Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Gilles : Le vieillard
 Publié le 03/04/07  -  15 commentaires  -  992 caractères  -  189 lectures    Autres textes du même auteur

« Qu'on me resserve ! »


Le vieillard



« Qu’on me resserve !
Je reprendrais bien une tranche de vie !
Épaisse, moelleuse, goûteuse !
Une tartine de vigueur emmiellée de plaisirs doux-fleurants.
Ou mieux : redonnez-moi la carte !


Mousse de sexe sur canapé de femme.
Croustille de sourire.
Civet d’amour aux quatre lèvres.
Cœur d’artichauts à la primesautière.
Soufflé de tétons à l’aguicheuse.
Brandade de morue Saint-Denis.
Tomates à la crème d’amour.
Feuilleté Kama-sutra.
Béchamel de Pigalle.
Moules au naturel.
Allebottes mignonnes aux feuilles de vignes.
Roulée aux pommes.
Salade de mots tendres au gingembre.
Meringue aux fruits du plaisir.
Crème de caresses et…

Non ! Non ! attendez !…
Simplement : un croûton de fesses…
Un quignon de sein…
Une croûte de plaisir…
Une miette de désir…
Non ! Attendez, vous dis-je….
Quelques débris de cœur…

Attendez ! Attendez !… »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
3/4/2007
 a aimé ce texte 
Bien
Une baveuse association de mots culinaires et bien servis sur canapé !

Origine anal du sujet mais malgré tout délivré d'un arrière gout prononcé.

Bref du ferme et délirant menu de poésie délurée avec un ceste de soupe au verbes....

   Athanor   
19/4/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle évocation mais où sont le champagne, le cognac et la verveine ?
Un cuisinier se cache-t-il la-dessous ?

   clementine   
12/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
La vie comme un très bon repas!
Délicieusement jouïssif en effet.

   Pattie   
12/5/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Superbe ! Rabelaisien !

   ristretto   
13/5/2008
amour et cuisine
oui même les miettes sont bonnes à prendre
quel régal
superbe

   Anonyme   
13/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Oui, un petit quignon de sein... Pourquoi pas..
Pour accompagner mon civet d'amour aux quatre lèvres...

J'ai bien mangé, mais j'ai la gorge sèche, rien à boire?

   Anonyme   
13/5/2008
Quelle nostalgie dans cette énumération de gourmandises dont on se resservirait bien une autre fois, si seulement on pouvait ... et puis la prétention qui s'abaisse, rien que quelques miettes, de grâce, avant de ne plus jamais ...

Et ce final simple et terrible : "attendez" ... attendez avant d'éteindre définitivement les lumières, de mettre les chaises sur les tables et de fermer boutique ... mmmh, j'aime beaucoup, c'est très prenant.

   Anonyme   
7/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle histoire de "Q"
(je ne fais que citer le premier vers)

   aldenor   
7/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle idée que ce poème en forme de carte de restaurant.
Subtil ce « redonnez-moi la carte ! », recommencer la vie, qui est un festin.
Et la fin est forte, tellement vivante « Attendez ! Attendez !… »

   Marquisard   
18/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
puh...! vivant, jouasse, poétique, vrai quoi !

   Raoul   
23/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qu'on m'en resserve!!!
C'est vivant, limpide, souriant, jovial, inventif…
Poétique en diable.
J'adore ça!

   framato   
30/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Excellent texte, marqué tout autant par l'angoisse et Rabelais.
Une perle bien cachée, un jeu à déguster !

   tchouang   
6/4/2013
 a aimé ce texte 
Pas ↑
bonjour. ce poème culinaire ne m'a pas convaincu. c'est sans doute la thématique hédoniste et ludique qui ne m'a guère convaincu.

   RB   
7/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un poème d'homme qui aime jouir, faire jouir et nous en réjouir. Cela réconforte en cette période un tantinet castratrice...
Allons ! Vite en cuisine, dressons la table et mangeons nous tout nus !

   Anonyme   
22/3/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Je rencontre toujours les mêmes ingrédients dans ce genre de texte, histoire sans doute de mieux faire prendre "la sauce", mais pour moi c'est sans intérêt, cela ne marche pas pour moi.

Au début je me suis dit cela va être plaisant à lire, car l'idée est là, mais peu à peu j'ai senti l'envie de faire de "l'accroche" en utilisant des expressions telles que "Soufflé de tétons à l’aguicheuse.", "un croûton de fesse", "un guignon de sein" etc ...

Enfin de compte ce texte ne m'a pas séduit du tout. J'aime ce qui suggère tout en élégance ...


Oniris Copyright © 2007-2019