Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Donaldo75 : Je me souviens de toi
 Publié le 11/06/19  -  21 commentaires  -  1167 caractères  -  272 lectures    Autres textes du même auteur

Annie.


Je me souviens de toi



Je me souviens de toi, de tes cheveux bouclés et leurs beaux reflets d’or, dans la cour de l’école, entre traces de craie et poussières d’automne. Tu ne me causais plus, je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut. Nos amours enfantines ont ainsi enflammé nos deux dernières années, de l’hiver au printemps entre les marrons chauds et les fleurs de pommier. Je t’ai perdue un jour sans comprendre pourquoi, à l’aube du collège quand sixième signifiait la fin de la septième et plein de prétendants en quête de princesses. Ma vie a continué au bon gré des émois de moins belles que toi, dans les jardins publics ou le long du vieux quai, et pour me retrouver en costume nuptial avec une inconnue enceinte de trois mois. J’imagine parfois ton mari, tes enfants dans ta belle maison où tu es la poupée, la mère la confidente d’une horde d’ingrats inconscients de la chance que jamais je n’aurai. Le passé n’est pas simple et souvent imparfait mais bien plus lumineux que mon présent sans toi, un futur antérieur de notre belle enfance. Je referme l’album sur cette note triste, ce souvenir doré et marqué du poinçon des regrets éternels.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
11/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Arrêtez ! Annie va pleurer en lisant cette missive.

Qu'il est cruel ce collège où tout est bouleversé. On croyait être le plus beau et amis pour toujours, et voici qu'il faut grandir dans un nouveau tourbillon qui fait déjà regretter les classes primaires et les bras maternels.

Attention cette forte nostalgie d'un amour qui n'a pas fonctionné peut se répéter à l'âge adulte...

Mais ceci est une autre histoire.

Bravo à l'auteur qui a osé ce thème, bien déroulé et très vivant.

   arigo   
15/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un écrit empli de nostalgie, nourri de regrets.
Le début de cette poésie est pleine d'images, de senteurs, de parfums, de jeunesse. Malheureusement, on perd de tout ce charme au fur et à mesure de la lecture, comme si la naïveté de l'enfance se perdait au profit de la vie adulte, responsable et contraignante. Le rêve d'un futur idéal est aussi loin que le passé presque enfoui dans l'oubli.
Joli texte.

   Mokhtar   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le premier amour, le plus pur, le plus tendre, le plus innocent, le plus idéalisé. Celui qui laisse des blessures dont la cicatrice demeure à jamais.
La vie qui va, qui gâche et désillusionne, brise le lien.

C'est très bien décrit, très convaincant, très parlant. Sans doute parce qu'empreint d'une sincérité réelle, et personnelle.

Mokhtar, en EL

   Queribus   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Ce thème du souvenir amoureux est traité de façon très originale, sous forme de prose où la poésie des regrets et de la nostalgie est très présente. D'aucuns déploreront sans doute le côté archi-vu avec ses poncifs de mise mais les choses de la vie n'ont pas d'âge et chacun les traite à sa manière. Le même sujet aurait très bien pu être traité en chanson (Je pense à Aznavour par exemple) mais vous lui avez apporté une touche très personnelle.

En conclusion, je trouve votre écrit tout à fait honorable et lui donne une appréciation positive.

Bien à vous.

   Robot   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Don,
Le souvenir de cet amour écolier nous est rapporté avec beaucoup de sentiment sans tomber dans le bétifiant. Il y a une certaine joliesse dans la vision de ce regret qui persiste.
J'ai bien apprécié le lien noué avec l'apprentissage scolaire au travers de la conjugaison des temps pour exprimer le regret et la sentimentalité de ce qui n'a pas été.
"Le passé n’est pas simple et souvent imparfait mais bien plus lumineux que mon présent sans toi, un futur antérieur de notre belle enfance."
C'est trés réussi et aurait d'ailleurs pu être la conclusion, la phrase finale me paraissant un peu surajoutée.
Mais l'ensemble m'a engagé à relire plusieurs fois car j'ai été captivé par cette prose tellement vraie.

