Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : Absence...
 Publié le 01/12/16  -  6 commentaires  -  653 caractères  -  169 lectures    Autres textes du même auteur

Faut-il avoir vécu ces instants-là pour comprendre. Comprendre à quel point l'absence de l'autre pèse d'un poids sans limite. Du matin, dès le lever du lit jusqu'au soir tombant le manque pesant de celle qui a décidé de ne plus être, de disparaître physiquement mais dont la présence est ainsi décuplée par ce choix morbide, incompréhensible et inacceptable…


Absence...



Les feuilles jaunes immobiles de l'arbre blanc
masquent le ciel grisonnant, tandis qu'au lointain,
une cheminée distille la fumée d'une présence,
nébuleuse, où mon regard s'égare dans l'émotion
de ses lèvres brillantes des souvenirs heureux,
qu'elle fredonne, en refrains, éclairés de sourires.

Les flammes sont fragiles dans le feu tremblotant,
la braise écarlate hésite à reprendre son bien,
ses mains, son visage, son corps, sa présence,
pour la rendre aux vents froids de la morne saison,
jusqu'aux rares étoiles que la nuit rend aux yeux,
immobiles et rougis, par le trépas de nos rires.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
6/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sans l'introduction, je n'aurais pas saisi le sens réel de ce poème: la disparition par suicide d'une personne aimée et l'incompréhension, l'inacceptable qui l'accompagnent. Je trouve du chagrin, de l'accablement, de la sidération peut-être et beaucoup de pudeur dans ces vers mais pas de colère.
Peu importe, le narrateur partage de qu'il veut/ peut de son état et nous confie par de bien beaux vers sa traversée de l'absence.

   papipoete   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour dom,
" Elle " a décidé de partir là-haut, avant que le " très-haut " au ciel la rappelle . Je pense à elle, vois son regard, entends les refrains que joyeuse elle chantonnait .
Aujourd'hui, je vois au loin la fumée à la cheminée d'une maison habitée et je songe aux flammes qui emportèrent ton corps et ta présence, aux vents froids de la morne saison ...
NB ceci est mon interprétation de votre texte si triste ; aussi ne m'en veuillez pas s'il ne reflète pas l'idée du poète .

   MissNeko   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Je trouvé votre poème très inspiré. L écriture est agréable et fluide. Le fait que chaque strophe n est composée que d'une phrase accentue l'impression que quelque chose va arriver : on en perd le souffle. On comprend qu il s'agit de la mort d'un être aimé. Par contre le bémol que je ferais estvaunsujet de l'incipit. Je le trouve trop long par rapport au poeme. Pourquoi ne pas avoir ajouté une strophe pour évoquer subtilement le suicide plutôt que de l'évoquer dans l'incipit? C est dommage. Je trouve en ce sens votre poème inachevé.
A vous relire

   Noran   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Dom,

J'ai aimé votre texte, certes il est triste mais réellement bien écris, les images sont belles et prenantes sont trop en faire.
Vous faites preuve de pudeur dans vos propos et j'apprécie cette finesse d'écriture quand on frôle l'abîme.

Merci pour ce partage !

   PIZZICATO   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je rejoins un peu le commentaire de Miss Neko. L'incipit nous donne la clé avant même de lire le texte.

De belles images comme :
" ses lèvres brillantes des souvenirs heureux "
" jusqu'aux rares étoiles que la nuit rend aux yeux,
immobiles et rougis, par le trépas de nos rires."

   Anonyme   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir dom1,

Je trouve votre poème concis mais réussi. Deux strophes de six vers écrites en deux phrases : les vers sont recherchés ; les images subtiles et sublimes... Une vraie réussite.

Wall-E


Oniris Copyright © 2007-2018