Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
embellie : Ah ! La mode !
 Publié le 05/01/21  -  6 commentaires  -  630 caractères  -  115 lectures    Autres textes du même auteur

Gentille moquerie de la mode à une époque très lointaine.


Ah ! La mode !



Belle de la Renaissance,
poignées d’amour sur les hanches ?
Que nenni !
Bourrelet forme croissant,
hausse-cul et cache-enfants.

De jonc vert, dit verdugo,
rondement armaturé,
votre jupon
insolent
dessous la jupe bouffante
vous fait cloche ou bien tonneau.

Oh !

Une ampleur empesée,
petits mollets bien cachés,
aucun fauteuil assez large,
debout
obligée
rester
ou choisir chaise adéquate.

Ah ?

Je vous vois embarrassée,
qui plus est, interdite de gradin…

Vertueux vertugadin !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Luz   
20/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Original ; le genre de poésie qui me plait bien.
Beaucoup d'humour dans cette description d'une mode à la fois serrée et bouffante. Et pareil pour les hommes à l'époque...
Merci.

Luz

   Eclaircie   
24/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un poème "amusette" sur un thème léger mais lourd à porter. Sujet original.
J'ai bien aimé le ton, le vocabulaire et la mise en forme.
L'absence assez fréquente des articles ajoute au style et à la musicalité.
En fouinant un peu internet j'ai noté que des sièges à "vertugadin" avaient existé à la même époque.
Merci pour cet éclairage sur les dessous de cette mode passée.

Éclaircie

   papipoete   
5/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour embellie
Il fallait aux " belles " de la Renaissance, paraître ! Elles avaient toutes l'air pareilles sous leurs jupons, qui faisaient croire que... maigre ou gros le corps devait avoir telle allure, à ne déroger aucunement ! On devait être " ample ! "
NB il ne fallut pas avoir à franchir un tourniquet du métro, ou autre sortie de discothèque ! encore moins prétendre s'asseoir sur un strapontin ! Rester debout quoi qu'il arrive !
Petits mollets cachés, mais gorge largement ouverte...
Ah la mode, ah la mode... à la mode et puis c'est tout !
Comme les femmes du peuple avaient de la chance, de ne point faire de toilette !
Ah ça ira, ah ça ira...
Un tableau à sourire à voir ces dames sûrement gémir !

   ANIMAL   
5/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voici un poème gai et pimpant qui se lit presque en dansant, avec des Oh ! et des Ah ?

La mode pour dames de ce temps-là enfermait le bas dans des carcans mais les gorges pigeonnaient pour retenir les regards des messieurs un peu plus haut. A chaque époque ses moeurs.

Le seul bémol qui a grippé ma lecture est l'absence, parfois, d'article.

Un mignon clin d'oeil à la tyrannie vestimentaire.

   Malitorne   
6/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Quelle drôle d'inspiration ! Sans vouloir tomber dans le sexisme, il faut être femme pour écrire ce type de poésie tant elle abonde de détails. On a l'impression de se tenir devant un tableau d'époque où de belles nobles se pavanent devant des courtisans. Du moins tentent de se pavaner, car de toute évidence l'attirail n'est pas commode.
C'est joliment formulé, plein de vie, et assurément original. À quand une même chose avec la femme moderne ?

   Lulu   
8/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Embellie,

J'ai été bien curieuse de te lire, car ce n'est pas souvent que tu nous proposes un texte à lire ici...

Belle réjouissance, car j'ai lu dans ce poème un beau très d'humour, bien que sur le coup, j'ai été un peu handicapée par mon manque de culture en la matière... Je ne savais pas ce que signifiait le mot "vertugadin"..., mais heureusement, le dictionnaire est venu m'éclairer et j'ai pu relire ton poème de façon plus percutante, même si j'ai saisi le ton à la première lecture.

J'ai particulièrement apprécié ces mots :

"Je vous vois embarrassée,
qui plus est, interdite de gradin…"

Je trouve le thème très original, loin de mots parfois centrés sur nous-mêmes. Cela m'a intéressée, et j'ai trouvé ce côté un peu humoristique sympa "Belle de la Renaissance, / poignée d'amour sur les hanches ? / Que nenni !"

J'ai aussi aimé ce côté presque proche du télégramme : "Bourrelet forme croissant / hausse-cul et cache-enfants.". Ca me semble lourd de sens, et intéressant.

Ensuite, et après avoir été éclairée par le mot final de ce poème, tout me semble aller de façon pertinente.

Une écriture surprenante, en ce qui me concerne, mais de façon positive, bien sûr.

Au plaisir de te lire à nouveau, Embellie.


Oniris Copyright © 2007-2020