Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Elisabeth : Suicide
 Publié le 04/04/07  -  6 commentaires  -  792 caractères  -  144 lectures    Autres textes du même auteur

Pourquoi... ?


Suicide




Seule, figée dans le noir,
L’eau ruisselle le long de mon corps.
Seule, fixée sur mon désespoir,
Je ne désire que rencontrer la mort.

Nue, fille aux courbes volubiles,
Je fais couler le sang.
D’une main tremblante et malhabile,
Je me saigne sans faux-semblant.

Peu à peu, le liquide rubis
S’enfuit, emportant avec lui
Ma vie, et épanche par sa chaleur
Ma souffrance, et ma folie.

Tout tourbillonne, s’évase avec emphase
Doucement mes yeux se ferment
Et ce doux murmure me ronge, m’écrase
Mes lèvres se tordent, la douleur est trop forte.

Je tombe, m’effondre, jouissant à jamais
De cette volupté, doucereuse et impie
La mort frappe à mon être : « Entrez »
C’est fini…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Maëlle   
8/4/2007
Ils sont douloureux, vos poémes, Elisabeth

   Anonyme   
19/4/2007
c'est joli mais peut-etre un peu trop dur pour le lecteur si je puis me permettre. Mais comment parler d'un sujet aussi douloureux ?
Je pense qu'il faudrait y introduire plus de distance si vous le permettez.

   Ama   
2/6/2007
Je le trouve très beau. Quelque chose me titille pourtant, et c'est à mon avis le dernier vers. "C'est fini", une expression trop commune, qui ne passe pas avec la sonorité des vers qui la précèdent. L'avant-dernier vers est si beau qu'il nous élève...et on retombe trop lourdement après.

   Anonyme   
21/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Qu'ils sont noirs et malsains ces vers ! J'adore ! Sous ta plume, le Suicide devient si beau !

   PetiteMarie   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Je suis d'avis que le "Seule, figée dans le noir" du début aurait pu être plus frappant, s'il avait été formulé autrement. Aussi, j'ai comme l'impression que la virgule à "Ma souffrance, et ma folie" est de trop. Sinon, c'est un beau poème ^^.

   Anonyme   
13/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Vous appuyez sur ce "seule", ainsi le texte oppressant, se comprend davantage, d'ailleurs la première strophe est très explicite, vous sentant abandonnée, vous souhaitez donc pleinement disparaître, le mot souffrance est compréhensible, beaucoup moins le mot "folie",

Votre poème n'est pas trop mal, mais je trouve que vous en faites un peu trop par moment, surtout dans les deux dernières strophes.


Oniris Copyright © 2007-2020