Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Noran : Et puis je fume
 Publié le 01/12/16  -  10 commentaires  -  884 caractères  -  181 lectures    Autres textes du même auteur

La clope au bec, j'écris.


Et puis je fume



Larguer les lèvres et les braises cendrées
Les minutes ; buées ; se fanent en volutes
Narguer les nimbes et les flammes timbrées
L'ombre des limbes, mon cœur tousse dans sa chute.

J'expire la longue brume aux abords gris clair
Stoïque et spectateur d'un ballet évanescent
Sur le tempo fiévreux d'une valse dans l'air,
Les heures fuguent, fondent à un rythme incessant.

Et puis je fume.

Je me fuis, je me filtre et me voile de lave,
Au récif de l'aube ; à ses falaises d'ocres ;
Des ruisseaux si rouges, lorsque ma bouche bave,
Abreuvent mes quintes d'une rage d'ogre.

Je crache livide : mon linge décoré
D'un étang sombre de sang où s'échouent les futurs.
Je suffoque et je ploie ; au matin dévoré
La fumée ne danse plus ; je ne suis que brûlure.

Et puis je fume.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé votre poème et cette alternance de langage contemporain et plus aussi plus poétique, recherché.
En particulier, mon passage préféré c'est je crois:
Sur le tempo fiévreux d'une valse dans l'air,
Les heures fuguent, fondent à un rythme incessant.

D'autres passage m'ont moins touchée car plus "âpres" musicalement, bien que le sens me plaise:
Des ruisseaux si rouge, lorsque ma bouche bave,
Abreuvent mes quintes d'une rage d'ogre.

Mais je reste très emballée.

Et ce dernier vers! Il est essentiel, il apporte une pointe d'humour et surtout il enfonce le clou! :)
Bravo et merci

   Sodapop   
16/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Intéressant que le thème choisi et bravo pour votre plume. J'aime beaucoup le style que vous employez. Les strophes sont bien structurées et la rythmique est réussie. En espérant vous relire dans le futur.

   Robot   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
 Un texte intéressant. Une description avec des métaphores peu ordinaires. Il y a comme l'image d'un volcan en sommeil et ses fumerolles dans la description de ce fumeur atteint d'un cancer du poumon qui va vers l'inéluctable et qui en a conscience.

   Pouet   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

"Le tabac c'est tabou on en viendra tous à bout!" :)

Bon c'est bien écrit tout cela à mon sens.

Le troisième quatrain est mon préféré, notamment le premier vers, très bien vu niveau fond et forme.

Je me dis que peut-être le troisième et quatrième quatrains sont un peu redondants: on comprend qu'il crache du sang.

D'ailleurs arrivé à ce point, il semble bon d'arrêter la clope hein...
Mais le narrateur semble têtu.

"Stoïque et spectateur d'un ballet évanescent": ce vers me semble un peu long, pas très dans le rythme.

"Abreuvent mes quintes d'une rage d'ogre.": celui-ci me parait trop court en revanche, encore le rythme.

"Les heures fuguent, fondent à un rythme incessant.": j'aurais remplacé la virgule par "et", toujours pour le rythme.

Voilà ce que je peux dire de ce poème aux belles images qui mériterait peut-être, et ce n'est que mon humble avis et ma misérable oreille, un ponçage au niveau du rythme.

Au plaisir.

   PIZZICATO   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Du plaisir à la destruction, les effets de la " clope " .
" J'expire la longue brume aux abords gris clair
Stoïque et spectateur d'un ballet évanescent "
et puis
" Des ruisseaux si rouges, lorsque ma bouche bave,
Abreuvent mes quintes d'une rage d'ogre."

" Et puis je fume " sachant pertinemment où ça peut mener, mais ne pas intervenir. Le narrateur décrit la situation avec réalisme.

   MissNeko   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Vous présentez la cigarette d abord comme objet de plaisir : d'une manière très poétique, vous rendez la fumée attrayante pour une non fumeuse que je suis. Je sentirais Presque l'odeur elle en deviendrait agréable voire sensuelle dans ces rondeurs.
Puis progressivement on bascule vers la cigarette-maladie avec ce sang qui est craché. ET à la deuxième lecture, on remarque les indices qui étaient présents : limbes/ coeur tousse dans sa chute/ tempo fiévreux

Merci pour ce partage

   Anonyme   
1/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir,

Bien que je déteste la fumée de cigarette, ce poème m'a vraiment convaincu. J'ai senti le travail d'écriture derrière l'écran de fumée - si je puis m'exprimer ainsi - l'intelligence du propos allié à une qualité stylistique indéniable.

Un poème puissant, donc.

Un grand bravo,

Wall-E

   hersen   
4/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien que n'étant pas accro au sujet, je trouve une belle image de la descente aux enfers. c'est très imagé et nous sommes bien "dans le feu" de votre propos.

Entre les cendres, flammes, lave, quintes, les ruisseaux si rouges de bave, rien ne nous est épargné de ce qui atteint le narrateur. Et ce final, "Et puis je fume", que je ne trouve pas ironique mais terrible, qui dit tout ce que l'homme peut s'infliger, au nom d'une addiction.

Et justement, pourquoi physiquement s'infliger tant de souffrances ? La question reste posée...

Merci de cette lecture.

hersen

   Raoul   
5/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Malgré un thème assez bateau, de belles trouvailles et une jolie recherche de sens (non uniques) sonores et acoustiques.
Le vocabulaire pourrait paraître un peu daté, voir obsolète, mais le traitement - du texte - fait tout passer, et on se glisse volontiers dans cette afféterie bohème et esthétique d'où seule l'absinthe est absente.
Un texte - et un clavier - qui expriment un univers singulier d'influence Apollinaire.
Bien aimé.

   Noran   
3/2/2017


Oniris Copyright © 2007-2020