Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Lunastrelle : À larme ou vers
 Publié le 15/06/11  -  7 commentaires  -  1013 caractères  -  214 lectures    Autres textes du même auteur

Mélange de tercets, en alexandrins et octosyllabes, avec des haïkus. Un distique de début et un de fin encadrent le tout ; ils sont en décasyllabes et se répondent. Aucune rime n'est orpheline.


À larme ou vers



À quelle fin les destinait cette heure ?
Parce que l'heur t'attendait seule, enfin !

Les voussures d'argent sur les courbes d'un cil
Ne cachent pas l'amante fière,
Ni ses murmures blancs, tout au bord du péril.

Une belladone
Entre les dents acérées
D'une femme enfant.

Qu'il est amer, et dur d'absoudre
Cette bombe à rebours dans ce corps de papier,
Pour prendre chair en coup de foudre.

Un doux friselis
Dans l'eau de ce puits profond
Naît pour trembloter.

L'échine, palsambleu ! traverse le récif
Du brasier las, sous la paupière
Au cerne ténébreux, pour s'équarrir à vif...

La vieille bâtisse
Suffocante, annihilée
Va bientôt ployer.

Finalement, l'océan fourbe
Crachote son flot lourd, ciselé dans l'acier,
Contre les flancs de cette tourbe.

Vois ce malheur éclore du couffin !
Fol séraphin frôlant la cage au leurre !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
16/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Je n'avais pas compris au départ le schéma des rimes. Je vois avec l'explication, mais du coup je trouve dommage qu'elle ait été nécessaire... Cette complexité embrouille le propos, à mon avis.
Sinon, à part les haïkus le poème me paraît trop maniéré : les voussures d'argent, la bombe à rebours qu'il faut absoudre, prendre chair en coup de foudre, une exclamation qui, bien sûr, ne peut être que "palsambleu"... Avec la disposition en centré en plus, je ressens une volonté de clamer : "attention, je suis un texte poétique" qui m'aliène le tout.
Délicat de noter dans ces conditions, parce qu'il y a aussi de la recherche, la volonté de dire les choses. La manière est opposée à mes goûts, mais je reconnais une bonne facture.

   Charivari   
31/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je vois que la structure est complexe, qu'on sent, à la lecture, une mélodie assez harmonieuse, il y a un bon jeu dans les sonorités, un lexique riche et varié.... MAIS (car il y a un mais), je n'ai RIEN compris. De quoi parle ce texte ? Qu'est-ce qu'¡l évoque ? Aucune idée. Du coup, je ne ressens rien, je passe complètement à côté.

   Anonyme   
7/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Heureusement que tu nous expliques la structure du poème sinon je n'y aurais vu qu'une drôle de construction anarchique. Mais pourquoi pas, en poésie contemporaine tout est permis tant que les mots glissent entre eux de manière harmonieuse.

C'est là où le bât blesse. Les vers ne suivent pas cette audacieuse expérience et restent souvent maladroits :

"À quelle fin les destinait cette heure ?
Parce que l'heur t'attendait seule, enfin !"

Les images véhiculées, parfois précieuses

"Un doux friselis
Dans l'eau de ce puits profond"

d'autres fois incompréhensibles

"Finalement, l'océan fourbe
Crachote son flot lourd, ciselé dans l'acier,
Contre les flancs de cette tourbe."

m'empêchent d'adhérer à ce poème.

Peut-être que plus de simplicité arrangerait ton propos.

   Brisemarine   
15/6/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
bonjour, Lunastrelle,
Même en relisant à deux reprises votre poème, j'avoue ne l'avoir pas compris. Trop hermétique pour moi! toutefois, j'apprécie beaucoup le travail original réalisé au niveau de la conception structurelle du texte. Je me suis laissée transportée par la mélodie des vers, les belles sonorités et les jolies trouvailles( images).
En somme, un texte agréable à lire. Dommage que le fond reste insaisissable!
Brisemarine

   Lunar-K   
21/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un poème que je trouve assez opaque, même si (du moins c'est ce que laisse entendre l'incipit) la forme a primé dans sa composition.

J'y vois la description d'une naissance, ou, plutôt, de la douleur qui précède toute naissance ("Pour prendre chair en coup de foudre" ou encore : "L'échine, palsambleu ! traverse le récif / Du brasier las... / ... pour s'équarrir à vif" (superbe strophe !)). Même si, dans l'ensemble, on peut penser que cette naissance est une naissance toute biologique ("femme enfant", "échine", et même "séraphin" (quoique j'aurai plutôt attendu "chérubin")), je pense que vous avez voulu introduire une ambiguïté en laissant la possibilité au lecteur de penser cette naissance comme celle du poème (peut-être même celui-ci ?) en parlant de "corps de papier"...

En ce qui concerne la forme de ce poème, puisque c'est apparemment cela que vous avez surtout voulu travailler, j'aime assez bien. Non seulement c'est original, mais cela permet, en plus, de varier la rythmique, sans pour autant abandonner toute structure et cohérence. J'ai beaucoup aimé cette impression de "désordre ordonné".

Au final, un texte que j'ai bien aimé. D'abord pour sa forme assez audacieuse et originale, et pour le rythme que celle-ci induit. Mais aussi pour l'écriture que je trouve personnelle, avec des tournures et expressions un peu désuètes, mais pas dénuées de charme pour autant, comme ces "voussures", ce "palsambleu",... Des images très belles et originales ("prendre chair en coup de foudre" est sans doute celle qui me parle le plus), et un tout plutôt opaque mais qui se laisse interpréter sans trop être prise de tête selon moi. Bref, j'ai beaucoup aimé ce texte !

   placebo   
2/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien
J'étais venu ici pour les haikus, et voilà sur quoi je tombe… :) je retrouve Lunastrelle pour ses compositions parfois complexes, je me souviens d'un texte "royal" très imposant, trop pour moi.

J'étais venu chercher des haikus et avec eux une certaine simplicité, un certain détachement des réflexions humaines. Ce n'est pas le cas ici, l'ensemble du texte me semble très humanisé.

J'ai croisé l'espace d'un instant le mot "naissance" dans le comm de lunar-k et me dis qu'il pourrait bien avoir raison. Du coup, c'est tout un récit qui se met en place et se clot avec ce "finalement". Du théâtre tragique aussi, avec cet appel final au lecteur (au destin, à la narratrice ?)

Je n'ai pas trouvé ce que j'étais venu chercher mais autre chose. Les mots "complexes" ne m'ont pas paru trop maniéré, peut-être relèvent-ils d'un faible bien pardonnable pour certaines sonorités ?

Un peu impressionné mais pas tout à fait convaincu :)
placebo

   Anonyme   
3/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
L'idée est audacieuse, la prise de risque intéressante, mais ce qui gâche tout, c'est ce côté complètement hermétique. Je reconnais humblement ne rien avoir compris à cet écrit, même après plusieurs relecture. Je n'ai pas trouvé de fil conducteur.

L'écrit semble fort bien travaillé, peaufiné, il n'est qu'une apparence, il n'arrive pas à procurer de l'émotion. Il s'en dégage de la froideur, créée sans doute par son côté abstrait. J'ai cherché au travers des mots, des images qui m'auraient rendu ce poème parlant, c'est en vain.

J'ai été attiré par le titre "A larme ou vers", la forme lui emboite le pas, elle intrigue, attise la curiosité mais malheureusement le fond contrarie par son manque de compréhension.


Oniris Copyright © 2007-2020