est pas volontaire
C'est dommage..
Car cette géométrie entre réveil et songe souffre d'excès et d'abus de torsions poétiques
Un espace pas bien clair, on peut comprendre, mais malheureusemnt donnant aussi l'impression d'une absence de maîtrise.
Voilà pour mon avis sur ce texte..

Merci de le donner à lire et à commenter

   Faige   
25/8/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je crois aussi que la poésie s'apprend (mais dans une certaine mesure, pas de A à Z).

Moi non plus je n'ai pas compris... Mais je pense, par contre, que cette opacité est volontaire. Est-ce simplement l'histoire de quelqu'un qui a fuit ? Le vers "ne pense sceller exact" me gêne particulièrement, je n'arrive pas à savoir si "sceller" est bien le verbe, et non le nom, malgré l'orthographe, c'est plus fort que moi, parce que du coup, avec "exact", adjectif, ... Bref, ça m'empêche d'avancer et de savourer le texte... Sinon, j'aime bien la dernière strophe (malgré le "rêve" qui me gêne un peu comme le "sceller") et les rimes en "act" et "-que" qui reproduisent aussi les heurts de la lecture, non ? (voilà pourquoi je crois que le flou est volontaire,...).

   Eclisse   
5/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour David

Tic Tac, une belle mécanique, pour quelques Troubles Obsessionnels Convulsifs.

Parmi tes textes, l'un de mes préférés.
Une palpitation particulière pour le dernier tercet où l'Orénoque s'insinue.


Oniris Copyright © 2007-2018