Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
emilia : Sonnet imparfait d'un apprenti onirien
 Publié le 26/04/13  -  15 commentaires  -  702 caractères  -  544 lectures    Autres textes du même auteur

Comme l'a si bien dit Boileau : " Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage…", je ne cesse de démontrer ce précepte… !


Sonnet imparfait d'un apprenti onirien



Puissiez-vous honorer cette règle sacrée :
Suivre dans l’idéal le noble alexandrin,
En rythmant sa cadence au son du tambourin,
Et, qu’à sa quintessence, elle soit consacrée ;

Respecter la césure, à l’hémistiche ancrée,
Puis sculpter en orfèvre un sublime quatrain,
Pour enlacer sa rime à l’ineffable entrain,
Véritable bijou dans sa perle nacrée ;

Sans offrir d’autre choix qu’un dictat rigoureux,
Qui tourmente et contraint le rêveur malheureux,
À bannir l’hiatus, la strophe asymétrique,

Chanter, poétiser tel un vrai sansonnet,
De ses vers, ciseler savamment la métrique,
Étoile inaccessible à l’imparfait sonnet… !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ioledane   
28/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Aïe ! Un hiatus ("bijou en"). Mais le lecteur était prévenu de l'imperfection de ce sonnet. [Edit : cette remarque est désormais sans objet, le vers en question ayant été corrigé.]

Donc, à nouveau un sonnet sur le sonnet, pourquoi pas (décidément que de fascination pour cette forme poétique !).

L'idée est sympathique, cependant certains termes me semblent un peu trop artificiels, placés là pour la rime : tambourin, entrain, et surtout sansonnet. Quant à la rime "sacrée" / "consacrée", elle aurait pu être un peu plus recherchée (d'ailleurs en prosodie classique 'pure' si j'ose dire, elle ne passe pas me semble-t-il, les deux adjectifs étant de même racine).

De plus les adjectifs sont un peu trop grandiloquents à mon goût (idéal, noble, sublime ...), l'ensemble aurait gagné à plus de sobriété. Sauf peut-être si c'est pour renforcer l'humour présent dans ce poème, mais pour moi cela ne fonctionne pas vraiment.

Je salue cependant le travail de cisèlement et l'autodérision de l'auteur.

   Pouet   
13/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne sais si ce sonnet est imparfait ou pas et pour tout dire c'est le cadet de mes soucis car je ne suis pas un rigoriste en terme de forme.

J'ai bien aimé en tout cas ce poème dont le propos semble être de privilégier le fond à la forme, ce que je comprends en tout cas car c'est ce que je pense.Mais peut-être n'est-ce pas celui de l'auteur, peu importe.
On peut écrire un sonnet parfait dans la forme mais d'une banalité crasse pour ce qui est du fond. Bien sûr on me dira, ce qu'il faut c'est allier le fond et la perfection de la forme!
Bref. Moi les règles strictes m'ennuient.

Mais vive la diversité.

(La preuve, je note bien un sonnet)

   Miguel   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La seule vraie imperfection de ce sonnet est précisément dans l'emploi de l'adjectif "imparfait" ("imparfait sonnet" est un peu... malsonnant ; mais du moins cela illustre le titre). Les adjectifs sont ceux de l'Art poétique de Boileau dont ce poème se veut l'héritier, et l' on aime ce ton appliqué et modeste de l'ouvrier consciencieux.

   Charivari   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour...
Après lecture de ce texte, je me pose la question suivante : oui, et alors ? L'auteur écrit un sonnet pour expliquer qu'il écrit un sonnet classique... Non seulement, ça a été mille fois fait, mais surtout, ici, il n'y a aucune image poétique, pas même un petit zest d'émotion. Franchement, je vois bien le travail et la technique que tout ça réclame, mais je ne vois pas l'intérêt final de ce texte. Désolé mais pour moi, la poésie, c'est autre chose, ceci c'est plutôt un exercice, comparable aux mots croisés.

   brabant   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Emilia,


Je trouve ce sonnet très convivial avec tout ce qu'il faut de distanciation souriante, très plaisant à déclamer d'un ton faussement cérémonieux, modèle du clin d'oeil alors que le déclamant réprime un fou-rire.

Ô, comme je l'eusse voulu parfait ce sonnet imparfait, façon de cligner des deux yeux, et que vous démontassiez ;) le précepte de Boileau plutôt que de le démontrer.

D'où le (-)

Beau savoir-faire quand même. J'ai dansé :)

   Anonyme   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Alors, je ne suis pas un initié en "prosodie", je ne me vois pas en fait juger un texte avec des manuels en main me dictant si oui ou non telle ou telle rime passe, mais je suis ne revanche assez d'accord avec le peu d'intérêt que représente le thème de ce poème, qui reste cependant bien écrit. Verdict moyen.

