Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : Météorites...
 Publié le 13/04/15  -  6 commentaires  -  1316 caractères  -  107 lectures    Autres textes du même auteur

La rue, celle où certains habitent, où chacun de nous appréhende d'habiter un jour, un jour de janvier, dans une autre vie qui deviendrait nôtre...


Météorites...



Comme si de rien, l’antre du chemin…

Remous des froides nuits d’hiver,
dans les chaudes ombres du soleil d’éther.
Le combat est rude et les plaies nombreuses,
les blessés en loques ont les mains calleuses…

Ils vous disent « merci »,
entre deux vomis,
ou peuvent vous traiter,
d’« espèce d’enculés ! »

Pour rompre la glace, bouteilles de vinasse…

Ils ne sont pas saints,
ni même voyous,
de simples vauriens,
sans le moindre sou.

La ville est salon, et le vent maison,
leur toit c’est la lune...

Ils cherchent fortune,
dans cette amertume,
qui ronge le bitume.

La météo a ses rites, ses météo-risques…

Pour les plus malins,
qui tendent la main,
le vin est plus chaud,
et les os plus tièdes,
sous les oripeaux.

D’autres sont déjà morts, tant on les ignore.

D’autres sont déjà pris,
par le ciel gris.
Du jour au lendemain.
Divorce et puis rien…

Pour rompre la glace, bouteilles de vinasse…

Le temps est pesant, pour les éléphants,
qui cherchent une armure,
sur les routes usures,
des sables mouvants,
du monde des grands.

La rue a ses risques, ses météo-rites…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
23/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Libre, la poésie; libres, ces personnages des rues, ou subissent-ils ? Toujours la même question quand on les voit, que l'on donne ou pas, un sou, un regard, une parole, du mépris. J'ai adoré ce poème. Il est comme la rue, gris bitume, vinasse, vomi, "espèce d'enculé", hiver, humide, glace... " La ville est salon, et le vent maison,
leur toit c’est la lune..." rien de bien puissant dans cette écriture mais ce passage est beau, cela percute tout de même, honte et douceur, glace et vinasse, sables mouvants. On ressent le malaise, le mal-être.
Bravo pour ces météo-rites, et ces météores tout nus dans la nuit, couchés dehors, touchés à mort.

   bipol   
29/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Remous des froides nuits d’hiver,
dans les chaudes ombres du soleil d’éther.
Le combat est rude et les plaies nombreuses,
les blessés en loques ont les mains calleuses…

le décor est planté

j'aime vos images qui m’entraînent dans un monde lugubre

vous savez retransmettre cette tristesse

ce monde de chaos

   Francis   
13/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ils sont tombés là, comme une météorite. Ils ne sont pas nés sous la bonne étoile. Ici, leur portrait est brossé en quelques coups de pinceau, taillé dans le vif : " blessés en loques, plaies nombreuses, mains calleuses, les os plus tièdes, espèce d'enculés". Au-delà du réel, il y a quelques notes plus douces : " ils vous disent "merci" ; ni même voyous ". Ils traversent la vie comme des météores.

   Robot   
13/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un texte qui a du sens, quelques bonnes trouvailles poétiques qui n'étaient pas évidentes pour illustrer un tel texte sans virer vers le sordide. J'ai trouvé par contre ce vers difficile à oraliser "sur les routes usures,". "rout-usure ou route-zuzure" pas élégant.
Bien aimé météo-risques et météo-rites.

Parmi les strophes j'ai savouré celle-ci
"Pour les plus malins,
qui tendent la main,
le vin est plus chaud,
et les os plus tièdes,
sous les oripeaux."

Et apprécié particulièrement cette expression:
"D’autres sont déjà morts, tant on les ignore."

   papipoete   
13/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour dom1; fasse que jamais, le destin nous pousse dans la rue, où le vent est maison! Ses habitants, ce ne sont ni des saints, ni des voyous, mais ils ont en commun le même sésame pour affronter la vie au ras du bitume, la bouteille de vinasse! Mais le trottoir a ses codes, et les plus malins aux frimas, boivent du vin chaud à tendre la main, le verbe haut!
Et puis, il y a les " autres ", silencieux que la peine anéantît un jour inattendu, pour qui le ciel s'habilla de gris, et qui ne vêtira plus jamais des couleurs printanières.
Tableau réaliste sur qui tombe la " cloche ", le mètre carré précieux, la bourse souvent plate..;
Un bémol au dernier quintil dans lequel je ne perçois pas le sens " sur les routes usures "?

   Anonyme   
13/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La dernière phrase résume tout ; elle est aussi ma préférée :

"La rue a ses risques, ses météo-rites…"

Un jeu de mots pourtant plein de vérités, car la rue a bien ses "rites" - ou codes.

Un grand bravo !


Oniris Copyright © 2007-2018