Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Dyonisos : Souvenirs d'automne…
 Publié le 30/03/14  -  8 commentaires  -  1082 caractères  -  217 lectures    Autres textes du même auteur

Un poème écrit au retour d'une promenade en campagne…


Souvenirs d'automne…



Le ciel s'assombrissait mais jusqu'à l'horizon
On voyait s'estomper le coton des nuages,
Quelques oiseaux lointains tiraient dans leur sillage
Les dernières lueurs d'un été vagabond.

S'élançaient çà et là des arbres dévêtus
Quelques feuilles jaunies par le vent caressées,
Je respirais l'odeur de la terre mouillée
Profitant d'un moment comme on n'en connaît plus.

L'air devenant piquant je remontais mon col
Et j'essuyais le banc recouvert de rosée,
Un couple d'amoureux échangeait un baiser
Tandis qu'un vieux monsieur traînait sa canne au sol.

Dans le square en ce jour flottaient quelques regrets,
On venait d'enterrer les rires des enfants,
Un timide soleil toutefois résistant
Se frayait un chemin pour tomber à mes pieds.

Enfin je me levais en poussant un soupir
Et emboîtais le pas aux derniers promeneurs,
Je devais m'éclipser un pincement au cœur
Mais l'esprit à jamais peuplé de souvenirs.



Dyonisos
Copyright © 2013


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
30/3/2014
Bonjour Dyonisos

Tes souvenirs d'automne sont tenaces.
En effet, sauf erreur, nous sommes au printemps. (Tiens ? un dodécasyllabe)

Les tiens coulent tout seul dans uns sorte de ronron poétique tout à fait de circonstance. Les images sont aussi de circonstance. Difficile d'innover sur un tel marronnier.
A mon goûr le meilleur vers est le septième
"Je respirais l'odeur de la terre mouillée "
Il ne brille pas par son originalité mais il est agréable à l'oreille (et à la narine)

Merci Dyonisos.

   Robot   
30/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un honnête travail comme on le dit de celui d'un artisan appliqué. Je trouve dans ce poème plus qu'une description. Il me semble y découvrir une tristesse induite par la période, comme une bouffée de réminiscences non dite mais induite par les vers du dernier quatrain.

   Hananke   
30/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les langueurs de l'automne inspirent la nostalgie
et les regrets, c'est ainsi, on ne sait trop pourquoi,
peut-être est-ce dans notre univers collectif ?

J'aime bien :
Les dernières lueurs d'un été vagabond.
On venait d'enterrer les rires des enfants,
Se frayait un chemin pour tomber à mes pieds.

J'aime moins :

Les deux vers ultimes assez énigmatiques.

Et le manque de recherche d'écriture poétique pour réaliser
du néoclassique.

Hananké

   Arielle   
30/3/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Madame Lespinasse doit être fière de son élève ! Voilà un tableau charmant ou rien ne manque : Du coton des nuages à l'odeur de terre mouillée en passant par les feuilles jaunies et l'air piquant, l'automne est bien là, même sans le titre, on ne pourrait s'y tromper !
J'ai craint un instant qu'on ne sorte des sentiers battus de ce "moment comme on n'en connaît plus" quand j'ai lu qu'on venait d'enterrer les rires des enfants mais j'ai vite été rassurée : pas de sinistre drame ce n'est que le soleil timide qui venait de tomber à mes pieds ...
Merci pour la promenade, Dyonisos, grâce à vous me voici " l'esprit à jamais peuplé de souvenirs"

   Rowley   
31/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien
C'est vrai que le thème est classique, mais quand même le coulé des phrases vite réveille des souvenirs auxquels la nostalgie s'abreuve. Aussi par la description, les états d'âme naissent et je me laisse porter par la douceur toute sentimentale de la saison.
J'ai beaucoup aimé ces vers :
"Quelques oiseaux lointains tiraient dans leur sillage
Les dernières lueurs d'un été vagabond." :
presque on le verrait cet attelage onirique et cela doit être fort car l'image suscitée devient un réel possible.

   Anonyme   
31/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien
J'aurais -sans tenir compte de la métrique...- mieux entendu ce poème au présent. La nostalgie en aurait été renforcée.
"Le ciel s'assombrit jusqu'à l'horizon
On voit s'estomper le coton des nuages,
Quelques oiseaus lointains tirent dans leur sillage..."

Un mot : "enterrer", pourquoi ne pas utiliser plus simplement "enfermer" ? C'est le soir et l'heure de rentrer pour les enfants...

   Ioledane   
1/4/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Partage d’un bel instant de vie … J’aime beaucoup le premier quatrain, en particulier « Quelques oiseaux lointains tiraient dans leur sillage / Les dernières lueurs d'un été vagabond », belle image.

La suite est pour moi un peu moins réussie, plus prosaïque, ou avec des images moins heureuses : par exemple « On venait d’enterrer les rires des enfants » me semble excessif au vu du contexte. La formulation du soleil « toutefois résistant » est un peu maladroite, malgré l’élégant vers qui suit : « Se frayait un chemin pour tomber à mes pieds ».

Petite remarque, je suggérerais « Pour emboîter » plutôt que « Et emboîtais », cela me semblerait plus fluide et plus mélodieux.

   Miguel   
3/4/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette tonalité en sol mineur, comme l'atmosphère des romans de Modiano, me touche et me plaît. Les sonorités elles-mêmes ont quelque chose d'automnal, au même titre que les personnages, comme, malgré le baiser d'amoureux porteur de promesses printanières, ce vieillard traînant sa canne.
Le vers 14, saisissant de beauté et de tragique, me rappelle l'époque où la rentrée des classes était en automne, et me remet à l'esprit une belle page mélancolique d'Anatole France sur l'enfant qu'il était, traversant un parc tout semblable à celui-là.
De belles évocations réalistes aussi, comme le col remonté dans l'air piquant. Un beau travail de vrai poète.
Il y a quelques imparfaits où j'aurais plutôt mis le passé simple ; mais l'imparfait, temps de la durée, a sa langueur, peut-être bienvenue ici.


Oniris Copyright © 2007-2020