   papipoete   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Donaldo
On s'aimait, on se perdait et on se retrouvait ; mais l'entrée au collège fut la sortie des artistes pour nous deux !
Alors que je pense encore à toi, savent-ils autour de toi t'aimer autant que moi je t'aimais ?
NB une étoile a brillé ce matin dans le coeur de l'auteur, et illuminé une page de l'album des souvenirs, qui laissent un goût amer au corps et des bleus à l'âme...
Je m'en vais faire un tour en 1959, et regarder par les barreaux du mur de séparation des filles et garçons, cette fille qui brillait tant à la marelle et la corde à sauter...
J'aime bien de cette prose, le passage " le passé n'est pas simple et souvent imparfait... "
Je suis heureux de voir que la prose, suscite un nouvel engouement auprès des auteurs !

   poldutor   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo75,

Que de regrets, il est vrai que les amours enfantines ne s'oublient jamais. Pourquoi faut-il se séparer, se perdre de vue alors que... ? Mais hélas la vie est comme ça. Sur le tard, les souvenirs reviennent, et la nostalgie vous gagne.
Belle poésie en prose et belle trouvaille des "temps" pour qualifier ses émotions.
Cordialement.
poldutor

   PIZZICATO   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
j'ai bien aimé le premier volet de ce texte. Cet amour d'école, souvenir nostalgique, est relaté avec sensibilité.
"je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut." l'image est bien trouvée.

J'ai moins été séduit par la suite - à partir de " J’imagine parfois ton mari "- ; que j'ai ressentie un peu moins poétique.
Le jeu de mots sur les temps est intéressant.

" Tu ne me causais plus " N'aurait-il pas mieux valu écrire : tu ne me parlais plus ?

Un bon texte.

   Davide   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Donaldo75,

Ah, ce languissement... ou devrais-je dire, cette langueur, joliment bercée par un rythme opiniâtre de 6 syllabes, à quelques exceptions près.

Le registre, au début, est tout empreint de magie, celle de l'enfance. Quelles belles images, tellement visuelles : "entre traces de craie et poussières d’automne", "entre les marrons chauds et les fleurs de pommier."
Les regrets assaillent le narrateur, perdu dans les aléas d'une vie sans saveur, l'imaginaire devient alors son refuge : et si... ?

J'ai accroché sur "futur antérieur", trop cours de conjugaison, puis le narrateur a grandi, n'est-ce pas ?
Mis à part ce détail, tout est délicatement exprimé.

Merci pour le partage,

Davide

   Vincente   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une petite crainte m'est venue dès les premiers mots, quand j'ai lu la phrase "de tes cheveux bouclés et leurs beaux reflets d’or". Un texte en prose, très court, qui débute par ce poncif, j'ai pensé que cette "audace" ne pouvait que se justifier par quelques rebondissements improbables, comme une diversion pour prédisposer le lecteur.
Juste ensuite, une jolie formulation calmera son éventuelle inquiétude grâce au "entre traces de craie et poussières d’automne. Et pourtant, "l'intrigue" se promène au milieu des fleurs bleues et des convenances enfantines. Et puis l'imagination du narrateur s'égarera en imaginant son amoureuse "confidente d’une horde d’ingrats inconscients de la chance que jamais je n’aurai".

La réjouissance du texte viendra pour moi dans l'enchaînement, cette conjugaison : "Le passé n’est pas simple et souvent imparfait mais bien plus lumineux que mon présent sans toi, un futur antérieur de notre belle enfance.". Ensuite la fin retombe dans les travers assez fades de l'évocation nostalgique qui présente surtout un intérêt pour celui qui l'a vécue.

Produire un récit en prose (donc sans l'adossement à une forme poétique enrichissante), court, sur un sujet assez banal, en guise de réminiscence personnelle, n'est pas simple. Pour emporter son lecteur, l'auteur a choisi ici cette ligne de crête qui permet, certes, d'admirer un beau paysage, mais dont le manque de singularité forte offre un moment sympathique, sans plus... mais peut-être était-ce sa volonté première, dans ce cas l'objectif est atteint !

   hersen   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un rythme très régulier qui dit bien la nostalgie de ces amours enfantines, refuge une fois que les années ont passé.

l'embellissement de ce qu'est devenu cette enfant jolie, qui l'est restée et personne autour pour l'admirer. j'aime particulièrement ce passage qui dit à quel point l'imaginaire est roi dans notre tête et dans notre coeur, contrebalancé par cette "inconnue enceinte de trois mois", morne réalité.