   Marite   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Imparfait sans doute mais sonnet quand même par certains aspects de la forme et des rimes. Je crois que vous êtes sur la bonne voie Emilia pour arriver à écrire un sonnet parfait.
Le ton employé me plaît et j'y ressens la sincérité de l'auteur face aux difficultés de cette forme rigoureuse qui attise les contradictions. Car, si un sonnet réussi, quel qu'en soit le thème, est le plus souvent agréable à la lecture, le réaliser est un tout autre défi avec les multiples particularités à respecter.
Tous mes encouragements à poursuivre votre travail Emilia.

   Laroche   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Si vous composez un sonnet à la gloire du sonnet, on vous dira -on vous le dit ici- que vous écrivez pour ne rien dire, mais si par exemple pour venez à commettre la folie d'en écrire un sur un fait de société bien actuel, si vous osez croire que cette forme vénérable peut encore être utile pour traiter de problèmes sociaux, alors on vous jettera de la boue au visage! Mais que cela ne vous émeuve pas trop.
Prenez le reproche qui vous est fait ici quant à l'emploi de "sansonnet", eh bien! dites-vous que certaines trouvailles remarquables comme celle-là ne seront jamais portées à votre crédit, mais au contraire avancées comme autant de griefs; je ne dis pas que ce soit le cas ici, mais souvenez-vous du "Ils sont trop verts et bons pour des goujats" du bon La Fontaine...
Amitiés.
Marc Laroche

   tchouang   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour. petit exercice de prosodie sans grand intérêt tel qu'on devait le pratiquer au siècle dernier dans les collèges... alors bien sûr, il n'y a pas de fautes de métrique, les rimes sont respectées, mais est-ce que la poésie se résume à ça ?

non.

   Anonyme   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour emilia. Un sonnet parfait malgré son titre avec uniquement des rimes riches, il fallait le faire...
Oui, bien entendu ce thème a été repris mille fois ici comme ailleurs mais il est ici si bien traîté, avec juste ce qu'il faut d'auto-dérision que je ne vous en porterai pas grief.

Certains n'y voient pas de poésie, moi si ! La lecture à haute voix est un véritable régal et je mesure le travail que représentent ces quatorze vers finement ciselés...

Ce sonnet est, quant à la forme, un modèle pour ceux qui souhaiteraient s'adonner à la poésie classique... Un grand bravo et vivement le prochain !

   troupi   
26/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous avez dû vous amuser à traiter d'imparfait ce superbe sonnet,
on chercherait en vain où il pourrait boiter, et même ce sansonnet que vous faites poète est bien mis à sa place.
Pour un début sur Oniris la barre est déjà haute,c'est un joli défi que de s'y maintenir, bonne chance et à bientôt pour une autre lecture.

   Rathur   
27/4/2013
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Le temps a du s'arrêter ici, sans doute pas à celui de Boileau, qui était un créateur, mais à celui des écoles d'autrefois avec bonnet d'âne et bons points.

Je pense que les organisateurs de ce site on du se tromper de rubrique pour publier cet exercice. Un peu comme si un skieur débutant se trompait entre le coin-coin et la piste noire à bosses.

Ici on est dans l'image de l'image d'une certaine conception de l'emballage poétique. Les dorures et le le papier bonbon. Quid du ressenti, de la sensibilité et de l'invention ? ...je vous souhaite de l'entrevoir un jour.

   Mona79   
27/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un sonnet sur le sonnet ? Pourquoi pas ! Pour que celui-ci soit parfait, il faudrait qu'il y ait moins d'échos césure/césure : cadence/quintessence
surtout lorsque ces fausses rimes se trouvent à proximité l'une de l'autre ; sur le dernier tercet on trouve des échos rime/césure, ce qui est encore plus dommageable : poétiser/sansonnet/ciseler/sonnet.

Mis à part ces détails, qui vous paraîtront peut-être oiseux, mais un sonnet, plus encore qu'un autre poème classique, est exigeant et vous l'avez bien compris en taxant le vôtre d'imparfait ; dans sa forme actuelle celui-ci est déjà bien, mais peut être amélioré.

Au plaisir de vous relire.

   Anonyme   
30/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Charmé par la modestie du titre et de l'entreprise, et par l'humour de maints vocables (particulièrement le très drôle sansonnet) ; la régularité formelle même étant à titre humoristique également. Bravo pour le parallèle entre le diktat rigoureux et le rêveur malheureux, qui concerne autant la poétesse que tous les autres artistes.

   XM   
14/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'ai vraiment aucune critique à faire sur ce sonnet. Juste un commentaire. J'ai aimé, l'esprit, la forme, la façon.
PS. P. Valéry a dit dans un de ses cours au collège de France que le parfait sonnet ne pourra jamais être écrit. Parce qu'ily a une chose que ceux qui écrivent des sonnets classiques ignorent, c'est que dans un sonnet parfait, chaque strophe doit avoir un fond/sujet différent mais que chacun d'euxdoit être relié par le sujet du sonnet.


Oniris Copyright © 2007-2020