Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Davide : Le goût de vivre [concours]
 Publié le 10/07/21  -  14 commentaires  -  13259 caractères  -  90 lectures    Autres textes du même auteur

« Le rire sucre les larmes. »
Robert Sabatier


Le goût de vivre [concours]



Ce texte est une participation au concours n° 30 : Rire à profusion !
(informations sur ce concours).






le soleil sucre

ses rayons melliflues
cicatrisent ton absence

chaussons vert pomme
au pied du lit

je me lève en douceurs


mmm
ces nuages de lait chaud

la cuillère glougloute
et mon beignet sen mord les doigts


sur le trottoir
un café passe crème


je mange à pas menus

croquant le jour

friand damour

entre mes lèvres
éclot un rire
aux éclats dArlequin


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
7/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Je salue la présentation très sophistiquée du poème ! Cela dit, j'ai le sentiment qu'elle est trop colorée, trop contrastée, pour le propos que je perçois en demi-teinte : l'être aimé est absent (absence peut-être prévue dans la vie du couple, peut-être prémice de séparation ou séparation accomplie, même si je ne perçois guère de chagrin écrasant à surmonter), le café au lait avec beignet sont heureusement là pour attaquer la journée.

Un texte sympathique à lire au réveil, justement, peut-être des couleurs plus pastels pour les caractères, ou un fond grisaillou au lieu de noir, lui auraient-ils mieux convenu ? Une recherche intéressante en tout cas.

   Cristale   
8/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est la première fois que je vois une telle présentation de texte en espace lecture.

Point de vue poésie, oui, pourquoi pas, mais rire, non, je n'ai pas été sensible à l'aspect humoristique.

Je note surtout la beauté de la présentation.

   Donaldo75   
10/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Originale, cette proposition de mise en page, elle a tout de suite captivé mes neurones et donné à mon esprit l’envie d’en savoir plus, de m’attarder sur ce poème. Et je ne suis pas mécontent de ce choix car le texte est léger, surréaliste, bien dans le thème de ce concours et surtout dans la veine de ce que j’aime vraiment en poésie libre.

Bravo !

   Gemini   
10/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Plus gourmand qu'amusant malgré quelques jeux de mots et images poétiques plaisantes.
La présentation apporte un plus indéniable. Un Arlequin de l'infra-rouge à l'ultra-violet ?
Dans le final, la transition entre la dégustation (délectation ?) et l'éclat de rire me parait abrupte.

   Corto   
11/7/2021
Il semble que la bouche du narrateur soit surtout accaparée par tout ce qui se mange...
Trop occupée sans doute pour mettre en valeur un rire, sauf à la chute qui semble servir de rattrapage.

La présentation colorée m'apparait comme un artifice.
Il y avait pourtant une piste à explorer entre "cicatrisent ton absence" et "éclot un rire aux éclats d’Arlequin".

Je trouve un peu triste ce résultat.

   Eskisse   
10/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une scène matinale plutôt douillette grâce à tout ce sucre qui déborde même du lit avec ces "chaussons vert pomme" et ce " je me lève en douceurs" ( au pluriel comme si des sucreries jonchaient le sol de la chambre ). Ce qui fait la singularité de ce poème, c'est donc pour moi la superposition du monde de la nourriture sucrée sur celui du quotidien comme " croquant le jour" ou " friand d'amour" ou les chaussons vert pomme cousins du chausson aux pommes. Les alliances concret-abstrait aussi. La paronomase "éclat / éclot" vient mettre en valeur le rire du solitaire. Un texte où rien n'est laissé au hasard, me semble-t-il.

   papipoete   
10/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour
je lis ce jour ce poème, comme servi à la table du petit-déjeuner !
Entre-t-il dans le cadre du " rire à profusion " ?
je ne crois pas, et songe plutôt que c'est une carte de bienvenue, à celle qui manque à l'appel ( une absence non pas un départ )
et je la mettrais à l'honneur dans un cadre de tendresse, où l'on sourit gentiment...
Présentation on ne peut faire plus originale, et sofistiquée !
je noterai sur le contenant, plutôt que sur le contenu !

   BlaseSaintLuc   
10/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une absence , surement, mais on ne la sent pas trop, le sucre sans doute adouci le présent ,belle présentation ,originalité du texte , j'aime beaucoup cet éclat d'arlequin , il à sans doute la couleur arc en ciel.

   Myo   
12/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un menu que je trouve très original autant dans sa présentation que dans ses nombreux jeux de mots.

Un éclat de rire pour couronner le tout et choisir de continuer à cultiver une attitude positive malgré l'absence.

Bravo!

   jfmoods   
13/7/2021
Sur le crêpe du deuil amoureux, le glissement du texte de la droite vers la gauche met en exergue la charge symbolique du passé tandis que l'inversion du spectre des couleurs préfigure une recomposition, la refondation du monde intérieur.

