Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
eeeephmr : Huit heures [Sélection GL]
 Publié le 19/07/18  -  11 commentaires  -  460 caractères  -  190 lectures    Autres textes du même auteur

Un de mes premiers poèmes.


Huit heures [Sélection GL]



Le vieux sur le trottoir
Oublié par la vie
Petits pas dans le soir
Lentement vers chez lui

Perdu dans le fracas
Inquiet et malhabile
Il traîne son cabas
Sur l'ombre de la ville

Et si prêt de dormir,
Envahi de douleurs,
Il râle et il soupire :
"Il est déjà huit heures".

Le vieux sur le trottoir
Oublié par la vie
Petits pas dans le soir
Lentement vers chez lui…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
7/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Sublime poésie â mon sens,où vous avez su par des mots simples
,vrais et forts nous accompagner dans ce triste constat qu'est cette perte de la dignité. ...Toujours très difficile à écrire tant "le fracas" est immense.

J'ai beaucoup aimé :

"Le vieux sur le trottoir
Oublié par la vie
Petits pas dans le soir
Lentement vers chez lui

Perdu dans le fracas
Inquiet et malhabile
Il traîne son cabas
Sur l'ombre de la ville"

La dignité s'appuie sur ce mystère avec cette recherche du bien, que vous avez par cette lecture prioritaire et voire urgente, su nous faire partager. J'ai trouvé cette poésie très accessible, par le formidable engagement de votre écriture qui rend le message intelligible et riche.

L’humain, sa dignité ont trouvé en vos mots de passionnants défenseurs......

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Mokhtar   
8/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Proposé en classique, je pense que ce petit poème sera reclassé. Problème de métrique-diérèse, et de hiatus vers 6. Non alternance rimes masculines et féminines.

Ce qui ne m’empêche pas de trouver ce texte intéressant. Le vieil homme est campé en quelques mots dans ses attitudes et ses réflexions. Malgré son activité réduite, il déplore que le temps passe si vite (« il est déjà 8h »). Bien vu.

Petit texte pour petite vie, réduite et routinière (d’où l’intérêt de la reprise de la première strophe).

C’est bien fait. Ce premier poème dénote un sens de l’observation et de la transmission de l’image qui sont (étaient) prometteurs.

Mokhtar, en EL

   papipoete   
8/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
classique
Il porte un cabas si lourd, rempli de tristesse, que l'abandon de la vie leste ; et il va à petits pas ...
NB il est facile de marcher dans les pas du petit vieux ; il va doucement et l'auteur marque ce tempo .
un petit poème en hexasyllabes dont la forme " classique " n'est pas exacte :
" vie et lui " ne riment pas
" dormir et soupire " ainsi que " douleurs et heures " ne riment pas
les 4e et 5e vers ( sans verbe ) relèvent plus d'une poésie " libérée "
Il n'en demeure pas moins que ce poème est attachant !
papipoète

   PIZZICATO   
19/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
"Il est déjà huit heures". A ce stade de la vie , le temps semble passer encore plus vite.

Je trouve le développement du sujet assez condensé, mais les images sont intéressantes.
"Oublié par la vie
Petits pas dans le soir "

" Il traîne son cabas
Sur l'ombre de la ville ". Très visuelle.

" si prêt de dormir " (?) Je verrais : si près de dormir, ou alors : si prêt à dormir.

   Lulu   
19/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour eeeephmer (pas facile à écrire votre pseudo…),

J'aime beaucoup la simplicité de ce poème qui, très imagé, parle à tout un chacun, je pense. On voit ce personnage aller, dans le soir et sur le trottoir…

Peut-être aurais-je, personnellement, évité de répéter le pronom "il" inutilement… "Il râle et il soupire"...

Dans l'ensemble, j'ai bien aimé le regard porté sur le personnage. C'est sobre et parlant.

Mes encouragements.

   Gemini   
19/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Peu d'accroche pour un poète classique (entre mauvaises rilmes et hiatus). La reprise du premier quatrain fait un eu remplissage (ou manque d'improvisation). On dirait Elle met du vieux pain sur son balcon en moins bien.

