Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
dom1 : Torrent…
 Publié le 05/05/21  -  7 commentaires  -  933 caractères  -  114 lectures    Autres textes du même auteur

Entre boue et soleil…


Torrent…



Les pluies ont raviné les sols et puis les blés
et le courant naissant m'emporta dans son cours,
jusqu'au torrent de sa folie
Qui presque me noya,
Jusqu'à sur ta rive, je fus bringuebalé.

Ta plage était formée de sable et de cailloux,
comme toutes celles qui traversent le temps,
et je pus revenir à moi, enfin, en ces moments,
où tu m'ouvris ton cœur, ton regard et ton sang.

Ton soleil riant peu à peu égailla mes pensées,
caressa mon corps froid pour lui redonner goût
dans le sens du vent qui balaie la souffrance,
pour la rendre à sa place, au-delà de la dune.

Je sais bien qu'il est des ruisseaux qui grossissent,
qui jamais ne renoncent à sortir de leur lit.

Je sais aussi qu'en moi ton cœur est tatoué,
et que malgré la pluie et ses torrents de boue,

je suis comme enroché,
en notre amour, scellé…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
21/4/2021
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Une poésie libre, qui n'est pas vraiment libérée , un peu tout de même, mais trop ou trop peu, à mes yeux.
Le corps du texte, est une narration, un état des lieux de cet amour. Le final vient me conforter, il s'agit bien de l'évocation d'un amour (toxique ?)

Le titre est intéressant et fait partie intégrante du poème. l'exergue déjà annonce le bémol, la boue nait du torrent, mais n'est pas le torrent (dans ma tête)
L'expression me parait assez convenue :
"le torrent de sa folie" , par exemple ; et de plus c’est se dédouaner de sa propre folie que d'évoquer celle du torrent.

Les deux paragraphes suivants me semblent encore plus convenus, mais avec cette recherche tout de même dans l'expression.

Ensuite le "je sais bien" casse l'ambiance, le "Je" nous sort du torrent, des cailloux.
Ce ""je sais bien" repris au paragraphe suivant accentue l'impression.

Les deux derniers vers s'il ne faisaient pas suite à deux autres "Je" auraient plus de force plus d'impact, à mon avis.

Bonne continuation,
Éclaircie

   ANIMAL   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème pourrait s'intituler "sauvé par l'amour" car c'est l'idée qui pour moi ressort de ces vers. La vie est parsemée de cailloux, de boue et de torrents mais aussi de soleil et de rivages accueillants où aborder quand on se noie. Le narrateur a ses propres blessures mais il trouve un sanctuaire auprès d'un nouvel amour qui le recueille et le panse.

J'apprécie les analogies avec les éléments naturels. On dit "coeur de pierre" mais en l'occurrence c'est la stabilité du minéral qui est mis en valeur ici.

Mon passage préféré :

"Ta plage était formée de sable et de cailloux,
comme toutes celles qui traversent le temps,"

Une lecture prenante.

   Queribus   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Votre poème comporte de très belles images poétiques qui se succèdent:"les pluies ont raviné les sols et puis les blés", "jusqu’au torrent de sa folie", "ta plage était formée de sable et de cailloux", etc. L'ensemble me parait assez bien construit dans sa"modernité"; votre texte est assez court et se lit facilement.

En conclusion, bilan plutôt positif et un bon moment passé à vous lire.

Bien à vous.

   domi   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Passé le léger flottement de la première strophe (majuscules mal placées par exemple), on entre dans ce poème et dans cet amour qui sauve le narrateur de la folie d’un torrent destructeur dans sa vie…
Je salue l’originalité du traitement de ce thème, avec les images « boue » « soleil » pour exprimer cette rencontre salvatrice.
J’aime aussi l’image de la pierre ("enroché"), solide, sèche (contrairement à la boue) et pleine « d’âme » (pour moi).

   papipoete   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
bonjour dom1
je m'étais comme suicidé, en me laissant emporter par le courant qui submerge et noie tout sur son passage... mais je te rencontrai, et prenant ta main je survécus ! Maintenant, me voici sauvé et que survienne un orage, ou au contraire s'installe un calme plat, à toi je suis ancré et rien ne me fera lâcher prise !
NB je vois une bouée d'amour, jetée à la mer où cet homme perd pied, va mourir... mais l'introduction me semble aussi tourmentée en écriture, que l'état d'âme dans lequel surnage le héros !
La suite se délite un peu, et ces bras, ce coeur salvateurs éclairent notre lecture, que vos lignes avaient quelque peu assombrie !
Dans la seconde strophe pourtant, " tu m'ouvris... et ton /sang/ " peut surprendre !
Vous aviez là un sujet ( bien que rebattu ) à développer, mais il vous faudrait retoquer la première strophe, à mon avis !

   ferrandeix   
9/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème bâti sur une métaphore entre l'amour et la Nature, très bien développée, mêlant de manière judicieuse les 2 éléments, l'un concret, l'autre psychologique, sentimental. Une versification libre très bienvenue. Je regrette un peu l'aspect très discursif avec utilisation de propositions secondaires introduites par des conjonctions ou des pronoms relatifs, notamment "et", trop souvent répété à mon avis sans véritable justification. À mon sens, la poésie s'accorde mieux avec les appositions.

Sur le plan euphonique, assez peu à redire, néanmoins:

"Les pluies ont raviné les sols et puis les blés
et le courant naissant m'emporta dans son cours,"

Attention à la cacophonie homovocalique "blé et"

   Yannblev   
10/5/2021
Bonjour dom1,

Ah ! L’Amouououourrrrrrrrr ! c’est toujours lui, avec la vie et la mort, qui turlupine les poètes.
L’amour qui peut vous faire passer de la boue au soleil ou réciproquement de la lumière à la fange.
C’est ici je pense l’embellie qu’il peut amener que l’auteur décrit. L’idée de cette désescalade torrentueuse et peut-être létale stoppée par un amour a priori comme un autre mais salvateur en fin de compte me semble de bon aloi.
Par contre j’achoppe un peu sur la construction du texte et la formulation un peu trop « comme elle vient ». 12 pieds en tête de gondole ne suffisent pas toujours à ranger un texte, pour bon qu’il soit ou non, dans le rayon poème. Même si elle se veut libre la poésie doit à mon sens se recevoir comme un poème. A mon sens ce texte peut et doit devenir poème s’il est remis sur le métier.

Merci, à vous relire.


Oniris Copyright © 2007-2020