La première partie du poème (vers 1 à 6) met en place un cadre intime ("au pied du lit"), chaleureux ("soleil"), enveloppant ("chaussons", "je me lève en douceurs"), et - avant même l'entame du petit-déjeuner - comblant, nourrissant ("sucre", "rayons melliflues", "vert pomme"). Configuration toute nouvelle où le champ de ruines de la désertion amoureuse ("ton absence") est laissé à l'arrière-plan. La guérison, déjà, s'annonce ("cicatrisent").

La seconde partie (vers 7 à 10) prépare la consommation du repas. La faim (onomatopée : "mmm") s'appuie sur des sens réinvestis (vue : "ces nuages de lait", vue et ouïe : "la cuillère glougloute") qui ouvrent grandement l'appétit (personnification comique avec jeu de mots suggérant la gloutonnerie : "mon beignet s'en mord les doigts").

Dans la troisième partie du poème (vers 11 et 12), le regard s'élargit au monde ("Sur le trottoir"). Au sens propre, si le "café passe crème", c'est que l'amertume première s'est transformée en douceur lactée. Au sens figuré, l'expression très contemporaine "passer crème" laisse entendre que le moral est retrouvé, que cette même amertume a été digérée.

La quatrième et dernière partie du poème (vers 13 à 18) met en place le processus de consommation du repas. On est à présent en situation de prendre son temps (complément de manière pour le moins original : "je mange à pas menus"), de profiter de la vie, d'entamer un carpe diem ("croquant le jour"). À l'appétit premier s'ajoute le voeu, nouveau, d'un autre comblement ("friand d’amour"). Le glissement assonantique ("éclot" / "éclats") avalise la cassure entre le moi d'hier et celui d'aujourd'hui. Le rire, salvateur, redéfinit la relation au monde, accrédite un réenchantement. Finie l'austère réclusion du coeur ! "Le goût de vivre" est revenu !

Si, comme l'affirme Robert Sabatier, "le rire sucre les larmes", c'est parce qu'il possède une vertu cathartique : il nous purge, nous libère de nos passions tristes.

"Le rire, la moquerie, la dérision sont des entreprises de purification, de déblaiement, ils préparent des salubrités futures." ("La nuit sera calme", Romain Gary).

Merci pour ce partage !

   Lariviere   
15/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"entre mes lèvres
éclot un rire
aux éclats d’Arlequin"

J'ai bien aimé ce poème. J'aime beaucoup ces trois vers de fin. J'aime aussi beaucoup l'entame... Pour la présentation originale, j'y vois comme une chromatographie des émotions... Un mélange sucré salé très appréciable.

Merci pour la lecture et bonne chance pour le concours !

   Provencao   
16/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Merci pour ce manque, cette absence, ces éclats d'Arlequin avec cet amour café passe crème n'étant pas l'unique composante de la gourmandise croquant le jour...j'en ai aimé cette affinité presque artistique liée au sentiment...

   Luz   
25/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est un poème original : sa présentation, mais aussi son contenu.
J'aime beaucoup : "ses rayons melliflues
cicatrisent ton absence" et tous les jeux de mots ainsi que le titre.
Bravo.

   Cat   
16/8/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Davide.

J'applaudis à tout va ce poème. Poème décalé de plusieurs manières.

D'abord, la présentation. Originale, inventive, elle invite le sourire aux lèvres. C'est coloré comme j'aime, mouvant, subtilement dégradé... Quand on connaît la difficulté d'une mise en page qui sorte un tant soit peu de l'ordinaire sur Oniris, je ne peux qu'applaudir aussi le savoir-faire technique (Dis, tu m'apprendras ? ;)

Puis vient le goût, dans son sens primal, celui du sel de la vie, et tout le jeu des mots qui vont s'enchaîner autour d'un petit matin symbolique, sucré renaissance.

Ayant cherché vainement la concordance avec le rire à profusion, j'ai lu et relu pour le simple plaisir de jongler avec cette façon tellement inspirée de se réveiller d'une absence. Pour survivre et continuer à vivre, tout simplement.

Je me suis laissée happer par la joyeuseté qui émane de ce petit nuage de crème aigre-douce voulant flotter à tout prix sur le bon côté des choses.

Par contraste avec autant de douceurs (au pluriel, s'il vous plaît !), le côté surréaliste appuie mine de rien sur l'intensité du drame latent.
C'est peut-être cela, le propre du rire... (je crois que c'est jfmoods qui parle de catharsis dans son commentaire ?)

Merci à toi, Poète, et merci à tes muses. Elles ont le subtil parfum de la brioche gourmande et dorée à peine sortie du four qui embaume la cuisine le matin, mêlé à un je-ne-sais-quoi de tristesse (?) en toile de fond.


Cat


Oniris Copyright © 2007-2020