   Eclaircie   
20/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour eeephmr,
(aparté, vous allez devoir vous présenter ou nous dire sur le sujet des pseudo, pourquoi, pourquoi tant de e -trois éphémères, pourquoi pas quatre, eeephemr)

le GL, groupe de lecture a fait un choix intéressant.
Pour plusieurs raisons,
la première très égoïste, j'avais lu votre poème et EL -espace lecture- mais n'avais pas eu le temps de le commenter.

Le titre est "accrocheur" quand l'accroche est douce. Que viennent faire là les heures et huit de ces heures, le temps de "fabrication du poème", huit heures du matin ?

La présentation beaucoup moins, le lecteur se dit :"pourvu que je ne lise pas là une "erreur de jeunesse".

Et le texte en lui même :
Tendrement terrible ou terriblement tendre. un "contemporain" aussi bien choisi pour cette catégorie qu'à son âge un homme-une femme- doit adopter ce rythme régulier pour ne pas tomber, ne pas se perdre, ne pas perdre le souffle avant d'arriver, sans quoi l'arrivée risque d'être la dernière.

Les détails que je n'ai pas trop appréciés :
"Inquièt et malhabile", je l'ai lu et relu, car le son "è" de inquiet suivi d'un son "é" m'a choquée en première lecture.
Puis le second "et" suivi de ce "si" dans le troisième paragraphe, pourrait sembler cheville pour le rythme en première lecture.

Mais j'ai lu plusieurs fois et ne suis plus vraiment sûre de cette appréciation.

Les détails si bons à mes yeux/oreilles.
Les deux premiers vers qui se retrouvent en quatrième paragraphe :
magique ! est-ce le vieux qui est oublié ? ou le trottoir ? les deux bien sûr, mais sans "s" à "oublié", ils parviennent- le vieux et le trottoir- à ne pas être oubliés au même endroit, alors encore plus oubliés.

"Et si prêt de dormir,
Envahi de douleurs,
Il râle et il soupire :
"Il est déjà huit heures".
Vraiment bien trouvé, vraiment pour tout ce que j'y ai lu de "non-dit", mais...les vieux de parlent pas...de jacques Brel (je ne saurais citer de poème/poème sur le thème, mais des poèmes/chansons oui)

Un vrai bonheur ce poème, merci du partage.
Éclaircie

   Eccar   
20/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
De simples mots pour décrire une réalité poignante. Chaque petit mot dit ce qu'il a à dire, ni plus, ni moins, ne tourne pas autour du sens. Les choses ainsi sont claires et crues (dans les deux sens du terme).
" Il traîne son cabas
sur l'ombre de la ville" ce passage montre tant le problème tout entier du personnage. Pour juste continuer à exister (son cabas, ses petites courses, si lourd pour lui sans force, et l'ombre de cette ville, monstre au-dessus de sa vie, prêt à l'engloutir, loin des lumières de cette métropole rugissante).
Un grand texte sans les grands mots. Émotion pure car authentique.
Bravo.

   Pouet   
20/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Un petit poème sans prétention, rythmé et agréable, ma foi bien réussi.

Sobre, nu, retranscrivant parfaitement ce vieux "trainant son cabas sur l'ombre de la ville".

J'aurais toutefois bien lu quelques quatrains de plus car en l'état il n'y en a que trois (le premier et le dernier se répétant) et je trouve cela tout de même un peu léger.

   TheDreamer   
20/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un joli thème. - Une poésie du quotidien, simple, douce et cruelle à la fois.

4 quatrains sur la vieillesse qui nous attend chacun. Tout les poussent ces "vieux" vers la sortie, vers cet endormissement que l'auteur évoque au 1er vers de la 3e strophe.

J'apprécie la simplicité de l'évocation et cette dichotomie entre l'empressement continuel et agité des cités et la lenteur contrainte des "petits pas dans le soir" des personnes âgées.

   fried   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est un poème sobre, d'une grande simplicité. Son rythme, la répétition du premier quatrain me font beaucoup d'effets.
Le temps l'entraine à sa perte et il râle après. Déja huit heures.
J'adore.
Cela m'évoque l'excellente bd "Carmen Cru" une terrible petite vieille.


Oniris Copyright © 2007-2018