Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Doumia : Déclaration
 Publié le 14/09/08  -  5 commentaires  -  811 caractères  -  52 lectures    Autres textes du même auteur

Mon cœur s’est englué...


Déclaration



Mon cœur s’est englué dans une immense peine
Qui vient de ces rumeurs que l’aquilon m’amène
Et dépose en mon âme tels de brûlants baisers
Faisant naître au profond comme de grands brasiers

J’ai l’envie de te plaire autant que de t’aimer
De gravir à ton âme et de m’y arrimer
Je réclame ta voix aux murmures du vent
Je guette ta venue aux portes du printemps

Si je vois ton sourire au charme de la fleur
Au pistil qui se tend je cherche ton odeur
Laisse-moi un moment enfin te respirer
Regarde là mon âme et laisse-toi trouver

Viens étouffer en moi la puissance du feu
J’ai soif de ton amour tel est mon tendre vœu
Tu fais vibrer mon sang et palpiter ma vie
Me fondre dans tes bras est ma plus tendre envie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"De gravir à ton âme et de m’y arrimer" ça c'est super!
Pas académique mais tres bon évoquant montagne et océan en un deux verbes... Bravo

Belle déclaration pour le reste plus académique et conscensuelle

Mais tendre et doux

   Anonyme   
14/9/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Si avec ça il ne vient, cherche ailleurs: c'est un cœur de pierre.

Tes mots coulent bien et sont agréables à l'oreille. on sent qu'il y a du travail et de la recherche. Pour mon gout personnel, j'aurais aimé que tu pousses plus les images dans leurs retranchements. Je trouve que cela donne de l'espace qui permet au lecteur de s'immiscer, de la cohérence et d'éviter l'emploi trop fréquent des mots de liaison (qui, tel, comme...) qui alourdissent.
A ce titre les deux strophes centrales sont plus poétiques; dans les deux autres je sens trop le propos initial prendre le dessus;

   Anonyme   
14/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Quel bonheur, si la poésie n'était qu'à avoir quelque chose à dire et le mettre en mots rimés !

Mais voilà. C'est un peu plus que ça.
Ici, bien des images sont puisées, certes dans un fonds poétique commun.. j'ai rien contre. Encore faut-il trouver le petit plus qui ajoute de la beauté.
Banalité ?
"Mon cœur s’est englué dans une immense peine"
"J’ai l’envie de te plaire autant que de t’aimer"
"De gravir à ton âme et de m’y arrimer"
"Viens étouffer en moi la puissance du feu"
oui certes.. un peu trop facile mais aussi..
Non. Rien ne l'est vraiment. Ce sont les mots pour dire la banalité qui le sont.
Et puis.. "dépose en mon âme" quoi donc ?

Quelques réussites sonores aussi. bravo pour la musique!

"Je réclame ta Voix aux murmures du Vent
Je guette ta Venue aux Portes du Printemps"

Voilà. Ce fut tout de même un plaisir
et merci d'offrir à lire

   Absolue   
16/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est doux, simple, agréable à lire. Merci pour ce petit moment de tendresse...

   Anonyme   
14/11/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je vous ai lu et relu, et par instant certaine tournure de phrase manque fluidité, déjà dès la première strophe, "qui vient de ces rumeurs que l'aquilon amène", (qui, que, pas très joli à l'oreille), ensuite dans les deux phrases suivantes, la lecture n'est pas aisée.
"De gravir à ton âme et de m'y arrimer", là encore cela paraît "lourd".

Que de "au"
- aux murmures du vent
- aux portes du printemps
- au charme de la fleur
- au pistil

Que de "ton, te, ta, t', toi, tes"

C'est un poème que devrait être retravaillé, il y a aussi ce manque de ponctuation qui là encore essouffle la lecture, je trouve ce texte disgracieux dans son ensemble, ce qui a bridé mon ressenti.


Oniris Copyright © 2007-2020