Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Donaldo75 : De Charleroi à New York
 Publié le 11/05/19  -  13 commentaires  -  1590 caractères  -  173 lectures    Autres textes du même auteur

Un hommage aux héros de la bande dessinée belge.


De Charleroi à New York



Tintin et son toutou, en pourfendeurs du crime,
Décidèrent un jour de libérer l’Indien
Coincé dans les ghettos du frère américain
Par des super-héros inventés pour la frime.

Le rouquin à toupet fit appel à Gaston,
Un gars peu réveillé, du genre pas lucide,
Gaffeur habitué à l’humour par le vide,
Cauchemar de son chef, maître du roupillon.

Ils partirent en bloc, cap sur la Grosse Pomme,
Poussés par les jurons d'un bon vieux capitaine,
Délivré de maman, dégagé de sa peine,
Et prêt à batailler dans une mer de rhum.

Après la traversée un tantinet épique,
Sur la ligne éclairée, le style Charleroi
Agrémenté d'un peu de parler bruxellois,
Les loquaces Wallons joignirent l'Amérique.

Tintin leva le bras, invitant à la paix
Des gars en pyjama, protecteurs de Wall Street,
Gros avec des biceps et pas de cellulite,
Trop prompts à dégainer bien avant le oui mais.

Des crânes pleins de vent en version étoilée,
Faits pour atomiser au nom de l’Oncle Sam,
Cliquèrent à l'écran avec un goût de drame
Un scénario Marvel de bandes dessinées.

Le professeur Xavier, un chauve réaliste,
Rentra dans les cerveaux, mata les bas du front,
Gomma les préjugés, les carrés et les ronds,
Et souffla aux nerveux un chant idéaliste.

De cet évènement, loin du Grand Manitou,
Il reste des fragments, un petit bout d’histoire,
Un conte pour Indiens à siffloter le soir,
La fable baptisée Tintin et son toutou.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
15/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle invention évocatrice.
Mais j'alerte l'auteur: si Milou est traité de "toutou" (deux fois !), çà ne va pas le faire...

On aperçoit les principaux personnages de la saga belge dans des rôles amusants et farfelus.

Ma strophe préférée est l'avant-dernière avec le fameux "professeur". Mais au total l'amusement est partout.

Les Belges accorderont-ils leur Imprimatur ?

Merci pour ce bon moment.

   wancyrs   
23/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut !
Le côté exercice de style prend un peu les devants sur l’émotion pure, mais cela n’enlève rien à la qualité du texte. C’est le genre d’opus qu’il faut oser, et réussi ça apporte tant la satisfaction à l’auteur qu’au lecteur. Ici, selon moi, votre pari est tenu, car malgré que le tout, émotionnellement, ne me fasse pas beaucoup d’effet, j’ai passé un moment agréable de lecture à me mettre dans la peau de l’auteur et jouir avec lui de ses trouvailles. Merci !

   Robot   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Don,
Bel hommage à la BD Wallonne et à ses styles. De Hergé à Franquin ou Morris et son Lucky Luke (et bien d'autres !). L'école belge a engendré bien des vocations de créateurs qui, fan des comics américains ont traversé l'Atlantique pour aller chercher une forme d'expression mais qui au final ont apporté et fait fructifier leurs propres talents.

Les quatrains nous relatent avec beaucoup d'humour la "saga" de ces talentueux artistes. les allusions semées au fil du poème m'ont renvoyé aux images savoureuses de certains albums.

   Vincente   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Balade souriante au côté de nos héros bien dessinés, avec une mise en scène aux rencontres insolites. La "belgitude" y est assez discrète, mais l'on se doute que c'est par modestie.

L'ensemble est malgré tout assez sage. J'ai dû attendre le dernier vers du cinquième quatrain pour sentir mon sourire s'appuyer sur une première réjouissance :
"Trop prompts à dégainer bien avant le oui mais."

Elle introduisait la meilleure strophe, celle la plus audacieuse, presque engagée :
"Des crânes pleins de vent en version étoilée,
Faits pour atomiser au nom de l’Oncle Sam,
Cliquèrent à l'écran avec un goût de drame
Un scénario Marvel de bandes dessinées."

Ensuite le vers final avec son "Tintin et son toutou" a pu profiter du timbre rigolo de son assonance.

   papipoete   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Donaldo
Les aventures du célèbre rouquin, traversant l'Atlantique pour redresser le sort ; une entreprise autrement plus ardue que d'aller sur la Lune !
Un rouquin contre un peroxydé, ça promet à cette équipe " wallonne " !
NB Tintin en Amérique inspire à l'auteur, une histoire... belge ?
Sais-tu cher poète, que notre maître LENI s'appelle Gaston, et vit à Charleroi ? ( mais lui est un " gars très éveillé, et du genre fort lucide ! )

   PIZZICATO   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un gentil travelling panorama sur ces héros de BD, chers à nos coeurs, que nous voyons défiler avec plaisir.

Comme un train peut toujours en cacher un autre, cette petite histoire ne se limite pas à nous amuser ; en passant, des petits coups de griffes à notre " frère américain ".

" Des crânes pleins de vent en version étoilée,
Faits pour atomiser au nom de l’Oncle Sam "

" Trop prompts à dégainer bien avant le oui mais."

Une poésie originale et subtile.

