Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Donaldo75 : Gothique
 Publié le 17/10/21  -  10 commentaires  -  677 caractères  -  205 lectures    Autres textes du même auteur

Cousin du punk, le style musical gothique est né et s’est répandu en Angleterre et aux États-Unis entre 1977 et 1982. Quelques albums de groupes devenus mythiques ont jeté les bases et popularisé les thèmes de ce nouveau style : une musique « froide », « sombre », « hypnotique », « romantique » et « mélancolique » servie par une forte théâtralité.


Gothique



La tornade de son, un déluge électrique,
Dérange le silence et le décor urbain.
L'onde radio claque, envahit le terrain,
Énerve les cerveaux, impose sa musique.

Seul dans cette prison, cellule magnétique,
Je vis ma décadence et me révèle vain.
La réalité craque, éteint le lendemain,
Fige mes oripeaux dans un or métallique.

Alter ego nocturne, en héros plaqué toc,
Tu me vois taciturne et jeter sur le roc
Mon passé, mon présent, pour la Dame de Pique.

Cet amour si morbide et plein de désespoir
Peut te paraître vide, ou trop rouge trop noir,
Quand je suis un absent, obsédé romantique.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
5/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Un poème qui me rappelle ma jeunesse encore chevelue... Donc, je suis sensible au thème et au choix de n'en pas être nostalgique. J'aime bien le traitement corseté choisi qui correspond bien (pour moi) avec le jusqu'au-boutisme, limite sectaire à force d'être pointu, des aficionados.
La ref. à Pouchkine et au jeu de carte "trop rouge, trop noire" me semble un peu plaquée. Le style est fluide, les rimes sont parfois un peu simples (il faut dire que vous n'avez pas choisi les plus maniables...)
L'absence d'envolée lyrique est bien senti et de bon aloi. Idem pour le recul pris à propos du romantisme.Je trouve le traitement de l'adolescence du narrateur bien fait (distanciation, limite dédoublement, décorum...). Sensible au sens du détail "onde radio", cellule magnétique" marqueur d'une époque précise.
Je ne suis pas assez savant pour détecter les erreurs de métriques, de césures et autres hiatus rédhibitoire pour déterminer si ce poème est "classique" ou non, j'en ai simplement aimé la lecture !

   Cyrill   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J’ai beaucoup aimé ce sonnet aux sonorités dures qui me semble bien correspondre au gothique, quoique je n’y connaisse pas grand-chose.
On ressent comme un enfermement dans le style avec cet hyper-contrôle de la forme et les rimes systématiques à l’hémistiche (bravo !)
Mais sous le toc, le romantique : tout ça est bien vu, il me semble que sous une certaine ironie il y a de la tendresse.

   papipoete   
17/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Donaldo
J'ai vu ce " gothique " en LA, ai pensé tout de suite à toi !
Rif de guitare lancé par Kiss par exemple, et groupies à faire peur dans l'assistance...
NB le premier quatrain me fait mal aux oreilles ( et pourtant j'aimais quand ça pétait ! ) quand le tercet final m'envoie faire un tour du côté d'un sabbat, où des musiciens grimés en sorcières font la fête autour d'un cadavre encore chaud.
Pas trop fan de gothique, je passerais mon chemin en embrassant mon chapelet de première communion !
Notre poète touche à tout, et versifier sur cette " tornade de son " en un sonnet classique m'en bouche un coin !

   EtienneNorvins   
17/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Preuve par les mots que punks, grunges ou gothiques sont les dignes épigones des poètes maudits du Parnasse ('obsédé romantique')... L'implacable virtuosité technique me semble ici coller à merveille au dandysme décadent de ces mouvements, impolitesse sophistiquée d'un désespoir radical (Je vis ma décadence et me révèle vain / La réalité craque, éteint le lendemain / Fige mes oripeaux dans un or métallique - ), qui flirte donc avec une forme glacée d'humour.
Belle alliance entre culture et contre culture que cette référence à la (pouchkinienne ?) Dame de Pique qui collisionne avec les échos d'un alternative God Save The Queen : 'There's no future'...
Admirativement, quoique ni les Sex Pistols ni le gothique ne soient ma tasse de thé...

   Malitorne   
17/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Hommage sympa à la musique gothique, dès que j’ai vu le terme sur la page d’accueil j’ai été attiré comme un papillon de nuit. Mouvement vaste, hétérogène, porté par des groupes phares qui pour moi se résumaient à Bauhaus, Dead can Dance et Sisters of Mercy. J’ai envie de dire que c’est une tendance qui correspond à un âge de la vie, vers l’adolescence, quand les ténèbres fascinent, pulsion de mort.
Un peu moins convaincu par la poésie en elle-même que je trouve insuffisante, trop légère, pour rendre compte de toute la dimension crépusculaire. Mais la barre était haute !
Je ne peux pas m’empêcher : https://www.youtube.com/watch?v=d8m1nRzsOJM

   Anje   
17/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Sur des pensers nouveaux, faisons des vers antiques". Votre poème danse collé-serré avec ce vers d'André Chénier. La rime brisée martèle le boum-boum qu'un mur de son propulserait entre les verticalités de béton urbain.

Dans cette modernité, mon oreille a trébuché légèrement sur la diérèse de radio. Peut-être qu'une vague électro ne claquerait pas pareil ?

Je ne goûte guère à ce style musical mais ce sonnet a entraîné ma réflexion vers le mouvement gothique et j'irai discuter avec cette jeune femme pour savoir ce qu'elle trouve de romantique dans la noirceur dont elle se pare.

Merci Don de m'ouvrir l'esprit.

   SeraphineSatin   
17/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Rage against the machine, mais par une surenchère dans l'obéissance aux règles de la forme classique par excellence ( les rimes à l'hémistiche) ; suggestion que ce désespoir grandiloquent n'a guère d'autre fond qu'une déception sentimentale (pour les beaux yeux forcément noirs d'une dame de pique)... Contradictions et impasses de nos révoltes adolescentes ! Mais peut-on être sérieux quand on a dix-sept ans, n'est-ce pas ?

   Miguel   
18/10/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est bien écrit, mais je ne comprends pas trop s'il faut le prendre pour de la louange ou de la critique, bien qu'on y sente une certaine mélancolie. Je ne vois pas le rapport entre "absent" et "romantique". Pour la part je retiens "dérange le silence", "énerve les cerveaux", "cette prison", "ma décadence", qui me semblent définir à merveille ce style musical. Haëndel me convient mieux.

   Myo   
19/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour sûr, un sujet original mais qui me parle peu. À l'époque, trop réservée pour comprendre ce besoin d'originalité.
Mais les sonorités de cet écrit s'ajustent à l'expression d'un certain mal-être, d'une révolte nécessaire lorsque l'esprit se construit.

Une étape pour certains avant que peu à peu l'horizon s'éclaircisse, car finalement, comme pour tout un chacun, l'amour "morbide et plein de désespoir" laissera place à ce rêve romantique.

Merci du partage

   inconnu1   
20/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ayant été bercé, dans ma vie de jeune adulte, par les premiers albums des Cure (faith...), je ne peux que commenter. Musique romantique issue du punk et précurseur de la New Wave... Mais je n'ai pas le souvenir d'une tornade de son mais au contraire de quelque chose d'assez lancinant, comme A Forest, sublime.

Sinon, je retrouve du Gainsbourg dans tous ces phonèmes en "que"( claque, craque, roc, toc,...ique) qui illustrent bien l'urgence de cette musique.

Sinon, bien sûr rien à dire sur la technique

Bien à vous


Oniris Copyright © 2007-2020