Il y a quelque chose de très cruel, dans ce texte, comme si la vie s'était chargée de déplacer ses pions, sans que personne ne soit à la bonne place.

Dans la forme, le rythme donc, que j'ai déjà souligné. La phrase marquée par les temps de conjugaison me semble trop. Trop scolaire. Il me semble que j'aurais mieux accepté cette idée si les temps avaient été incorporés à la totalité du texte. L'effet plus subtil n'en aurait été que plus impactant.

Les derniers mots "regrets éternels", montre à quel point le deuil n'est pas encore fait, ou au contraire la prise de conscience qu'il faudrait le faire. Les amours mortes.

Merci de cette lecture

   senglar   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Donaldo75,


Oh ! Donaldo75 ! C'est pas gentil pour ta légitime ça... LOL.

Est-ce à dire que l'on ne se remet jamais de son premier amour ?

Bien innocent puisqu'il est né dans une cour d'école - mixte déjà, tu as eu de la chance :) - amour non consommé qui a eu tout le loisir de se parer d'idéal sous le sceau de l'enchantement pré adolescent et au travers du souvenir.
Pourquoi s'acharne-t-on à séduire ensuite des filles que l'on n'aime pas vraiment, de ce fait pas vraiment belles, en tout cas jamais aussi belles que...
Pourquoi se marie-t-on un certain âge atteint ? Pour éviter l'âge certain (:D) où l'on risquerait l'état de célibat ("Vieux garçon vieux couillon" écrivait Paul Guth, un pays à moi. Encore un :) ) ; il n'en est pas moins sûr qu'il y a ici une hyperrr-idéalisation hein :)))

L'auteur fait bien bien plus que se souvenir, il pleure :
"Le passé n'est pas simple et souvent imparfait..."
Sublimissime !

Mais c'est tout le poème qui explose d'enchantements. Je l'affirme : Toutes les formes de poésie (du libre au néo-classique, du laboniris au classique, ...) ont intérêt à se faire bien petites face à cette prose-ci, c'est du 6-0 ça !

Faudra que j'm'y frotte... mais après ça.

Dur Dur


Senglar

   Provencao   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
" Je referme l’album sur cette note triste, ce souvenir doré et marqué du poinçon des regrets éternels"

Quelle belle démonstration au bon gré des émois, comme vous le dites si bien, de ce passé où vous nous démontrez que le principal et essentiel du lien entre amour et être aimé c'est la rencontre dans la joie immense de l'existence de l'être aimé.

"Je me souviens de toi, de tes cheveux bouclés et leurs beaux reflets d’or, dans la cour de l’école, entre traces de craie et poussières d’automne" Belle définition à mon sens que cette joie en cette rencontre amoureuse...si poétique.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Zorino   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Don,

Avant toute chose, je vous tire mon chapeau car contrairement aux apparences, la poésie en prose reste selon moi un art très difficile et périlleux. Il est très facile de tomber dans la platitude. Tel est mon sentiment car il faut savoir créer son propre rythme et vu qu'il n'y a pas de rimes, il faut bien se creuser l'esprit pour rendre le tout homogène, poétique (ça va sans dire) et agréable à lire. Contrairement à la poésie en vers où chaque phrase possède un nombre de pieds défini par son auteur et qu'il se devra de respecter jusqu'à la dernière rime, ici c'est tout le contraire. Je m'y suis déjà essayé plusieurs fois et honnêtement, ce n'est pas évident.

Votre histoire Don m'a interpellé car j'ai vécu plus ou moins la même chose (c'est d'ailleurs à partir de cette amourette platonique que j'ai essayé d'écrire). Le résultat fut si médiocre que le l'ai jeté au panier sans même le faire parvenir à cette fille que j'ai tant aimé en secret, il y a très longtemps.

J'ai beaucoup apprécié la délicatesse et l'humilité avec lesquelles vous nous avez susurrés du bout des lèvres votre belle histoire d'amour qui semble perdurer dans votre cœur.

