Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Yannblev : L'habitude
 Publié le 04/05/21  -  9 commentaires  -  1311 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur




L'habitude



https://soundcloud.com/user-635068023-468361789/lhabitude


Nous avions pris cette habitude
De ciel de lit
De répudier la solitude
Dans des déduits
On nous mélangions nos haleines
Rêvant du vent
Qui l’été porte les verveines
Et l’origan

Sur mon cœur ta blanche poitrine
En pendaison
Achalandait une vitrine
À macarons
Sucrés de milliers d’éphélides
Taches de son
Que butinait lèvres humides
Ma bouche en rond

Nos yeux se calaient dans leurs châsses
Ne voyaient qu’eux
Mes noirs traversant les espaces
De tes vert-bleu
Recherchaient le secret passage
Vers l’infini
Où déjà posant ton bagage
T’étais partie

Je te retenais par les hanches
De mes deux mains
Comme un vase que lent on penche
Tant il est plein
Et dans les tempos que réclament
Des avirons
Avec tes bras mimant des rames
Des papillons

Nous partions vers des latitudes
Si mal connues
Que j’avais pris cette habitude
D’être perdu
Dans ton triangle des Bermudes
Où pouls battant
Tu resserrais ma solitude
En t’endormant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
6/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour, en préambule, je n'ai pas pu accéder au lien et donc écouter le morceau. Mon commentaire ne sera que partiel donc.

J'aime ce texte sur 2 longueurs de phrase (et je suis vraiment curieuse de l'entendre).
De plus les jeux des sons et des sens m'interpellent beaucoup.

À bientôt autour de l'enregistrement.
Éclaircie

Édit le 06 05
Merci pour le lien actif.
Belle surprise, cette musique.
La voix me semble un peu trop dans les "aigus" (j'ai entendu le titre suivant, waouhh, le ton est plus juste, je trouve), mais c'est bien sûr tout à fait perso. Et en réécoutant, ce détail s'efface devant le rythme bien pensé.

Parole et musique réunies permettent d'apprécier la qualité du texte, sa composition soignée, sans être trop savante.
Ce qui à l’œil peut paraître assonance trop marquée (Dans des déduits),par exemple, trouve sa place et sa justification entière à l'écoute.
Assez d'images, pas trop, ouverture au monde vivant.
Ça fait du bien d'écouter ce "genre" (est-ce un genre, je ne sais pas, mais cette chanson se démarque de ce que j'ai l'habitude d'entendre ici -sans doute par manque d'oniriens différents qui proposent dans cette catégorie)
(J'ai pensé à la "bande des 5", Brua, Juvin, Vasca, Elbaz et Bertin)

   Queribus   
18/4/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Votre texte m'apparait plutôt intéressant et original même si le fonds fait un peu"passepartout"; l'écriture fait très "chanson" avec cette alternance d’octosyllabes et de vers de quatre syllabes. Je vais quand même répéter ce que je dis depuis toujours: en matière de slams et de chansons (tout comme pour un opéra, une comédie musicale, une opérette, etc.)c'est la musique, les arrangement et la voix de l'interprète qui font la différence. Je vous souhaite de trouver les uns et les autres.

Bien à vous.

   fried   
18/4/2021
 a aimé ce texte 
Bien
j'ai eu besoin de deux lectures pour apprécier ce poème,
à la première je suis un peu rebuté par ce passage :
"Sur mon cœur ta blanche poitrine
En pendaison
Achalandait une vitrine
A macarons" je trouve que l'image n'est pas des plus poétique.

à la deuxième lecture, je réalise que moi même je ne suis plus tout jeune et le poème aborde cet age ou les corps sont comme ils sont et la vie, l'amour sont toujours là. Il y a aussi une musique sur ces vers douce et intimiste.

   papipoete   
4/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Yannblev
Une ode chantée à celle, que l'habitude ne parvient pas à chasser ni des yeux ni du coeur !
Une habitude que nous pourrions souhaiter à ceux, pour qui la solitude est cette compagne, qui s'accroche ne lâche rien !
NB de beaux vers dans l'ensemble, mais dans la seconde ( bien que l'idée de vitrine soit originale, avec tous ses produits appétissants ) " la blanche poitrine en pendaison " évoque trop un saucisson ou autre jambon !
l'avant-dernière strophe est mon passage " protégé "
la chanson me parait trop monotone, ( je sais que le sujet évoque celle que toujours vous aimez... comme d'habitude !

   bipol   
4/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour

Tout y est pour faire une superbe chanson

un très bon texte de saveurs diverses charme sensualité humour

une très belle musique aux accords dans le vent printanier

et une interprétation très agréable

bravo et merci

   Malitorne   
4/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Ah mais je suis surpris, je ne vous connaissais pas chanteur Yannblev ! Décidément vous avez plus d’une corde à votre arc. Vous chantez juste, la mélodie un tantinet répétitive mais qui passe bien, et certaines paroles du texte savoureuses. Particulièrement apprécié « ta blanche poitrine
En pendaison » (fallait oser !) et ton « triangle des Bermudes » (classique mais efficace). Rien de vulgaire, que du joliment enlevé, une chanson délicate au service d'un texte subtil.

   Annick   
4/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'interprète semble être un troubadour apportant avec lui sa voix, son instrument de musique et le texte de sa chanson qu'il a écrit, peut-être, pour ses amis.
Pas d'arrangements, de performance vocale, il vient pour raconter son histoire sur sa musique.
Il s'exprime par métaphores et peut tout dire, tout dévoiler, avec naturel et légèreté. Une réalité toute simple qui n'est pas enjolivée, loin s'en faut :
"Sur mon cœur ta blanche poitrine
En pendaison
Achalandait une vitrine
À macarons"

Comme le texte est écrit à l'imparfait, on peut penser que cette relation qui a compté pour lui est perdue ou ancienne :
"...Vers l’infini
Où déjà posant ton bagage
T’étais partie"

C'est une chanson à texte, portée par une belle voix. L'interprète semble se mettre à distance d'un quelconque pathos. Il raconte un moment d'intimité heureuse qui n'est plus et c'est tout.

Merci.

   Corto   
4/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sur un thème un peu habituel l'auteur a su faire preuve de belle construction.
Les images sont souvent bien choisies, sauf (pour moi) les "châsses" des yeux qui me sonnent désagréablement.
La scène est tendre, active, sentimentale.
La quatrième strophe est très évocatrice dans un langage imagé, sans déraper toutefois.
La chanson est agréable à entendre.
Un beau moment d'intimité délicatement partagé. Une bien belle "Habitude"...
NB: bien sûr l'erreur "On" du 5ème vers aurait dû être corrigée.

   domi   
5/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Passée la surprise du mot "pendaison" - qui finalement est très bien trouvé, et ne représente pas une poitrine vieillissante, mais juste une pause visuelle (rire) - j'aime ce texte.
Une très originale scène d'amour et pour cela bravo, et également émouvante et poétique...
merci.
pour ma part, la mise en voix me "gênerait" plutôt, par exemple ce vers:
"comme un vase que lent on penche" qui pour moi n'est "que" poésie, et auquel je mettrais une virgule autour de "lent", mais qui, pour mon ressenti, en chanson passe un peu vite à l'écoute seule ..
un détail donc, puisque le texte est présenté en lecture ET en musique!


Oniris Copyright © 2007-2020