   Zorino   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo75,

Lorsqu'on évoque mon pote de 36 ans, 2 mois et presque 8 jours, j'accours :-) (cette précision est due au fait que je suis entré dans l'univers de Tintin le jour du décès de son créateur).
Aaaah Tintin ! Que serais-je devenu sans lui ! Un Rastapopoulos en puissance probablement.

J'ai bien apprécié cette petite ballade fort sympathique à travers certains personnages dont quelques-uns me sont inconnus. C'est un très bel hommage que avez rendu ici, et dieu sait si la Belgique a su s'affirmer dans le Neuvième Art, notamment grâce à Hergé qui fut un grand innovateur en la matière, célèbre pour avoir crée la ligne claire. Sans ce génie boulimique de travail, la bédé ne serait probablement pas ce qu'elle est aujourd’hui.

Mais je m'égare. Que dire de plus si ce n'est que le mot "toutou" (qui apparait 2 fois) m'a un peu déplu mais je comprends très bien que ce choix est lié à la métrique.

Merci pour le partage et pour cette agréable lecture.

   leni   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A donaldo
La BD belge à l'honneur et mon prénom " Gaston est de retourJ'ai resitué les albums avec néanmoins quelques lacunes J'aime beaucoup le style qui coule
Ce n'est pas par hasard si je cite le couplet 2
Le rouquin à toupet fit appel à Gaston,
Un gars peu réveillé, du genre pas lucide,
Gaffeur habitué à l’humour par le vide,
Cauchemar de son chef, maître du roupillon.

J'aime aussi ce quatrain

Tintin leva le bras, invitant à la paix
Des gars en pyjama, protecteurs de Wall Street,
Gros avec des biceps et pas de cellulite,
Trop prompts à dégainer bien avant le oui mais.

Merci de m'avoir rajeuni et merci de ton texte qui a la pèche
Salut amical LENI

   hersen   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Clairement, c'est un poème à vignettes !

Une impression très intéressante de rester un peu sur chacune des strophes et de se prendre à les observer en détail, et entre le graphisme que nous connaissons et les éléments proposés, on construit ... du neuf sur du vieux ?

C'est un tantinet plus "grattant" que notre bon vieux Tintin, ça me fait pas mal penser à l'évolution de la bd depuis, le regard de Hergé contre un regard plus acéré de certains auteurs.

Il a fallu d'ailleurs assez longtemps pour que ce soit reconnu comme un art à part entière.

l'idée en tout cas est vraiment originale !

   Castelmore   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Don

M’enfin !! et madmoiselle Jeanne ?
(Oui ) Non mais !... Don pourquoi n’est-elle pas de cette traversée... sa sagesse populaire aurait pu aider aussi à remplir les têtes vides de ces yankees...

La Belgique mène le combat contre l’impérialisme et la co... bêtise d’outre Atlantique ...
Et pas seulement grâce à la BD bien souvent !

Une belle idée bien servie par une versification sautillante et des héros bien de chez nous, la graande Belgique !

Bravo et merci

Castelmore
Citoyen de Moulinsart

   senglar   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Donaldo75,


Je vais vous faire hurler de rire Donaldo car, si je connais tout ce beau monde qui a bercé mon enfance puis mon adolescence... et berce encore aujourd'hui mon obsolescence, je ne connaissais pas le professeur Xavier. Je suis allé m'enquérir du pedigree de ce savant-là du building Marvel. O K. A vrai dire s'il semble avoir bien des mérites je lui préfère néanmoins le professeur Tournesol, Tryphon de son prénom. Il est vrai que j'habite plus près de Charleroi que de New York ; je n'ai pour ainsi dire que la rue à traverser. Bref j'y suis quasiment chez moi. Vivent Hergé et Franquin donc même si je reconnais l'extrême qualité du duo Stan Lee - Jack Kirby.

Ah ! Les auteurs d'Oniris ! J'apprends encore et toujours quelque chose avec eux...

Bravo Don pour ce poème subtil, digeste, qui raconte une belle histoire, édifiante et morale, que j'ai bu comme un élixir d'enfance, une blonde de Ciney. Septième ciel :)))


Senglar

   BlaseSaintLuc   
19/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De la tribu des dessinés, moi celui que je préfère, c'est bien le capitaine (sans doute son goût pour la bouteille allé savoir ?)
J'ai toujours eu un doute sur son alcool préféré entre un armagnac hors d'âge et un bon vieux rhum ?
Cette improbable rencontre à bien son album, il est caché dans un épisode des mystères de l'ouest sur une étagère du caméléon Gordon.
Que le capitaine finisse châtelain, m'a toujours troué la couche d'ozone, quel blague.
Quant aux gars en collants, quel manque de goût vestimentaire ; Aller vive la BD!

   Ombhre   
5/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Donaldo,

Encore une fois un texte surprenant, léger, drôle, et qui ne peut que séduire les amoureux de la BD, et réveiller des souvenirs plus ou moins lointains.

Le rythme est présent, les mots coulent avec facilité, et les allusions et références m'ont fait sourire plus d'une fois. Et si j'adore les super-héros frimeurs de l'univers Marvel, j'aime tout autant les hyper-héros belges, et la poésie souvent absurde mais tellement rafraichissante d'un Gaston Lagaffe.
Quand à Tintin et son toutou en début et fin de poème: excellent !

Merci pour ce partage plein d'humour, de finesse, et qui donne le sourire. Et bravo pour parvenir à faire un poème qui se lit, qui se tient, qui nous parle, sur un sujet que je n'aurais jamais osé aborder ainsi.

Amicalement.
Ombhre


Oniris Copyright © 2007-2019