Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Elias : Tu es fou
 Publié le 17/06/11  -  9 commentaires  -  1044 caractères  -  294 lectures    Autres textes du même auteur

Les passions d'un fou.


Tu es fou



Tu es fou

De cette pucelle à l'ozone
Qui perd ses feuilles comm' l'automne
De la rosée touchée violée
De la sueur assassinée
De la poésie dégueulasse
Qui pue le rouge et la vinasse
Mais quelle divine Anarchie
D'être bourré toute sa vie !

Tu es fou

De la robe trouée d'étoiles
De la lune toujours à poil
De ces mains calleuses et câlines
Qui brouillent les cœurs et tapinent
De la plume d'un vieux corsage
Tombée ma foi d'un beau corps sage
Mais quel magnifique flocon
Tendre et moelleux comme le Con !

Tu es fou

De l'homme de vertu sans âge
Qui discourt sur la vie en cage
Qui postillonne et déraisonne
Aussi bien qu'une cloche sonne
De la mère de notre dieu
De la merde tout plein les yeux
De la saveur d'un myosotis
Qui te rappell' l'odeur du vice

Tué fou


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
23/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un bon rythme, je trouve. Je déplore la facilité du jeu de mots "corsage"/"corps sage", usé jusqu'à la corde, mais j'aime bien cette vigueur brouillonne. Ceci, notamment, me plaît :
"De la poésie dégueulasse
Qui pue le rouge et la vinasse
Mais quelle divine Anarchie
d'être bourré toute sa vie!"
Je ne crois pas qu'"ozone" ("o" fermé) rime avec "automne" ("o" ouvert), mais j'apprécie la rime "myosotis"/"vice" !

   Pascal31   
30/5/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Il n'y a malheureusement pas grand-chose à sauver dans ce poème.
Passons sur les fautes qui m'ont écorché le regard, il reste un texte qui semble écrit à la va-vite, jouant sur des propos "limites" (censés choquer le lecteur ?). Pour moi, c'est totalement raté. Désolé.

   Anonyme   
1/6/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bof, pas convaincu du tout parce texte totalement forcé selon moi et dans les mots et dans une espèce de fausse provocation.

Je trouve les rimes lourdes (étoiles/poli ou flocon / con), à la limite du drôle.

Il n'y a pas de sensibilité dans ce texte. Il me manque justement ça, quelque chose qui passe par dessus les clichés (on est dans le port d'Amsterdam là!), et qui enjolive ce texte.

   Anonyme   
17/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"De la poésie dégueulasse
Qui pue le rouge et la vinasse"

C'est tout à fait l'impression que donne ce poème.
L'auteur, ivre, (peut-être viré d'un bistro) improvise sous les étoiles et clame son mal de vivre dans une rue sordide.
Depuis le fond des âges, combien de poètes ont vécu de tels instants ?

Il y a ici des facilités ( ça se comprend, quand on bourré comme un coing ) mais aussi de jolies trouvailles comme cette "pucelle à l'ozone", "la sueur assassinée", "la lune toujours à poil"

Un texte à déclamer dans une taverne ou un piano-bar.
J'aime

   Charivari   
17/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'ai pas du tout aimé.

La forme est poussive, maladroite, le ton oscille sans cesse entre le vulgaire et le recherché, sans jamais vraiment faire mouche.

Au niveau du fond, c'est de la provo facile, mais cela manque cruellement d'unité, de message.

   widjet   
17/6/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bah, moi je trouve qu'il y a des choses interessantes dans ce texte rageur et plutot bien rythmé.

Je retiendrais les jolis :

De la robe trouée d'étoiles
De la lune toujours à poil
De ces mains calleuses et câlines
Qui brouillent les cœurs et tapinent


Pas tout compris si ce n'est le passage anti clérical (ou perçu comme tel)

De l'homme de vertu sans âge
Qui discourt sur la vie en cage
Qui postillonne et déraisonne
Aussi bien qu'une cloche sonne


et des souvenirs nauséabonds (le myosotis, "fleur, souvent représentée comme pictogramme, rappelle le souvenir de tous ceux qui ont souffert au nom de la Franc-maçonnerie", spécialement durant la période nazie => dixit Wiki.)

Pas fan, en revanche, du jeu de mot "corsage/corps sage" et du "tué fou".

Bref, un texte qui a des qualités

Widjet

   ristretto   
18/6/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
je rejoins le sentiment de Pierrot
un poème à déclamer
un poème de trip ( es) qui a de la gueule.

un très bon rythme
bien sûr quelques images déjà vues, mais je retiens aussi :
"De la lune toujours à poil" "De la poésie dégueulasse
Qui pue le rouge et la vinasse"

merci

   zenobi   
3/7/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↓
J'ai trouvé, au contraire d'autres lecteurs, le texte faible d'un point de vue rythmique. Or, les images n'étant pas d'une richesse inoubliable, il ne me reste pas grand chose après lecture. Pourtant, l'idée avait de quoi me séduire, et garder en bouche un petit goût de piquette m'aurait bien plu.

   Anonyme   
24/11/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Il y a tout ce que je n'aime pas vraiment dans une poésie, la vulgarité à outrance, de la provocation "gratuite", par un vocabulaire appuyé qui ne propose que des images plus laides les unes que les autres, même lorsqu'elles semblent belles, elles sont très vites abîmées.

Un texte qui n'apporte au fil de sa lecture, qu' impression désagréable, il donne très vie l'envie de passer à autre chose, ce que je ferai sans difficulté car il y a beaucoup mieux à lire.


Oniris Copyright © 2007-2020