J'ai été très touché par votre court poème qui s’assimile à une lettre d'amour, et vous en remercie infiniment.

   Luz   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Donaldo75,

C'est un très beau poème, sur un amour d'enfance disparu. Beaucoup ont sans doute connu cela ; c'est indélébile.
On dirait que ce poème est découpé en hexasyllabes ou en alexandrins, avec quelques rimes ou assonances.
Je trouve que c'est bien de faire des aller-retour entre un poème contemporain (car ce pourrait en être un ; peut-être même encore plus fort que celui-ci) et de la prose poétique. Au fur et à mesure, l'un améliore l'autre ; après, il faut choisir le bon...
J'aime beaucoup ce passage : "je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut."
Merci.

Luz

   troupi   
12/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un temps délicieux hélas révolu mais si bien décrit dans cette prose qui fait un peu bloc.

L'écriture plutôt légère nous évite l'indigestion.

Qui n'a pas de ces souvenirs émouvants et l'auteur en joue avec une prose facétieuse. "Le passé n’est pas simple et souvent imparfait mais bien plus lumineux que mon présent sans toi, un futur antérieur de notre belle enfance"

Merci pour cette belle évocation.

   BlaseSaintLuc   
12/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que c'est bien écrit, que c'est charmant, la nostalgie à cet avantage que l'on peut donner aux souvenirs les habits que l'on veut et sans doute (je le dis pour avoir revu parfois mes anciennes amours) on fantasme beaucoup sur le passé, ici le narrateur nous évoque très joliment un "amour" de primaire, comme c'est touchant est tendrement écrit, l'envoie touche ...au cœur évidemment .

   emilia   
12/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A la suite de Frenchkiss, vous nous offrez une belle lettre d’amour « à un souvenir »…, une courte histoire, mais intense par son vécu, qui résume le parcours d’un destin entre deux souvenirs, celui idéalisé du premier amour devenu inoubliable, et celui plus cruel de la réalité : « me retrouver en costume nuptial avec une inconnue enceinte de trois mois… » ; quel contraste glaçant au constat de ce passé qui a « déraillé », dont la page n’a pu être tournée car « perdue sans comprendre pourquoi », avec « des regrets éternels » pour ce « présent sans toi » qui ne peuvent qu’émouvoir…

   Pouet   
13/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

j'ai eu un peu peur au début avec "de tes cheveux bouclés et leurs beaux reflets d’or" couplé au assez ressassé "je me souviens", je me suis dit qu'on allait sombrer de la banalité mièvre...

Mais en fait, non.

Pour moi le passage le plus réussi est celui-ci:

"Tu ne me causais plus, je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut. Nos amours enfantines ont ainsi enflammé nos deux dernières années, de l’hiver au printemps entre les marrons chauds et les fleurs de pommier."

J'ai lu du rythme, des sentiments, j'ai lu une bien jolie écriture.

Une petite réserve concernant "le passé pas si simple" etc... qui me fait un peu retomber dans le lieu commun.

Mais au final un texte dont je ne sais s'il est autobiographique mais dont il se dégage une certaine "vérité".

   Ombhre   
17/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo,

un beau texte, comme un voyage intérieur empreint de nostalgie. De belles images parsèment cette balade:
- entre traces de craie et poussières d’automne (j'adore!)
- Tu ne me causais plus, je t’aimais à nouveau, à l’envers à l’endroit de nos cœurs d’artichaut

Seule la fin de la dernière phrase me semble un peu convenue:
- ce souvenir doré et marqué du poinçon des regrets éternels

Bravo d'avoir su emporter le lecteur dans cette histoire intime ou chacun peut reconnaître des reflets de la sienne, sans pour autant sombrer dans la mièvrerie facile.

Amicalement.
Ombhre

   natile   
3/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
ce texte aurait pu tomber dans une certaine niaiserie sans ce souffle qui nous pousse à lire entre les lignes pour dénicher l 'enfance perdue, l'amour premier jamais plus ressenti. il y a aussi un ton très actuel qui sans détour et plutôt crument décrit la déception de l'enfant devenu grand et dépressif


Oniris Copyright © 2007-2019